Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

carnÂges

  • Chant' tiers

    Un pavé après l'autre, une route se forme
    Sous l'ombrage d'un orme, une idée s'achemine
    ayant pu réchapper de ses propres épines
    étend, sur ce trajet, une passion... énorme !

    « Hei, hi ! Hei, ho ! Au centre, nos brûlots !
    Mieux disant, tout de go, d'où nous pleuvent les mots »

    Une pierre après l'autre, une maison s'érige
    Ô Vénus callipyge, y veux-tu séjourner ?
    Qu'une œuvre de mémoire y prenne ses quartiers
    et que, sur le métier, nos profonds lieux se figent ?

    « Falleri, fallera...Soldons ces reliquats
    de bottes sur nos pas, de chiffres à nos bras... »

    Tuile après tuile, un autre nom de toi s'assemble
    Il fait doux - ce me semble, y connaître à aimer
    loger sous le couvert de nos intimités
    où se sont embrassés les maux qui nous ressemblent

    « Ton, ton, tontaine, ton, ton... Eh ! Voici nos corps !
    Chantiers z'à l'unisson produisant leur essor… »

    Contre ventre et marais, l'amnésie imbécile...
    jouissons d'amour fertile et propre à contenter
    le projet de nourrir, de simple humanité
    le solide mortier des sociétés civiles

     

    holocauste,hic,vénus callipyge

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#334

  • Jeu grave

    (et rejet de graphème)


    Je n'ai jamais reçu
    ni vécu jamais plus
    un amour si intense
    une cour, quelques danses
    puis rien qui ne va plus

    Et je lèche une lame
    si fine que mon âme
    tranchée comme un jambon
    se fait un napperon
    où l'on vient perdre à dame

    Un siècle est mort depuis
    quoiqu'en moi rien n'ait fui
    nul sourire fugace
    aux bourgeoises menaces
    ni soupirs dans la nuit

    Gorge accorte et plaintive
    fraîche et meuble salive
    vous étiez le festin
    que d'un franc coup de rein
    je menais à dérive

    Rien n'est plus désormais
    que mes yeux sous le dais
    esquivant sa lumière
    et la verve (trop fière ?)
    qui m'a dit : « …plus jamais ! »

    Ah ! Voici que la lune
    rameute ma fortune
    et son prochain trépas
    là, au creux de mes bras
    soufflant : « en voilà une… »

    Vomissures sans gain
    diarrhées sans festin
    je m'éveille, si veule
    que, blessé, tigre feule
    et meurt sur le matin

    Et pas une elliptique
    pas même un mur en briques
    pour m'éloigner un temps
    (libre du sentiment)
    d'un rang de véroniques

    ***

    Résumons… Résumons…
    (l’encre veut se coucher
    sur un douillet velours)

    Eraillons, à l’eau forte, plutôt…

    Jeu grave - sur mon nom !
    d'un trait dans ce feuillet
    - bave sur mon carnet !
    « elle fut ma passion »

    Eh, là ! Mais…

    Toujours ?

    ***

    De grâce, aime !

     

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • maniakerie

    J'ai tout bien rangé mes affaires
    et tous révoqués, mes endroits
    J'ai tout nettoyé ma litière
    et tout dit vrai à qui de droit

    Mais ce coin de rêve accompli
    je ne sais pas trop où le mettre
    dans ma poche ou sous Le Tapi
    ...pour quelque autre songe à paraître ?

    Et puis cette âme à fleur de peau
    à quoi saurai-je l'employer
    en cerise sur le gâteau
    en planche pour le noyé ?

    Je n'ai rien compris du cosmos
    Je n'ai rien saisi dans la foule
    et n'ai rien appris sans osmose
    et n'ai rien pris qui ne m'enroule

    Mais ce tétin dru sous mes doigts
    je sais comment le satisfaire
    et les accents crus dans ta voix
    rejoignent les miens, pas l'enfer !

    Et puis cette peau, pleine d'âme
    je n'en dis pas qu'elle est ma sœur
    plutôt ma neuve et folle flamme
    et nous battons, cœur contre cœur

     

    tiniak,nicola peldher,shoulder

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Le tigre, la plèvre et l'ânon

    J'ai vu, en un instant, ce tigre être effacé par une grille d'accords. D’accord, mineurs ! Oui, d’accord, mais quand même… Il disait, pour lui-même : « elle sait comme je l’aime, non ? ». Sans foire ni pardon; il s’est évanouit, comme une mélodie se fond dans la mémoire, avec un feulement noir, contrit, de fol amant éconduit, sans (autre ?) préavis que l’histoire.

    Je conserve le goût (suranné, bien beurré) de cette madeleine au tétin poitrinaire. Ça m’adoucit les fers, flanqué de tous mes pairs traversant l’océan, arrachés à nos terres, sans qu’aucun président nous vienne même à l’idée pour gérer la contrée où nous mènent ces voiles. Nous buvons notre sueur, mangeons nos excréments, sans mot dire - pas sans maudire cet insipide blanc… !

    J’écoute une prière qui me ressemble un peu. Au seuil de mon cerveau, quand j’y pense… Elle chante : « il y a tant de rythmes et d’harmonies ! Moi, je rentre le Chien… ». Et je danse ! avec des rimes denses (pis qu’un mur en kevlar) sur le long promontoire de mes rêves sans ordre, autre que de tenir, le petit doigt bien dru sur la couture du pantalon – sans foire ni par don !

    Je caresse un mystère. Je ne sais plus son nom (elle ne sait pas le mien). Et alors ? Tout va bien : l’ambiance, la lumière, l’épaisseur du matelas, son vibrant ronflement, le grain de sa peau claire sous mes doigts… Passe une plume à la fenêtre… Qu’il fait bon saisir ce moment ! Passe ma langue sur mes dents en invoquant sa voix – eh ! j’y retrouve ma voie !

    Je renifle un écueil… Ce téton, c’est un seuil ? Cette prière, un deuil ? Ma caresse, du flan ? Sa madeleine, un four ? Je mouche. J’éternue. Je connais cette couche, c’est la plèvre (par dit !). Ça sent fort ou c’est moi ? J’aspire, en plein effroi, à d’autres ritournelles. Lui rend quelque ficelle - c’te blague ! Pour peu, me fendait d’une bague. Ah, non !

    poésie,tiniak,renarde,cinq sens,sign,signature,plume

     

  • automn leaves (quits? )

    La forêt, le front bleu et les doigts enflammés
    sur un tapis de mousse, pleuvait quelques châtaignes
    que nous préférerons toujours à ces gorets
    tombés, d'on sait bien où, sur nos frêles enseignes

    Où vas-tu marcassin ? Pleurer ta chère laie ?
    L'est pas beau, le destin, bardé de chevrotines...
    Je n'ai d'autre dessein qu'embrasser ma chopine

    Voudras-tu, sâle automne - et pourtant flamboyant !
    fournir une crémone à nos désirs brûlants ?

    Eh, c'est bon, va mourir ! Dardons, là, nos printemps !!

     

    poésie,tiniak,champignon

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#300 (pour de bon)