Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • JE VOUDRAIS, chanter la suite...

    natyot : 

    Je voudrais que tu me limes

    Que tu me limes

    Que tu me limes

    Que tu m'abîmes

    Que tu m'élimines

    tiniak:

    je voudrais que tu me lises

    que tu me lises

    que tu me dises

    que tu m'attises

    que tu m'électrises

    natyot :

    Je voudrais

    -

    -

    -

     

    refrain :

    t: mais on dirait bien que rien ne vient

    n:

    t: ça n'en prend vraiment pas le chemin

    n:

    n/t : je voudrais!... Je voudraaais! Hey! Hey!

    tiniak :

    je voudrais que tu m'appelles

    que tu m'appelles

    que tu m'appelles

    que tu me pèles

    que tu m'écartèles

    natyot :

    Je voudrais

    tiniak :

    je voudrais que tu me tiennes

    que tu me tiennes

    que tu me tiennes

    que tu me prennes

    à en perdre haleine

  • milady de 20h

    Pour m'écriremilady de vingt heures est encore à la bourre
    " c'était pas l'bon quart d'heure ? "
    " c'était pas la bonn' cour ? "
    milady devint chèvre à force de faire des tours
    et des tours, comme un rêve qui ne voit pas le jour

    milady de vingt heures est encore à la traîne
    " où sont-ils donc passés ! "
    " et voilà, c'est raté! "
    milady devint folle à trop caracoler
    de commentaires en blogs en connexions manquées

    milady de vingt heures, mets de l'eau dans ton vingt!
    à voile ou à vapeur, et sur ton trente et un
    repasse à tout hasard, car le hasard fait bien
    des choses pour nous plaire. et puis, si tu insistes
    tu croiseras le flair chez les volubilistes

    niak niak 

  • Rideau (1)

    Les rideaux du salon bourgeois s’ouvrirent sur une ombre d’un noir profond. Les filles attendaient, retenant leur souffle. Certaines avaient déjà une coupe de champagne à la main que le visiteur inconnu avait fait livrer – trois caisses pour la soirée, et du magnum encore ! Paraîtrait-il seul ou en compagnie, personne n’en savait rien.

    L’ombre frémit.

    Un manteau apparut, tombant sur une botte de fine facture. L’instant était tendu. Il se faisait rare que quelqu’un réservât pour lui seul toute la maison. C’était payé d’avance. Les filles avaient été choisies – toutes n’étaient donc pas là. Manquaient Suzie, Julie, Annabelle et Rita, les plus grosses, quoi. Exception à cette règle, Carmen était du nombre ; sept en tout et pour tout.

    Il y aurait donc Terri, la « flingueuse », Nadja, la jeunette et ses couettes, Catherine, au cheveu moutonnant, Carmen la « mouette rieuse », Luna, la brune au franc parler, Steffi, la « croqueuse de joncs » et Pearl, la rouquine irlandaise.

    Une voix mélodieuse perça depuis l’entrée :

    « Le bonsoir à vous toutes, mesdames » L’inconnu s’avança. Toutes purent mesurer à sa tenue qu’il s’agissait d’un riche personnage – on s’en serait douté à moins. En revanche, l’homme n’avait rien de très remarquable hormis son regard. De stature moyenne, les membres finement musclés, le poil brun et la peau hâlée, il n’avait guère dépassé la trentaine, semblait-il. S’arrêtant entre les pans du rideau, il poursuivit : « Permettez que je me présente. Je suis, pour vous ce soir, le prince Ali Anouar Ibn Nassri. Mais appelez-moi Norbert, je préfère. »

    Toute gainée de cuir noir, Terri fit un pas vers l’homme et lui tendit une coupe de champagne en disant : « Les filles, souhaitons la bienvenue à Norbert ». Levant haut leurs coupes, les filles s’exécutèrent en portant un toast enjoué à l’adresse du visiteur.

    Dans un manège bien rôdé, qui s’empara du manteau, qui indiqua un siège, qui s’approcha en gloussant, tandis que les autres prenaient leur pose favorite.

    Carmen lança à la ronde : « Dites, les filles, et si on commençait par le jeu du poteau rose ? »

    « - Du pot aux roses, s’enquit le visiteur avec un intérêt modéré. De quel genre de roses, pour quel genre de pot s’agit-il ?

    « - Je peux vous l’dire moi, monsieur, dit Nadja qui roulait une couette sur son doigt. Comme l’autre acquiesçait, elle poursuivit : En fait, c’est du poteau rose là-bas qu’on parle. 'oyez ? On s’y met à trois ou quatre, on tourne sur une main et la dernière qui tient le poteau gagne une rose. Avec cette rose, elle choisit son monsieur. Ben, comme vous êtes le seul monsieur ici, elle peut aussi choisir une fille. Après, c’est le monsieur… ben vous donc, de toute façon… c’est vous qui choisissez ce qu’elles doivent faire.

    « - Va pour le poteau rose, si je peux choisir qui d’entre vous y va faire un tour, d’accord ? »

    On applaudit à ce commandement. On repartit à glousser et à pousser des petits cris d’excitation juvénile. Un client qui accepte de jouer dès le départ, ça promet une soirée plutôt festive et bon enfant, en règle générale.

    to be continued soon

  • comptine

    53978e8799e9e1748cb6dc5814cababa.png

    pas vu! pas pris!

    en 1984 pas plus qu'aujourd'hui

    (ça, des fois que La Catt'

    passerait par ici :

    "le train de maman siffle à 9:53"

    et pour le mien tu as écrit ça)

    déjà en '76,

    quand je rêvais de baise

    - à l'âge ou l'on courait après

    les mousquetaires et leurs ferrets -

    mon petit brin dans sa fournaise

    se dressait devant Milady

    en fredonnant "pas vu, pas pris"

    dans l'intimité de mon lit

    maintenant vous comprenez mieux

    qu'en ce mien été 42

    j'invoque les sixty-fivers

    afin de gagner les faveurs

    des coquines qui passent là

    de VolU à La Storia

    La Storia di Gio'

    c'est mon piccolo specchio

    elle m'en renvoie 24

     (et pas du fahrenheit!)

    quand il fait déjà chaud

    embuscade au clavier

    Gio veut m'assassiner

    avec son décolleté!

    (to be continuer)

     

    [procédé :  pour entrer dans la comptine, laissez-moi un chiffre vous concernant]

    niak niak

  • Catt' rit net

    Catt' rit net

    quand je lui dis chaussettes

    elle répond qu'en fait

    ce truc lui prend la tête

    dès que dans sa chambrette

    traînent sur la moquette

    ces ersatz de quéquettes

    de laine et de boulettes

    sans vie

    Catt' rit net

    quand je chante à tue-tête

    qu'elle est mon amulette

    contre les trouble-fête

    d'une seule pirouette

    fait sauter mes lunettes

    d'un mot sur l'internet

    oui fit

    Catt' rit net

    quand on se donne un 'date' 

    une blague en charrette

    suffit à nos risettes

    je vois sa silhouette

    pliée sur sa tablette

    hi hi

    Catt' rit net

    le nez dans sa serviette

    quand, de ses oubliettes

    reviennent en brouette

    les rimes que je jette

    ici

    Catt' rit net 

    comme une clarinette 

    le feu d'une allumette

    un besoin de bluette

    aussi

    Catt' rit net  

    et moi, pour être honnète

    je vis une amourette

    tsi hi

    Catt' rit net

    oui, oui 

    et c'est mieux que bien ainsi

    tiniak (norbert tiniak) 

    © 2007 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK