Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paVupApRi - Page 4

  • Pas que rabane

    J'en étais las
    d'écosser là
    ces quelques poids
    sur mon tapi
    Lors, je partis
    vers mon Tant-Pis
    au gré d'une plombe à couler
    au chevet d'un ru dépollué
    par une récente chavanne

    C'est à pas lents
    que sur ce banc
    pas loin du soir
    je vins asseoir
    mon sentiment
    de mésespoir
    pour le fondre dans le secret
    non paginé de mon carnet
    à l'encre venue de Louisiane

    Bon, c'est la dèche !
    Nulle flammèche
    pour battre en brèche
    ce long Tant-Pis
    et nul nervi
    qui ait occis
    de réminiscentes pensées
    que j'aimerais bien décharger
    là, sur les quais où l'âme empanne

    Pardon, rivage ?
    Tourner la page
    et garder foi ?
    Lors, je revins
    sur le carmin
    vers mon écrin
    finie cette plombe à sombrer
    vers le soleil à son coucher
    du pied chatouillant la rabane

    tiniak,polésie,estivales,rabane,nervi,écosser,banc

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#323

    (avec un clin d'œil appuyé vers Célestine •.¸¸.•*)

  • instant karma

    Flottant sur le déclin du jour
    voici le sentiment plus calme
    au lent balancement des palmes
    et leurs digitales esgourdes

    Je le mettrais - si je pouvais...
    de côté pour une autre fois
    quand rêve et pensée me dévoient
    mais l'instant n'est qu'à savourer

    Un vent léger se prend à rire
    des chemisiers qui passent là
    poitrine lourde, nu le bras
    (c'est l'automne qui le soupire)

    Ici, je ne te cherche plus
    l'entier vibre à ce moment rare
    la moindre corolle est un phare
    sa lumière, un chant moins aigu

    Tout m'est aussi vrai qu'incertain
    (il fait bon s'en laisser accroire)
    les couleurs absorbent le noir
    en suspendent tous les desseins

    Que peut signifier le retour ?
    Je demeure, à l'heure d'Or Pâle
    livré à mon Senti Mental
    égaillant ma carne à l'entour

     

    tiniak,poésie,instant karma,caen

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK 

  • vent d'ange

    Qu'eussiez-vous souhaité que j'engrange
    et au nom de quoi, cher bel ange
    de ce triste rabiot de fange ?
    Eh, pour que le fond m'en démange ?

    Une, à l'air si replet qu'étrange
    est venue camper, à ma frange
    ne mendant rien qu'un doux mélange
    (ni salamalecs ni louanges)

    Obnubilé par ce challenge
    (alors que j'expédiais un songe
    et n'aimant pas qu'on m'y dérange)
    je lui dis : passe-moi l'éponge...

    Il ne fut question de rallonge
    qu'une fois passée l'heure orange
    (après un massage à l'axonge
    prodigué à bout de phalange)

    Déjà qu'elle est pleine, ma grange
    (et oui, malgré cette vidange
    expédiée peu après la plonge)
    pas question d'y tendre une longe !

    Il s'en fut de peu qu'un mensonge
    l'invitât à d'autres boulanges

    Résumons : que gagner au change ?
    Durer ce peut tant qu'on allonge...
    (le pas !)

    Elles sont faites, mes vendanges !
    (n'est-ce pas ?)

     

    tiniak,cynisme,Nicholson,finger

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Street Opera

    La fête va et bat son plaint
    sur le pavé, en rigodons…
    Vibrez, tétons !
    Passez, les fions !
    sous l'œil guetteur au guéridon
    Du fier, du lourd, du sans façon
    de la gélatine au balcon
    tout à la suite
    tristes fumistes !
    Qu'avec la fin de la saison passent touristes !

    À la suite, les trahisons
    des rayures z'aux pantalons
    la forfaiture des bonnets
    jusques au menton rehaussés
    pour les railleries qu'il me plaît
    de fomenter, sans ambition
    autre que de les déverser
    en vains brûlots
    mais tout de go
    et tout de bon
    à vostre nez depuis le front

    Supplice, oh ! très périphérique...
    voir tant de précipitations
    me priver du plaisir inique
    à mon poste d'observation
    d'incarner Diogène, cynique...
    Ça vous mène où, cette ruade ?
    En ai la rétine malade
    sous le fronton
    Qu'appréciez-vous des promenades
    - oh, fades ! fades z'et trop prompts
    contrits retours t'à la maison ?

    À ce désastre, rigolons :
    quand les lunettes de soleil
    se cabrent sur le cheveu blond
    l'ego en bandeau, tout pareil
    aux bourgeoises compromissions
    bandant leur arc
    ne gâchant pas le moindre écot pour une Parque

    Et patatras !
    Eh, Lambada !
    Sache que, sous ton bandana
    l'hiver viendra, tout grisonnant
    ton port altier payé par ton abonnement
    bonimenteur !
    La fête faite où fane ta petite fleur

    bandana,snob,tiniak

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#322

  • Lassitudinale (ASAP)

    Le spectacle marque une pause
    et sa rue vapote, en apnée…
    Des persiennes masquant « La Chôse »
    essaient leur tenue de soirée

    Au sol, zigzaguent des humeurs
    au gré des rares courants d'air
    sillonnant le suspens de l'heure
    et la torpeur de l'atmosphère

    Signes sibyllins dans l'ombrage
    le reflet des feuillages cligne
    de l’œil vers cet œil au pas sage
    en quête d'une extase digne

    Seule, et réfractaire à la sieste
    une âme glisse là-dessus
    pendule à l'épaule, une veste
    laissant paraître un coude nu

    Ivre d'elle-même, à plaisir !
    le port altier et nonchalant
    elle exprime en de longs soupirs
    l'abandon d'un vrai sentiment

    Tout lui ravive son histoire
    et la fièvre sur le pavé
    à l'horizon les nuées noires
    et l'égout des inimitiés

    Un frisson lui darde l'échine
    dans le ton de la Butterfly
    (quoiqu'on soit loin des mers de Chine
    en ce décor imprégné d'ail)

    Dérivant de place en ruelle
    au jugé, toujours, elle empanne
    dans cette course casuelle
    menée pour aucune campagne

    Il est venu... Il est parti
    avec le vent d'hier, l'espoir...
    et pissent dru, sur les parvis
    des gargouilles les avatars

    Nulle autre route que la sienne
    à présent et jusque la fin !
    Rien ne lui cachent les persiennes
    qui ne lui ait gâché la faim

    Ah, merde ! Voici que frissonne
    à nouveau, dru sous le chignon
    une plainte de Barcarolle
    exemptée de timbres garçons

    Laissant, là, cette insigne alerte
    elle maintient sa molle allure
    vers le hasard des pures pertes
    affranchie de toute aventure

    Exception faite ! cependant...
    du livret de sa plénitude
    elle décline, cheminant
    les degrés de sa lassitude

     

    Nathalie Collet

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    (à ma Jolie Belle Douce, fille)