Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chapitre VIe

  • Larme (au noir)

    L’heure est tombée sur mes genoux

    avec des larmes plein les yeux

    des gratouillis dans les cheveux

    et la voix pleine de courroux

     

    Aube, es-tu ma prochaine peine

    avec ton soleil tout pâlot

    ton herbe emplie de grenouillots

    et l’abandon de mes domaines ?

     

    Revisitons quelques histoires…

    ou non ! Raccrochons plutôt notre verbe

    à celles demeurées dans l’herbe

    amoureusement, certain soir...

     

    Mais, c’est vrai ! Tu m’aimes donc tant

    qu’une tête (en boulangerie)

    de nègre, pas trop décatie

    pour figurer just’ là, devant

     

    Elle ne dit rien - par mégarde ?

    Je sors le chien, à l’heure dite...

    fourbissant ma prochaine invite

    ce qui vaut bien que je m’attarde

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Le nord du monde

    - à Nat Yot -

    Le nord du monde
    en jupes longues
    frissonne quand même à l’idée

    Qu’il va blêmir
    le doux zéphyr
    à tant d’autres échauffourées

    En ai ma claque
    de ces cloaques !
    et m’en vais faire un petit tour

    Dès que Porphyre
    (pour son hégire)
    saura m’arracher à ma cour

    Je ne suis rien
    Sinistre Main
    qu’un pion à jouer dans ta partie

    Et je m’en tape
    comme Satrape
    aux yeux d'hommes sans réparties

    Mon regard brun
    est un festin
    pour qui peut y voir mes pensées

    Au nord du monde
    viens, et abonde !
    à en border la vérité

    natyot,Katia Bouchoueva,tiniak,le nord du monde

    ... sur ce cliché : Katia Bouchoueva et Nat Yot.

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Nihil Lied

    La vie prend des chemins d'arabesques oblongues
    pour nous tendre la main et guider nos poussières
    que des vents hasardeux arrachent à la pierre
    essaimant des ailleurs aux dents plus ou moins longues
    ce durant, il faut être, aussi savoir aimer

    La mort est une lèvre ouverte sur un gouffre
    avec les yeux postés aux quatre coins du temps
    elle aspire, elle aspire et tout passe dedans
    au bout de l'aller simple où rien jamais ne souffre
    c'est l'instant, bien certain, de devoir s'oublier

    Qu'hiers ni lendemains n'inquiètent l'aujourd'hui
    puisque, sur le chemin, la mort est dans la vie

     

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Jardine, âge !

    tisseuse,acrostiche,tiniakTsi hi ! Entre, méandre en ce tendre jardin
    Viens, partageons le pain aux graines chatouilleuses
    qui bordent le chemin de nos ombres frileuses
    et tendent leurs rameaux, verts de tendres festins

    Il me vient des endroits aux moments à l'envers...
    Tu sais, où les moulins ont arrachés leurs bras
    pour dire à Don Quichotte : "Eh, mais non ! c'est pas moi !"
    tandis que les géants qu'il voulait tant défaire...

    Si... Si ! Rappelle-toi : tu m'offrais ton bouquet
    quand je buvais ta voix comme on sirote un marc
    dans un café crasseux, mais où les gens se marrent
    les yeux pris dans le fleuve et le rire en soufflet !

    poésie,tisseuse,acrostiche,don quichotte,moulinSissi, à la télé, nous arrachait des pleurs
    avant de nous coucher sur notre cahier d' texte
    lui disant : "allez chier, toi, tes angles convexes
    et tout ce tralala !", neuve, une ardeur au cœur

    Et puis, voici que tombe une convocation
    devant la Direction (qui ne sent pas la rose !)
    On s'inquiète... On répond (à côté de la chose)
    et l'intérieur franchit son propre Rubicon

    Un mot ne fut pas dit; voilà, toute, la gloire !
    que m'embrassent l'Histoire et de sauvages liens...
    Je ne t'ai pas trahie; j'ai fait amende noire
    et que tout le vestiaire aille bien se fair' voir !!

    Seulement, seul aimant, j'ai mené le concours
    et te voir dans la cour devint une torture
    (de là que je m'emploie à défoncer les murs ?
    Peut-être...); écueil réfléchissant le point du jour

    Et te voilà, banquet ! avec, six pieds sous terre
    un regain d'énergie grimpant nu z'au rideau
    au seuil de ma forêt, les poignets dans le dos
    liés par ces lacets aux affres éphémères

    poésie,tisseuse,bouquet de lavande,le banquet

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#351
    Avec une tendresse expresse envers ma chère Miss Tiss
    (administratrice des Impromptus Littéraires - ma récré, préférée)

  • Jet d’ancre, hier

    J'ai déjà passé deux longs jours
    (et quelques parties de leurs nuits)
    à me révoquer le velours
    de tes cris d'oiseau alanguis
    - printanière bergeronnette...

    Et brûle encor, d'un même four
    mon corps meurtri par la disette

    Tes pas ont déserté la cour, sans bruire
    Désormais, tout m'écharpe; tout me fuit :
    la voisine à sa harpe, au pied du lit
    la vitre où est venue danser la pluie
    la journée jouée pour ne faire aucun pli
    jusqu'à ce tweet qui ne peut aboutir

    [Demain n'est qu'un bel endroit pour mourir
    Et qu’en serait-il à dire, aujourd'hui ?]

    D'en avoir, vibrant à l'oreille
    des nocturnes, des matinales
    il me semble que c'est merveille
    de céder au sentimental
    - passagère bergère honnête...

    « - Ah ! Tu me fus trop trop humaine !
    que j'en eus le cœur bien amène »

    ...Nous rendant autant la pareille
    que la surprise d'une fête...

    Ces pas qui viennent dans la cour, sans feindre
    sonnent si juste que le jour éteint
    claquant leur talent pour couvrir ma plainte
    Les murs et les plafonds, en sons, repeints
    t'ouvrent les bras pour la prochaine étreinte
    et la suivante, et leurs chansons à joindre

    Retour à la case des « pars »
    « attends-moi », « reste un peu », « cui-cui »...
    chacun son quart sur les remparts
    faisant des rondeurs à mi-nuit
    - et jusqu'à « dès potron... », minette !

    Eh ! qu'en pâtisse l’Au-Jour-Dit !!

    ***

    Hiatus ! Hiatus ! Posons-nous là...
    « - Regarde, j'ai dit ça de toi.
    « - Plus tard... Plus tard... Embrasse-moi.
    Très bientôt, le goût passera. »

    Il coule de l'eau sous les ponts
    (c'est bien tout ce qu'on en demande)

    Et je t'embrasse les paupières
    tes chants d'oiseau plein les esgourdes
    La semaine passée fut lourde
    mais jamais de ton franc mystère

    « - Rigole ! » dis-tu, endormie.
    Dehors, les moineaux font la bringue
    Je file à la boulangerie
    et t'y choisis une meringue
    - Ô bergeronnette crémière !

     

    tiniak,poLésie,acrostiche,hiatus,bergeronnette,poésie lubrifiante,fiente,chante-le

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Listenning to Rosie Lowe's 'Bidsong'