Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

strabismes - Page 8

  • Le Jodel

    Pin it!

    Quel est donc ce parfum aux étranges épices ?
    Des senteurs s'y empressent
    feria d'artifices
    où ne s'expriment pas de populaires liesses
    mais une intimité de l'âme et ses humeurs

    Quelle est cette lueur dépourvue de pigment ?
    Des foisons d'arcs-en-ciel
    y vont tremper le flanc
    pour se désemparer des orages véniels
    et nourrir de sang frais le pétale des fleurs

    Quelle est cette oraison que murmurent les arbres ?
    L'écorce, gorgée d'ors
    aux veinures de marbre
    vibre une mélodie où la vie et la mort
    se prennent par la main et s'élancent en chœur

    Quelle est cette matière inconnue de mes doigts ?
    J'y cherche une réponse
    qui me vienne de toi
    - foin de comparaisons, je n'en tiens pas une once !
    éprouvant de ta peau la nouvelle douceur

    Quelle est cette saveur à la chère incongrue ?
    Je trousse les babines
    des crocs m'y sont venus
    J'ai faim comme jamais d'improbables rapines
    me sors de la poitrine une vaste clameur :

    Ainsi, Bel Aujourd'hui, voici ton Premier Jour
    Je m'enivre les sens à ce que tu proposes
    La journée bien connue s'habille d'Autre Chose
    avec un Lent demain pour éternel amour

     

    have a seat, Rosy...tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#160

     (Vois-tu, ami Boris,
    il y eut bien, ce jour

     tout à fait autre chose que le jour)

  • l'autre jour

    Pin it!

    ©Gaëna da Sylva, photographe

    Deux doigts sur les veines de son marbre
    prends le pouls de l'aube
    nappe sous les arbres

    Au rire incongru logé dans l'air
    mesure l'augure
    d'un souffle de vair

    Accomplie du jour et de la nuit
    la partie de chasse
    efface l'ennui

    Plus d'une heure à moudre dans les murs
    du pain quotidien
    la farine sûre

    S'ouvrent alors des mains en miroir
    où décline Aujourd'hui vers le soir

    Par un feu plus grave
    et sanguinolent
    la pierre de Caen pointe l'étrave

    Glissant par la Manche
    un bras désireux
    le fleuve noueux sous moi s'épanche

    Ranimées ficelles
    de mon inventaire
    quand je jette à la mer mes dentelles

    tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire, motivé par GBalland - tiki#159

    Illustration : Gaëna da Sylva, photographe.

  • aller simple

    Pin it!

    Crédit photo : Toncrate)

    Tirant son amour - et sa vie durant !
    sur les monts, les sols, par les océans
    vers le bout du monde allant droit devant
    quels que soient les vents, les nuits qui désolent
    ou glacent les sangs, les pluies qui rigolent
    la neige qui fond, l'herbage, les champs
    les fleuves changeants, racines, folioles...

    Répugnant à plaire aux vagues séjours
    nourris au sein lourd des béatitudes
    que servent en coin d'âpres habitudes
    sur des lendemains plats et sans contours
    il sommeille peu, se sustente à peine
    pas une semaine à passer au four
    ni havre, ni chaîne

    Il confia son nom à des mains sans âge
    prêta son visage à de tristes yeux
    pour faire un manteau à des malheureux
    se pela le dos, le temps d'un orage
    et, chemin faisant, composa de pleurs
    de longs cris de rage aux malingres feux
    un bouquet de fleurs à son avantage

    Puis il atteignit le dernier rivage
    où la terre en pluie coulait dans le ciel
    Il garda pour lui le son caramel
    d'une mélodie à l'ancien langage
    aboutissant là, s'assit, les pieds nus
    dans cet inconnu à portée de bras
    y jeta ses fleurs

    D'une égale humeur, il tourna le dos
    à tout ce chaos qui lui donnait tort :
    le ciel n'est pas mort ni la terre ronde...

    Il fallut encore accorder au monde
    plus d'une seconde et plus d'un effort
    Il reprit son cours et sa vie dura
    tirant son amour jusqu'à l'autre bord

    tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire, motivé par l'illustration (d'après une photo de Toncrate) - tiki#158

  • adagio

    Pin it!

    Mes yeux sont à l’abri dans le même panier
    Tout sert à mon besoin d’y voir un bel ailleurs
    Nous n’irons plus au bois, « …morts aux mondes meilleurs »
    Un cent de mots suffit, quand tout est dépeuplé

    De ces quatre chemins, le prochain sera courbe
    Quand ce n’est pas mon nez, c’est mon doigt qui le montre
    Bientôt pris le virage et plus rien à l’encontre
    ni le plat de ta main, ni ta parole fourbe

    Ça ! Tu l’as bien trahie
    l’ancre au fond de nos âges

    À chaque vin sali
    je tournerai l’adage
    à mon humble profit

     

    tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#155

    Plouf !


    pour un Impromptu Littéraire - tiki#155

    Lien permanent Catégories : strabismes 2 commentaires
  • travelling

    Pin it!

    Le voyage à nouveau, l'apostrophe, le fil

    Paysages courant au vent lavé à l'huile
    La vue glissante happe
    mais l'inconnu échappe au regard intestin

    L'ailleurs de toute part, le temps qui le traverse
    Est-ce la même histoire ? Est-ce le même train ?
    Quand la station s'égare, où peut être l'endroit ?

    Est-ce un bris de mon coeur, là-bas, qui pleut à verse ?
    Est-ce moi qui ai froid ? Est-ce moi qui ai faim ?
    Quel âge avait ce roi... quand je l'avais en main ?

    Le jour passe à la trappe et trace un bel ennui
    Le soir, de son enduit, brosse une peau de chèvre
    J'ai ce goût sur la lèvre... et c'est toi qui l'a mis

    Les adieux à l'amie fleurissent dans mon rêve
    où la pluie fait des bonds sous le ciel abattu
    mais nous nous reverrons... quoique la vie soit brève

    Le trajet, bien connu, me semble long, ma foi
    User du bout des doigts
    matières et couleurs pour en lustrer le fond

    Le voyage est nouveau, pas la destination

    Tchou !

    tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK