Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ...et l'eau goutte, baille

    Bandol, août 2009.

    06BANDOL_85.JPG

    Et bonjour à nouveau tristesse
    et tes pitoyables caresses
    et tes fluos roses, bleus, verts
    tes longs cils fibreux de mégère
    papillons flous dans la buée
    au carnaval désenchanté
    des âmes torves qui se mirent
    dans la morve de ton délire
    inébranlable

    Adieu la fête des matins
    déroulés comme serpentins
    sous le nez d’une mort patiente
    une mort chaque soir présente
    amusée de mes stratagèmes
    croyant déjouer l’anathème
    au vrai logé dans la voilure
    de tous mes projets d’aventure
    et d’Atlantide

    Bonjour à nouveau mon horreur
    venue vendanger mes erreurs
    vertigineuse platitude
    où s’enchâssent des latitudes
    les plus vulgaires, les plus viles
    m’assommant de rêves serviles
    où je hurle bouche cousue
    tous les regrets que je n’ai plus
    à mon réveil

    Adieu mon sang deux fois vivant
    dont je déplore doublement
    cet abandon où je te laisse
    et que n’atténue pas l’ivresse
    où je m’abîme sans délice
    pantin aveugle de mon vice
    ne manquant pourtant de te voir
    deux fois, deux fois dans l’abreuvoir
    abominable

    Bonjour martinets et cravaches
    ruses, faux-semblants et mots lâches
    de tous les masques dénoués
    lardez ma chair, flasques fouets
    puisque mon corps sanguinolent
    jamais, jamais ne se repent
    que tous les trésors dérobés
    soient répandus sans déroger
    à votre amende

    Adieu confort des amertumes
    enluminés d’un trait de plume
    Adieu les cadavres exquis
    dont je redessinais la nuit
    tous les squelettes adorables
    en mendiant de sous la table
    un privilège de dandy
    en souriant comme un bandit
    main sur le cœur

    Bonjour la charge des fantômes
    la chevauchée des blanches paumes
    interdisant à l’avenir
    l’enclos scellé du souvenir
    Bonjour, bonjour les yeux cernés
    ambitions perdues ou bernées
    vous drapant de leurs mésespoirs
    lèvent les couleurs dérisoires
    des luttes vaines

    Adieu saveur des madeleines
    qui savait consoler ma peine
    Adieu cheveux bruns en pagaille
    cheveux cabrés jusqu’à la taille
    Adieu sérieux regard mongol
    dont j’ai souvent manqué l’école
    Adieu, adieu puisqu’il faut bien
    que je meure comme un coquin.

    tiniak © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    T_DRAW01.JPG

    (mais avant de partir, j'ai un poLème à finir)

     

  • frange marine

    L'enfant de l'homme dans l'homme s'étonne :
    la mer s'est fait faire
    un dentier de misère boisé
    crédit photo : sebarjosa mine patibulaire
    de celles que l'on connaît
    aux marins flibustiers
    et à quelques corsaires
    étale un long sourire niais
    sur la rive où promènent
    pénibles ou amènes
    silhouettes humaines
    les vacanciers

    On a donné quartier libre aux plus grands
    qu'on ne voit pas sur la plage pourtant
    quelques enfants allant et venant
    couvrent de sable blanc
    le corps informe de leurs parents

    Il est midi quelque part accroché
    au clocher de l'église
    qui lance dans la bise
    un timbre d'horloger

    Savonne-moi la bouche encore
    ou bientôt je parle de mort

    Immense frange à l'arc étrange
    que sont tes pauvres allumettes
    quand le vent souffle ses tempêtes
    levant la jupe du rivage
    sans se soucier davantage
    de la terre qu'il ronge et mange ;
    sèche ton pleur, passe l'ange

    Rigole !
    dans quelques jours, c'est la rentrée
    décolle !

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK - tiki#43
    pour le thème hebdomadaire des Impromptus Littéraires

    d'après une photo de sebarjo.

  • la sagesse du coquillage à marée basse

    Ah, dieu ! je suis mort
    mais non

    Aveugle, alors
    non plus

    Sourd, peut-être
    pas davantage

    Mais quoi, alors ?

    D’où vient que je ne voie plus rien dans ce décor
    qui m’enchante ?

    Quelle est cette rumeur où l’ardeur est absente ?

    Pourquoi faut-il aussi que je ne bouge plus
    ni ne rie, ni ne mange, ni ne chante à la nue ?

    Je ne sais qui tu es, par là mon existence
    est comme ce miroir où danse la buée

    J’ai perdu le savoir et l’ivresse des transes
    où ma sirène amie naguère me portait

    Je ne goûte plus rien des saveurs ignorées
    que sont le pain du ciel et le jus des rivages

    Je suis mort, je me dis, puisque j’ai bien compris
    que j’ai quitté ce monde et ses beautés sauvages

    Ou alors, je suis fou… ou, devenu trop sage
    ne suis-je que la bouche bée d’un coquillage

    coquillage.jpg

    tiniak ©2007-2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (à paraître dans l'Abécédaire poLétique)

     

  • Les NOMS COMMUNS en poLétique

    Les noms communs
    de l'abécédaire poLétique

    Par communs, le lecteur voudra bien noter le caractère ordinaire des termes poLétiques choisis ; le parti pris étant de les réhabiliter ici dans leur fonction poLétique intrinsèque, quand l’usage courant que l’on en fait s’emploie à nommer les choses en leur état de réalités triviales.

