Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mademoiselle du premier

  • buvard

    Pin it!

    Mad'moisell' ! Mad'moiselle !
    Il pleut, mais ce n'est rien
    qu'un chemin qui ruisselle
    en votre cheveu brun

    Z'alliez où, mad'moiselle ?
    Accepter mon invite
    ce soir, au dais si bel
    et plein de points de fuite ?

    Mademoiselle, allons
    d'un même pas maudire
    et le triste félon
    et le sinistre sire

    Et l'autre damoiseau
    qui vous arrache un pleur
    et vous navre le dos
    quand si belle est cette heure

    Damemoisell', Cybèle !
    Pleurez sur mon épaule...
    Goûtez ma ritournelle
    et cet œil qui vous frôle

    Mademoiselle, allons !
    Avalez mon soupir
    par le tendre sillon
    qui sait vous divertir

    Souriez, jeune folle !
    Il pleut, mais ce n'est rien
    qu'une autre parabole
    sous votre cheveu brun

    La rue sombre en apnée
    La nuit a pris son quart
    L'Autre ? Elle est bien rentrée...
    Là ? Je corne un buvard

     

    poésie,tiniak,papier corné,mademoiselle du premier

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (pour un coin qui vaut de l'or)

  • buvard

    Pin it!

    Mad'moisell' ! Mad'moiselle !
    Il pleut, mais ce n'est rien
    qu'un chemin qui ruisselle
    en votre cheveu brun

    Z'alliez où, mad'moiselle ?
    Accepter mon invite
    ce soir, au dais si bel
    et plein de points de fuite ?

    Mademoiselle, allons
    d'un même pas maudire
    et le triste félon
    et le sinistre sire

    Et l'autre damoiseau
    qui vous arrache un pleur
    et vous navre le dos
    quand si belle est cette heure

    Damemoisell', Cybèle !
    Pleurez sur mon épaule...
    Goûtez ma ritournelle
    et cet œil qui vous frôle

    Mademoiselle, allons !
    Avalez mon soupir
    par le tendre sillon
    qui sait vous divertir

    Souriez, jeune folle !
    Il pleut, mais ce n'est rien
    qu'une autre parabole
    sous votre cheveu brun

    La rue sombre en apnée
    La nuit a pris son quart
    L'Autre ? Elle est bien rentrée...
    Là ? Je corne un buvard

     

    poésie,tiniak,papier corné,mademoiselle du premier

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (pour un coin qui vaut de l'or)

  • buvard

    Pin it!

    Mad'moisell' ! Mad'moiselle !
    Il pleut, mais ce n'est rien
    qu'un chemin qui ruisselle
    en votre cheveu brun

    Z'alliez où, mad'moiselle ?
    Accepter mon invite
    ce soir, au dais si bel
    et plein de points de fuite ?

    Mademoiselle, allons
    d'un même pas maudire
    et le triste félon
    et le sinistre sire

    Et l'autre damoiseau
    qui vous arrache un pleur
    et vous navre le dos
    quand si belle est cette heure

    Damemoisell', Cybèle !
    Pleurez sur mon épaule...
    Goûtez ma ritournelle
    et cet œil qui vous frôle

    Mademoiselle, allons !
    Avalez mon soupir
    par le tendre sillon
    qui sait vous divertir

    Souriez, jeune folle !
    Il pleut, mais ce n'est rien
    qu'une autre parabole
    sous votre cheveu brun

    La rue sombre en apnée
    La nuit a pris son quart
    L'Autre ? Elle est bien rentrée...
    Là ? Je corne un buvard

     

    poésie,tiniak,papier corné,mademoiselle du premier

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (pour un coin qui vaut de l'or)

  • even-in, whirpool

    Pin it!
    Le ciel feint de mourir
    (allez ! c'est ainsi, chaque soir)
    Il agite un mouchoir
    et tu crois pouvoir en finir
     
    Le lac, lui, ne ment pas
    et lisse les plis de sa jupe
    pour n'être pas le dupe
    à qui l'On retrousse les bas
     
    Ben quoi ? C'est pas du jeu
    oh ! damoiselle romantique...
    Ce regard atavique
    est un affront à tes vains dieux !
     
    Dis, quelle confidence
    à ces feux mourant comme un cœur
    t'apporta le bonheur
    au bal, d'une joyeuse danse ?
     
    Mais ? oh, c'est chou... tes larmes
    Et à qui les destines-tu ?
    A ce mirage, les dois-tu
    ou à tes frustes charmes ?
     
    Un doigt pris dans ce miel
    je confesse être un brin mouron
    L'autre à mes pantalons
    j'abouche un divin hydromel
     
    Eh, à la tienne, Ursule !
    et grand bien nous fasse la nuit
    exemptés de l'ennui
    que se navrer du ridicule !!
     
     

    polésie,vains dieux,mademoiselle du premier,trahison,abonnement sans frêt

    tiniak ©2015 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK