Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

portrait

  • Escale (à tort ?)

    Un port... et l'âme détachée
    quittant la terre desséchée
    je vais, sans regarder plus rien

    Au col une feuille de chêne
    et le sol meuble pour soutien

    Je souffle fort - à perdre haleine !
    un noroît chargé d'aquilon
    poussant l'ombre que je promène
    au-delà de ta triste plaine
    à la recherche d'un vallon

    Un souvenir de toi m'y mène

    Rien ne saurait plus m'effrayer
    que tu ne fusses vague chose
    insensible au parfum de rose
    où je plaidai quelque laurier

    À qui ? À quoi ? À qu'est-ce ? À quai !

     

    poésie,skate,kids,lovers

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#305
    (composé sur des rimes empruntées au poème d'Antoine-Vincent Arnault "La feuille")

     

  • natures fortes

    Deux tableaux se font face
    l'un grisonnant, l'autre vivace ;
    ce qui se passe entre eux
    - je l'observe, ne saute pas aux yeux
    et comme ils parlent peu
    il me faut deviner leur dialogue discret

    Le naturel de l'un semble incommoder l'autre
    dont le sourcil arqué, torse, froissé, se vautre
    sous la paroi exsangue du front inquiet
    grogne, rogne à la base du nez la trogne
    d'un coup de griffe de jais

    appelons-le Visage
    (malgré son teint de pitre)

    Une France de rois pourrait mener sa courre
    par les allées du bois que celui-là présente
    à travers les frimas une frondaison lente
    révoque le regain de plus franches amours
    dans l'or timide et pâle d'une aube naissante

    nommons-le Paysage
    (d'ailleurs, c'est dans le titre)

    Comme tout les oppose
    je ne sais pas trancher où va ma préférence
    à cette austère pose ? à ces luminescences ?
    je n'ose... je balance...

    Tu m'es plaisant, Visage, avec ta mine sombre
    il y a du ridicule à ta colère noire,
    tandis que ta tristesse nourrit quelque espoir
    forêt de Paysage où s'effacent les ombres

    Je ne veux pas choisir, laisse ouverte la porte
    et mon âme bondir dans ces natures fortes.

     

    allee-foret-241205.jpg

    ------------------------------------------------------
    (à paraître dans l'abécédaire poLétique)

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • La Dame Croquée

    POU_croq1.jpg

    Fierté de lettre aventureuse

    le port altier et mystérieuse

    sous la mise en plis audacieuse

    offerte à la vue, généreuse

    du buste et du cul, l'allumeuse

    porte une plume vénéneuse

    dans le revers de sa vareuse

    Elle signe tout d'un trait noir

    les amours flous, les mésespoirs

    ancrée à l'appui des trottoirs

    la grâce de son nonchaloir

    efface tout du dérisoire

    exhibe à la faveur du soir

    son bon vouloir

    C'est la Dame qu'on vient croquer

    d'un bout de crayon mal taillé

    quand les yeux sont trop fatigués

    d'aller au coeur de la beauté

    Alors, la Dame du croquis

    que n'ose atténuer le gris

    bat les pavés de ce parvis

    comme un nouvel hymne à la vie

    malgré la nuit.

     

    norbert tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    inspiré par un p'tit croq' de POULILI.