Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

concept

  • comptine

    53978e8799e9e1748cb6dc5814cababa.png

    pas vu! pas pris!

    en 1984 pas plus qu'aujourd'hui

    (ça, des fois que La Catt'

    passerait par ici :

    "le train de maman siffle à 9:53"

    et pour le mien tu as écrit ça)

    déjà en '76,

    quand je rêvais de baise

    - à l'âge ou l'on courait après

    les mousquetaires et leurs ferrets -

    mon petit brin dans sa fournaise

    se dressait devant Milady

    en fredonnant "pas vu, pas pris"

    dans l'intimité de mon lit

    maintenant vous comprenez mieux

    qu'en ce mien été 42

    j'invoque les sixty-fivers

    afin de gagner les faveurs

    des coquines qui passent là

    de VolU à La Storia

    La Storia di Gio'

    c'est mon piccolo specchio

    elle m'en renvoie 24

     (et pas du fahrenheit!)

    quand il fait déjà chaud

    embuscade au clavier

    Gio veut m'assassiner

    avec son décolleté!

    (to be continuer)

     

    [procédé :  pour entrer dans la comptine, laissez-moi un chiffre vous concernant]

    niak niak

  • mon nom est ()ersonne ?

    mon nom est personne ou mon nom est Personne ?

    ben si, oui : non,  j'aime pas les MAJuscules. mais tout ce qui a trait à l'être (non pas à l'avoir) peut s'en prendre une : une MEGAscule même, s'il faut.

    tout bien réfléchi, décomplexer la lecture ou l'écriture sur la toile n'est pas sans soulever un paradoxe énOOOrme.

    mot à mot, si je me livre, il me faut tout de même la couverture, virtuellement chaude et sécurisante, de l'anonymat. pour être quoi ? honnête ?

    anonymat de façade, oui! on se reconnaît toujours entre gens de même ou proche esprit. anonymat de surface, si je livre le fond sans l'enveloppe. mais sans enveloppe, c'est trop cru. le message s'égare. ça pue! d'où la robe : le ton. ajoutez à cela un dédale de catégories, et c'est fini : j'ai beau tout dire, on ne sait pas/plus qui je suis. pas vu pas pris! c'est mon avis et je le partage, i tutti quanti.

    et l'avis ne fait pas le moins âne (?)

    les meilleures planques restant la fiction ou le subliminal : j'écris donc.

    • si je délire, il me faut écrire comme si je n'y étais pas. à l'afffaire.
    • si je navigue, j'envoie tout le monde promener. 'faites chier! la belle affaire...
    • si je me donne, ce sera par petits bouts. à toi de chercher. dans mes affaires.

    on avait dit pas les affaires ?

    ah bon.

    dites, c'est remboursé par la sécu la méningite aigüe ?

    merci La VolU-c-comment-kon-écrit-du-cul-nia-nia

  • pavupapri ?

    8fff1b41e74e9d80aa6f1f554d20505d.jpg

    "Pas vu, pas pris"
    le Je est dit
    la donne est claire
    et éphémère

    niak niak 

    "Pas pris, pas vu"
    le jeu est dû
    au manque d'air
    et de lumière

    niak niak

    J'ai vu Pâris
    pleurer hélène
    j'ai bu sa peine
    à l'amoniaque

    J'ai pris Paris
    pour une aubaine
    j'ai vu la haine
    et j'ai la niaque

    niak niak

    Les mots tabous
    les interdits
    ont droit de cité
    par ici

    De rêves flous
    en molles envies
    tout peut s'effacer
    dans l'oubli

    tsi hi

    J'ai pris la plume
    sans amertume
    ma vie s'envole
    depuis

     

    tiniak (norbert tiniak) / 2007 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK