Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mue de la ruse

  • Flammèche dans un miroir muet

    La musique (son feu !) me traverse à nouveau
    Il fait beau quelque part et je veux le chanter
    Deux yeux brillants en tête auxquels je veux dédier
    un semblant d’ariette et les mains dans le dos

    Comment dire ?

    Voici qu'il me revient des mélodies fantômes
    Pas « Du rhum à ton homme », (ah vraiment plus du tout !)
    du miel qui fomentait son complot dans la boue…
    Il en a vu passer, ce regard polychrome

    Comment faire ?

    Il me pleut des questions de larmes contenues
    quand je ne vois que joie en façade et au fond
    d'une profonde foi qu’un triste rigodon
    et, d'un grave abandon, une voix méconnue

    Comment rire ?

    L'amour est chose grave et brûlant son échec
    (j'en sais tout le venin; j'en entends la rengaine...)
    Mais, il est bien certain qu'on se garde en semaine
    et qu'au prochain week-end on ouvrira le bec !

    Comment taire ?

    Peut-être - et à jamais ! rien sur son quant-à-soi !
    Mais pourquoi (et pour quoi ?) vers une oreille amie
    murmurer un secret si ce n'est pour... la vie ?
    « Miroir… ! » Qu’à son miroir ricochète ma voix !

     

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Little lighthouse

    Here...
    I was not born nor wish to die (never the less)

    To you, I can confess
    I cry my very best
    My... ! My... ! when the light provides a clue

    Unsolved mystery splashing my face
    My... Oh, my ! I approach the grace !

    I'm so impressed when I feel
    More of what thoughts can hope to seal
    Precisely where there is no deal
    Restless !
    Even though sun is at her best
    Such as a pressing wanted lighthouse...
    Such as a daily feared burned house...
    "Elle m'emporte, cette peinture !"
    Daring a soft and fragile cure...

    YES!


    poésie,acrostiche,tiniak,tim o' sullivan,photographe,mais pas que,little lighthouse,xtc

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un tableau de Tim O' Sullivan

  • Orcus focus

    Ceci n'est pas qu'une déformation du réel
    Ou de son miel...
    N'y voyez que ce que n'en croiront pas vos yeux
    Tout est vrai; tout est fauche !
    Rien de moins fébrile que le gauche
    Existe - au formole ! au rendu formel

    Ogre suprême et urgentique
    Regardez bien... Nulle mimique...
    C'est un défilé de fantômes
    Une présentation dans un idiome
    Sans autre prétention qu'être un feu de... ?

    J'entre, à pas mesurés, en ce lieu
    Et, tout soudain, j'ai froid au cœur

    Se lever, se laver, c'est commun, mais tout(e) seul(e)
    Un pas devant l'autre, bien sûr ! Eh, Cass'gueules !
    Ici... bon, j'ai un peu moins froid
    Sinon, qui prendrait soin de moi ?

    Poucet me murmure à l'oreille
    Oh ça ! L'Ogre, j'en ai fini
    Un songe oppose un contredit
    Rien n'est résolu; geste, veille !

     

    tiniak,poésie,photographie,Christophe Halais,CHU Caen,urgences,Artothèque Caen

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    ...pour une expo-photo à l'Artothèque de Caen

    (ben, maintenant !).

  • Adam et Eve

    Animal de la finitude
    (évoluant dans un monde
    et pour un temps finis)
    avec à son bec une blonde
    (phare éphémère et domestique
    incandescent et périodique)
    une autre rousseur à l'esprit
    le contracte jusqu'à l'oubli
    de soie négligée où il promène
    une pour chaque main, joie et peine
    demain, réduit à une idée vague
    hier, une longue traîne fantôme

    Dès qu'on l'appelle par son nom d'homme
    c'est comme l'éveiller d'un somme
    ça lui rameute l'aujourd'hui

    Aux souples dards tirés du ponant
    il enroule des sentiments partiels
    prétend aux harmonies du ciel
    qui l'ignore superbement
    à présent, il n'a pas trop faim
    il pressent que ça va venir
    il voudrait bien s'en départir
    mais le naturel est certain

    Magnifiquement, songe
    est le désir qui le ronge
    et le rapproche d'un soupir
    l'ultime, cela va sans dire

    Et voici que les bois lui réservent
    une folie inconcevable
    une louve au teint adorable
    Tout une, femme, sœur et mère

    Elle chante et le vent l'écoute
    l'herbe vient lui bercer le pas
    sur sa nuque des entrelacs
    l'abritent mieux qu'une redoute

    Voici qu'elle est nue dans ses yeux
    vibrant d'un mystérieux feu
    mais luisant telle une évidence

    Et, comme elle lui prend la main
    les voici deux sur le chemin
    apprenant à se reconnaître
    et se donner des raisons d'être

     

    tiniak,adam et eve,cosmogonie,gaëna des bois,aujourd'hui,acrostiche

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Rose

    Le temps à bout de bras et le cœur à l'arrêt
    (il ne veut plus compter mes larmes qui s'envolent)
    je me tiens devant toi, fatiguée, sans parole
    dans le vent cévenol venu jusqu'à nos crêts

    J'implore - l'entends-tu ? quelque moment paisible
    hurlant dans ma sourdine au milieu des criquets
    que "j'en ai plein le cul !" de tous les sobriquets
    dont tu m'as affublée en te trompant de cible

    La robe qui me vêt, c'est mon premier affront
    (ouais, ce rose-bonbon, c'est de l'âme à l'eau forte)
    puis, j'ai muré la porte et brûlé tes chaussons

    L'image que tu vois n'est qu'un prétexte, en fête !
    Me figure ta tête... Adieu, triste garçon !
    Mon réveil est profond et piste une autre quête

     

    Val Tilu Photographies,tiniak,polèmes

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Crédit photo ©Val Tilu Photographie