Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Grrr!

  • Orcus focus

    Ceci n'est pas qu'une déformation du réel
    Ou de son miel...
    N'y voyez que ce que n'en croiront pas vos yeux
    Tout est vrai; tout est fauche !
    Rien de moins fébrile que le gauche
    Existe - au formole ! au rendu formel

    Ogre suprême et urgentique
    Regardez bien... Nulle mimique...
    C'est un défilé de fantômes
    Une présentation dans un idiome
    Sans autre prétention qu'être un feu de... ?

    J'entre, à pas mesurés, en ce lieu
    Et, tout soudain, j'ai froid au cœur

    Se lever, se laver, c'est commun, mais tout(e) seul(e)
    Un pas devant l'autre, bien sûr ! Eh, Cass'gueules !
    Ici... bon, j'ai un peu moins froid
    Sinon, qui prendrait soin de moi ?

    Poucet me murmure à l'oreille
    Oh ça ! L'Ogre, j'en ai fini
    Un songe oppose un contredit
    Rien n'est résolu; geste, veille !

     

    tiniak,poésie,photographie,Christophe Halais,CHU Caen,urgences,Artothèque Caen

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    ...pour une expo-photo à l'Artothèque de Caen

    (ben, maintenant !).

  • clashing

    Ce bruit se répandit
    pis qu'une gastrite en hiver
    après un bref moment
    de sidération indignée
    le peuple ayant compris
    que les puissants le dépouillaient
    d'un même mouvement
    se ramassa sur sa colère
    avant de bondir

    La rue vilipendait
    la démocratie d'opérette
    et ses fastes ruineux
    trempés dans la haute finance
    que rien ne justifiait
    à ces sommets vertigineux
    ni le prix des baguettes
    et nécessité moins encore
    que s'en est à gerber !

    Ah, ça ira ! les culs blanchis
    (et à combien le trou de balle ?)
    ni potence, ni guillotine
    direct sur le trottoir, à poil !
    Nul besoin de jouer de rapines
    Echangeons plutôt nos conforts
    d'aimer... de volontiers... de toile...
    Que nous soit commune, Paris !

    Siècle, aux sombres uhlans
    pis que piment dans les viscères
    amassés, juste à la frontière
    vois-tu que sont mes dents ?
    Elles mordent le Pain Nouveau
    et te recrachent vos chiendents
    sur les sabots ferrés
    de tes chevaux d'iniquité
    qui vont nous charger, à présent

    Ha ! Ah, Je meurs ainsi
    une mouche prune à la lèvre
    mais arguant de mon rêve
    d'un regard jamais obscurci
    brillant jusqu'à la grève
    où s'agrègent pleur et pensée
    dans un même espoir d'équité
    oui, de fraternelle justice
    Un moment encore, je pisse
    mon sang !

    Il en tombe, alentour
    de mes frères, de nos amours
    et c'est tant mieux !
    Notre cri pourrira tes cieux !

    Nanti ! Vendu ! Bourgeois !
    qu'en tes nuits te hante ma voix !
    Corrompu ! Hypocrite !
    ton âme est de noire anthracite !

    Gageure, ta menace...!
    Pourquoi t-il faut bien qu'on se décarcasse

     

    tiniak,resistance,mai 68,internationale,convivialiste

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#332

    (précédemment, une récré, prose à hics... tiki#331)

  • De 5 à 7 ?

    A ma Toune,
    Ma sœur chérie
    Et contre l'autre (y a pas d'mot) qui lui pourrit la vie...

    ...KriKri, si tu nous r'gardes...

    Lire la suite

  • vent d'ange

    Qu'eussiez-vous souhaité que j'engrange
    et au nom de quoi, cher bel ange
    de ce triste rabiot de fange ?
    Eh, pour que le fond m'en démange ?

    Une, à l'air si replet qu'étrange
    est venue camper, à ma frange
    ne mendant rien qu'un doux mélange
    (ni salamalecs ni louanges)

    Obnubilé par ce challenge
    (alors que j'expédiais un songe
    et n'aimant pas qu'on m'y dérange)
    je lui dis : passe-moi l'éponge...

    Il ne fut question de rallonge
    qu'une fois passée l'heure orange
    (après un massage à l'axonge
    prodigué à bout de phalange)

    Déjà qu'elle est pleine, ma grange
    (et oui, malgré cette vidange
    expédiée peu après la plonge)
    pas question d'y tendre une longe !

    Il s'en fut de peu qu'un mensonge
    l'invitât à d'autres boulanges

    Résumons : que gagner au change ?
    Durer ce peut tant qu'on allonge...
    (le pas !)

    Elles sont faites, mes vendanges !
    (n'est-ce pas ?)

     

    tiniak,cynisme,Nicholson,finger

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • vent d'ange

    Qu'eussiez-vous souhaité que j'engrange
    et au nom de quoi, cher bel ange
    de ce triste rabiot de fange ?
    Eh, pour que le fond m'en démange ?

    Une, à l'air si replet qu'étrange
    est venue camper, à ma frange
    ne mendant rien qu'un doux mélange
    (ni salamalecs ni louanges)

    Obnubilé par ce challenge
    (alors que j'expédiais un songe
    et n'aimant pas qu'on m'y dérange)
    je lui dis : passe-moi l'éponge...

    Il ne fut question de rallonge
    qu'une fois passée l'heure orange
    (après un massage à l'axonge
    prodigué à bout de phalange)

    Déjà qu'elle est pleine, ma grange
    (et oui, malgré cette vidange
    expédiée peu après la plonge)
    pas question d'y tendre une longe !

    Il s'en fut de peu qu'un mensonge
    l'invitât à d'autres boulanges

    Résumons : que gagner au change ?
    Durer ce peut tant qu'on allonge...
    (le pas !)

    Elles sont faites, mes vendanges !
    (n'est-ce pas ?)

     

    tiniak,cynisme,Nicholson,finger

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK