Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VUES sur le web

  • Cousine forestière

    Tant la forêt me plaît
    allant sur sa peau blanche
    trouver où m'oublier
    tomber, faire la planche
    et puis, apercevoir
    moutonnant, grise et noire
    sa tendre intimité
    offerte à mon idée

    Je l'écoute frémir
    peut-être à mon approche
    avec, en moi, ce mioche
    qui aurait tant à dire
    pour ce qu'elle m'a fait
    sur les pas de Poucet
    devenir enfin homme
    un trèfle dans l'album

    Je mâche ta lumière
    foison inextricable
    ta clarté douce-amère
    changeante et improbable
    et laisse dans ton ombre
    un songe qui m'encombre
    avant de m'en aller
    plus loin, vers la vallée

    Et je chante (pourquoi ?):
    "Prom'nons-nous dans l'émoi..."

    Poésie, tiniak, Gaëna Da Sylva Photographie, Confessions of the green armchair

    Pour une photographie de Gaëna Da Sylva
    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Alt. ère

    Ainsi, j'ai promené dans un lent cauchemar
    Ce n'était pas le mien et je m'y égarais
    comme on perd la mémoire ou le besoin d'aimer
    en un lieu déserté par l'heur ou le hasard

    L'intense gravité plombait le mouvement
    pourtant qu'une mauvaise urgence y fût à l'œuvre
    mettant le sentiment et les nerfs à l'épreuve
    avec une impudence abreuvée de tourments

    Teinté de bleus azur à l'étrange contraste
    un environnement cosmique et désolé
    absorbait le regard dans son infinité
    martelant, par échos : « Tu vois ? Je suis trop vaste ! »

    .

    Essaimées dans ce flux, des myriades sans noms
    laissaient couler leurs jus en folle et molle danse
    sur des airs impromptus, caressés de silences
    dépourvues de conscience, imbibées d'illusion

    Rêve sans destinée, songe privé de sources
    confondant le chaos de vos langues brunies
    à partager le lieu d'un oublieux parvis
    vous traciez le chemin où s'épuisait ma course

    Et moi, de promener sur cette langue brune
    il me venait des chants à l'enfantine plainte
    il me venait des chants sur des amours défuntes
    qui se muaient en creux d'ardeurs inopportunes

     

    poésie,cosmique,christelle guillemine,énergie,acrostiche

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Inspiré d'un tableau de Christelle Guillemine, 'Energie' (2015)

  • Les saltimbanques

    Delphine Signol,Les Saltimbanques

    Les saltimbanques
    tournent en jeux fiévreux le rêve qui leur manque
    où la gaieté
    coule un ciment de fraternelle humanité

    Ils vont leurs cours
    sans souci de salamalecs ni vains détours
    longent des plages
    la frange où vient s'échouer le fin sel du partage

    Les saltimbanques
    se donnent rendez-vous dans de joyeuses planques
    par amitié
    pour la fortune de leur geste débridée

    Ils parlent fort
    étourdis par le miel de singuliers trésors
    et pissent dru
    sur les incantations de pénible vertu

    Les saltimbanques
    bordent les nuits velours du songe qui les flanque
    d'une bibine
    tirée d'un trait aux fûts des citadelles, fine

     

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • azoz5 : Conscience

    Vu chez ~zoz..

    Conscience :

    ~ Le cœur a besoin de l'esprit pour exister et s'exprimer, même les yeux sont muets si l'esprit est absent

    Lire la suite

  • Déposition

    Le cheveu grisé aux tempêtes
    l'allure assouplie par les sables
    le ventre plein de mille fêtes
    et son rire méconnaissable
    elle respire encore
    un sourire échangé sur quelque étrange port
     

    Lire la suite