Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

acrostiche

  • Daledé 2020

    Dans le vaste couloir du soir
    la mémoire serpente…
    C’est pas que ça me tente
    C’est que je n’y peux mais
    et que n’y loge aucun espoir

    A ses murs, des peintures
    où d’oublieux portraits
    portent les yeux ailleurs
    un sourire distrait
    à leurs ourlets de beurre
    m’épure

    Là, nulle escale, pas un souffle
    y chemine pied nu
    dans de larges pantoufles
    avec le regard cru
    qui sied à l’ingénu
    comme aux âmes coupables

    Et je sens que je sais que mon sang a bouilli

    Détaler ? Impossible…
    le songe suit mon cours

    Eveille-toi, Odeur
    où je fais un malheur
    dans ce crâne velours

    dédale,tiniak,poésie univoque,mémoire au carré,portrait


    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Trépied pour un regard

    Ce pavé, sous mon pas, me semble d'éternité
    me mène à mon trépas, mais je ne crains pas la mort
    je sais lire mon nombre (d'où que me vienne l'or)
    à l'aune de mes amours et de mes amitiés

    « ...Et, pourquoi pas, un cinéma ? » 

    Là, je fouille mes poches, sous les yeux.

    Il est là, devant moi, avec cette question simple; et j'explose ? Nan ! Je souris du nombril et puis, ça monte aux lèvres; tandis que, là-dessous, ça boue comme une printanière sève.

    « Non, merci... J'ai ma dose. »

    Et ça va cheminer, le vent pour ou à l'encontre
    avec des pieds-de-nez (à l'endroit de l'abandon)
    et des larmes rentrées, en quête d'un doux Pardon
    le regard épuré que surprend une rencontre

    -- le regard épuré
    que surprend une rencontre --

     

     

    céline,acrostiche,tiniak,roma

    à ma soeur, Céline ;)

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Schéma

    SCHEMA

     

    Serpent écru entre les monts pelés de Rêve

    je m’approche, à pas mesuré, d’où tu t'achèves

    les mains dans le dos, le front sous le vent

    avec le paletot d’un autre, et sombre ! au flanc

     

    Chaque pas entraînant sa suite, au pleur du soir

    je me résous à ton invite et son pouvoir

    ainsi qu’en son temps, errait d’époque en époque

    dans un roman terrifiant, le sire Melmoth

     

    Halo muet, sourire biais, te voici, lune

    à ton lever, je reconnais mes infortunes

    quand, sous mon pied, jamais inquiet, ronfle un chemin

    dont je parcours, toujours plus lourd, le serpentin

     

    Eh ! Qui paraît à l’horizon ? Un vieil ami ?

    Le vent m’en rapporte l’odeur, bien connue; ...si !

    D’accord, je rêve… mais quand même !

     

    Mon âme, d’un coup ! fuit le Nombre

    et se défait de ses décombres

     

    Allons ! puisque je l’aime

     

    2866751909.gif


    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Maïa

    poésie,hommage à,maïa izzo,acrostiche,tiniak,foulquier

    Ilet sous le vent

    Lire la suite