    • ABC
      aujourd'hui - bergeronnette - campagne
    • DEF
      dé - enfance - farce
    • GHI
      gant - heure - ici
    • JKL
      jumelle - kiosque - lune
    • MNO
      maison - nature - oiseau
    • PQR
      peau - quartier - robe
    • STU
      secret - tango - un
    • VW
      viande - wagon
    • XYZ
      xérès - yeux - zoo
    20lettres.jpg

    Avec, par ordre d’apparition providentielle :
    Monsieur Etienne (dit Stéphane) Mallarmé ; Monsieur Charles Dovalle ; Monsieur Louis-Ferdinand Destouches (dit Céline)  ; Monsieur Boris Vian (aussi dit Vernon Sullivan) ; Monsieur Jules Laforgue ; Mademoiselle Violette Leduc ; Monsieur Guillelmus Apollinaris Albertus de Kostrovitzky (dit Guillaume Apollinaire) ; Monsieur Charles Vildrac (aussi dit Robert Barade) ; Messieurs Pierre Dac et Francis Blanche ; Monsieur Maurice Barrès ; Monsieur Max Jacob (aussi dit Morven Le Gaëlique) ; Monsieur Antoine de Saint-Exupéry ; Mademoiselle Cleenewerck de Crayencour (dite Marguerite Yourcenar) ; Monsieur Jules Supervielle ; Monsieur Eugène Ionesco ; Messieurs André Breton & Philippe Soupault ; Monsieur Léo Malet ; Monsieur Claude Roy ; Monsieur Benjamin Péret ; Monsieur François de Malherbe ; Monsieur Jean-Paul Sartre ; Monsieur François Boyer ; Monsieur Robert Marinier ; Madame Marguerite de Valois (dite Reine Margot) ; Monsieur Paul (dit Tristan) Bernard.

     

    ____________________________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

    ____________________________________________________

    Aussi au sommaire de l’abécédaire poLétique :
    Des substantifs peu ordinaires
    Des adjectifs épithètes
    Des verbes hauts
    ____________________________________________

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • noms communs (abc)

    Aujourd’hui :
     Ayant rangé l’hier
     et son nid de poussières
     sous le tapis du souvenir
     ceci dit qu’il ignore son avenir
     et lui préfère un songe

     Quel trésor, cela dit
     des deux mains aujourd’hui
     que presser une éponge
     sur une gorge amie
    ; demeure le jour où l’on rencontre celui de sa vie.
    - Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui [Stéphane Mallarmé].

    Bergeronnette :
     C’est l’oiseau méconnu des bavardes amours
     le serin s’évertue à voler au secours
     des amants que l’accent circonflexe
     perturbe à ce moment du texte
     où l’on saisit le mot qui va nous jouer des tours

     Le clavier le connaît pour sa facilité
     quand on y réfléchit, il pourra remplacer
     avec quelque avantage dans l’exécution
     et rehaussant l’hommage dans le trait d’union
     les doux mots d’âme, de rêve, continûment ou pâtisserie

     Je l’emploie quant à moi pour lui dire « je t’aime » aussi.
    ; engin capable de vol stationnaire outre-rhin ; pâtresse femme à la moralité irréprochable.
    - Reprends tes jeux, bergeronnette, / Bergeronnette au vol léger [Charles Dovalle].

    Campagne :
     Églises à genou sous les combles du ciel
     aussi, tristes vaisseaux échoués loin du port
     engoncés dans la boue d’un laborieux cheptel
     allant guidé par de moins vivants que leurs morts
     avec les yeux plissés comme on a la vue basse
     la paupière crayeuse et le regard vitreux
     s’en diffusent lampions enviés par la mélasse
     qui les chantent debout en se rongeant le ventre
     des sorts prescrits, des passions que l’on rentre
     avec le foin, le blé, ce bon pain de misère
     et des mercis bien gras pendus sous la charpente
     qu’on ira décrocher un de ces jours, prochain
     dans la joie d’en finir avec l’ennui de vivre
     (oui, c’est très alexandrin)
    ;
     La campagne était nue et je la titillais
     d’un pas léger, charnu ; l’herbe s’écarquillait
     les pétales, pistils et les tendres épis

     J’allais vers ma compagne allongée, assoupie
     le sein dru sous la brise et le cheveu sauvage
     je n’avais que l’envie de ne pas être sage

     Et tout dans ce regain m’aura donné raison
     quand nous aurons baisé follement la saison
     dans sa paume estivale
    ; sceptre matinal de l’heureux citoyen et croustillant écrin des fromages bien en chère ; terre nourricière abattue sous des coups belliqueux que l’on mène au son du tambour et du pipeau.
    - Moi d'abord la campagne, faut que je le dise tout de suite, j'ai jamais pu la sentir. ... Mais quand on y ajoute la guerre en plus, c'est à pas y tenir [Céline].

    bergeronnette_citrineSN3.jpg

    ________________________________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK