Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Catt' Catt' code X

    Catt' Catt' code E

    pour tes beaux yeux

    plus rien de moche

    je me rapproche

     

    Catt' Catt' code X

    aime le sexe

    adieu la honte

    elle se raconte

     

    Catt' Catt' code U

    ton petit cul

    s'agite encore

    sur 'haut et fort'

     

    Catt' Catt' code T

    menu : tétée 

    ouvre la bouche

    et prend sa douche

     

    Catt' Catt' code O

    de bas en haut 

    fais pas d'histoires

    laisse-moi voir

     

    Catt' Catt' code I

    nue dans son lit

    sort ses jouets

    les yeux bandés

     

    Catt' Catt' code R

    tu manques pas d'air

    pour aguicher

    ton p'tit poulet

     

    Catt' Catt' code E

    pour ses beaux yeux

    cet acrostiche

    pavuche, papriche!

     

    Tue elle

    tu es le tu

    et le tu hais-le

    aussi

    tu

    dis

    je

     

    tiniak, niak!

    DUKOU ZUMIN &ditions twalesK

  • mon nom est ()ersonne ?

    mon nom est personne ou mon nom est Personne ?

    ben si, oui : non,  j'aime pas les MAJuscules. mais tout ce qui a trait à l'être (non pas à l'avoir) peut s'en prendre une : une MEGAscule même, s'il faut.

    tout bien réfléchi, décomplexer la lecture ou l'écriture sur la toile n'est pas sans soulever un paradoxe énOOOrme.

    mot à mot, si je me livre, il me faut tout de même la couverture, virtuellement chaude et sécurisante, de l'anonymat. pour être quoi ? honnête ?

    anonymat de façade, oui! on se reconnaît toujours entre gens de même ou proche esprit. anonymat de surface, si je livre le fond sans l'enveloppe. mais sans enveloppe, c'est trop cru. le message s'égare. ça pue! d'où la robe : le ton. ajoutez à cela un dédale de catégories, et c'est fini : j'ai beau tout dire, on ne sait pas/plus qui je suis. pas vu pas pris! c'est mon avis et je le partage, i tutti quanti.

    et l'avis ne fait pas le moins âne (?)

    les meilleures planques restant la fiction ou le subliminal : j'écris donc.

    • si je délire, il me faut écrire comme si je n'y étais pas. à l'afffaire.
    • si je navigue, j'envoie tout le monde promener. 'faites chier! la belle affaire...
    • si je me donne, ce sera par petits bouts. à toi de chercher. dans mes affaires.

    on avait dit pas les affaires ?

    ah bon.

    dites, c'est remboursé par la sécu la méningite aigüe ?

    merci La VolU-c-comment-kon-écrit-du-cul-nia-nia

  • où ?

    où ? où ? où ? mais

    où est passée La Catt' ?

    j'ai encore son ménate qui pleure chaque jour

    dans ma cour ajourée

    les yeux gavés de dattes

    et le plumage gourd

    ben oui, mais où ? où ?

    où est passée La Catt' ?

    j'ai reniflé l'asphalte

    je n'y ai pas senti

    ni suées, ni sulfates

    ni sécrétions intimes

    pour qui j'aurais pris date

    sans connaître aujourd'hui

    donc oui, mais où ? où ? où ?

    où est passée La Catt' ?!

    dans quel cou souffle-t-elle

    ses abandons charnels ?

    sous quelles mains prend-elle

    un ticket pour le ciel ?

    dans quels draps oublie-t-elle

    ses craintes de pucelle ?

    je ne sais où ? où ?

    où est passée La Catt'

    et j'en suis fou!

  • L'un dit

    L'un dit : Vé, la vieille, comme elle est bonne encore!

    L'autre rétorque : Té, c'est la mère à Fanny!

    L'un dit encore : Fanny, Fanny au Bar ?

    L'autre : Tié pas un peu con, toi!

    34e33d5420b34527d36e06396d59bb33.jpg

    La vieille femme 2002
    Technique mixte
    Collection particulière
    Photographie Serge Veignant Courtesy Galerie G.-P. & N. Vallois, Paris, France

     tk#50

  • pour un baiser de Mirabelle

    5b12efa5da644c99f6827a4065eaaea0.jpg

    Pour un baiser de Mirabelle
    il me faudra être infidèle
    à ma confiture d'airelles
    il me faudra changer de goût
    à mes vieux trucs, tordre le cou
    et dérouler d'autres ficelles
     
    Pour un baiser de Mirabelle
    j'ai déjà chaud sous les aisselles
    j'ai le palpitant qui chancèle
    j'ai dû encourager mes yeux
    à des regards moins vaporeux
    et minorer mes décibels
     
    Pour un baiser de Mirabelle
    je ne crains plus que m'ensorcèlent
    ses impostures de pucelle
    quand je sais bien qu'elle n'est plus
    à l'âge où l'on est ingénue
    et que sa candeur est charnelle

    Pour un baiser de Mirabelle
    je dis adieu à mes courriels
    je débranche mes péritels
    et je renoue avec l'effort
    de mieux entretenir mon corps
    ou de me taper la vaiselle
     
    Pour un baiser de Mirabelle
    je vais redéployer mes ailes
    et aménager la nacelle
    dans laquelle je veux l'emporter
    dans des nuées décomplexées
    où tout lui dira qu'elle est belle
     
    Pour un baiser de Mirabelle
    je peux mourir d'ombre et de fiel
    je peux surgir d'aube nouvelle
    être romantique à nouveau
    marcher sur le pont Mirabeau
    me perdre en de sombres rituels
     
    Pour un baiser de Mirabelle
    Pour un baiser de Mirabelle
    Pour un baiser de Mirabelle

    4b8302a9ac2fee4446e069b53eafb446.jpg