Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lol

  • Trie tes rapines !

    Les cheveux engourdis de l'herbage en sommeil
    sont le lieu favori d'un rigodon fantôme
    où ne se risquent pas le songe ni le gnome
    mais qu'embrasent déjà les longs rais du soleil
     
    L'heure n'a pas de nom - pas encore et pourtant
    je suis dans sa question « quel sera l'Aujourd'hui ? »
    la main fouillant mon ventre et son vaste appétit
    (il m'a semblé entendre, autour, un vague chant)
     
    « Laissez-nous... »
     
    Là-dessus, des moutons vont grignoter leur part
    et les fleurs en bouton souffriront en silence
    quand un ciel continu et perclus d'ignorance
    assemblera ses nues, distrayant le regard
     
    Alors, il sera temps d'énoncer les soupirs
    et de boire l'instant comme on appelle un frère
    sur les sols détrempés, laisser fondre l'Hier
    puis, à deux mains, plier le trésor à venir
     
    « ...nos baisers... »
     
     

    Laurence Le Masle,monster,fear

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
     
  • Au nom d'une pipe

    Mon très cher insomniaque alter ego
    m'a fait le don d'une pipe à opium
    D'un rosier nain, j'ai tiré le sebum
    liant parfumé dont j'enduis le fourreau
     
    Prends-moi la main, fantôme fraternel
    et glisse-la jusqu'à ton lent soufflet
    Mon bras - la branche où s'est tenu Poucet
    lascivement va mélanger le ciel
     
    Un songe fleuve emporte sur son dos
    le réveil solitaire et sans amour
    la promenade infertile du jour
    grinçant, le chant d'un amoureux duo
     
    Le brouillard blanc d'un mythique opéra
    finit sa course en roulant à mes pieds
    Je lui caresse, d'un doigt familier
    le vieux dragon tombé raide mort - "Là..."
     
    L'instant suivant, je cherche quoi m'offrir
    "Une pédicure ? Une oreille ? Un four ?..."
    Le rêve dissipé, revient le jour
    où - mince alors ! il faut se répartir
     
    Adieu, Gerda ! ma pipe, mon foyer !
    Bonjour chiffons et recherches d'emploi
    Ah, saisonnier ! quelle est dure ta loi !
    mais c'est ainsi qu'on paye son loyer
     
     
     

    Laurence Le Masle,pipe

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour une impromptu littéraire - tiki#220 
  • Playlist

    Je grave d'un nom le revers
    et mon papier peint fleurit
    C'est bon de l'avoir compris :
    "Porte le regard haut et clair"
     
    Ben Howard - Keep Your Head Up
     
    Au moment de hurler au loup
    la grâce vient au palpitant
    l'instant contenu en suspens
    les mains dans le ciel, à genoux
     
    Phœnix - North
     Amy Stroup- Quiet Hearts
     
    Je n'ai jamais vu Mexico
    mais j'ai trouvé son wonderland
    C'est seul et nu que j'y promène
    de magmatiques braséros
     
    BRNS - Mexico
     
    Ce matin, je mâche un lotus
    pour combler le vide attirail
    dont je pare l'épouvantail
    d'un trop trop sévère motus
     
    Radiohead - Lotus Flower
     
    L'enfant mort-né des tentations
    garde pour lui son pistolet
    C'est à lui de monter au guet
    dans le grand vent des trahisons
     
    Cat Power - Nude As The News
     
     (il chante)
     
    Le Slumbush a mangé ma main
    J'ai mangé le singe et maman
    Le Slumbush, cassé mon safran
    a mangé le Sage et mon nain
     
    René Aubry - Chanson d'Adrien
     
    La tempête navigue au près
    roulant de persistantes nues
    vers l'abri où je constitue
    celui que tu m'as refusé
     
    The Rolling Stones - Gimme Shelter
     
    Souvenir à-même la peau
    sans rémission et sans appel
    je veux encor chanter nos miels
    sinon - c'est dit ! plus rien de beau
     
    Six Pence None The Richer - Melody Of You
     
    Par cette couronne d'amour
    qui dilue tout mon solide air
    il me gagne comme un cancer
    dont j'interroge l'alentour
     
    Arcade Fire - Crown Of Love
     
    Je n'ai pas rangé ce matin
    Tu ressemblais à Peter Pan
    Dessous, le vieux Crochet empanne
    car à sa table, nul festin
     
    Donovan - Museum
     
    J'ai nagé jusqu'au fond des mers
    Des arbres, j'en ai grimpé tant
    Dire adieu suffit à présent
    pour ne plus coucher en enfer
     
    The Duke spirit - Bottom Of The Sea
     
    Pour avoir brisé nos jouets
    - et le moindre de mes atomes !
    je saurai m'inviter, fantôme
    en ton placide cervelet
     
    The Cure - In Your House
     
    (quand bien même je saigne encore
     de blessures jamais pansées
     dans la foire de mes pensées
     je ne suis pas tout à fait mort
     
     alors, autant combler le trou
     plutôt que lui cracher au front
     Novocaine absolution !
     ta médecine a le sein doux)
     
    The Eels - Novocaine For The Soul
     
    Meure le socle des forêts
    je n'aurai pas assez de bras...!
    Et des choses qui s'offrent, là
    si je n'en suis pas, c'est mon fait ?
     
    Cocteau Twins - But I'm Not
     
    Je lie ma fièvre au masculin
    à d'éloquentes mélodies
    Il y a de l'or et d'autres vies
    sur quoi je veux serrer le poing
     
     

    Laurence Le Masle

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK 
  • limonade cænnaise

    Lèvre boudeuse, l'œil mauvais
    passe le soir à la fenêtre
    fait semblant de m'y reconnaître
    et puis, de tout son long s'étale
    sur les murs bourgeois de craie pâle
    et leurs volets
    derrière quoi le quotidien se renfermait
     
    Je sors un doigt, un bras, la tête
    Allons, faisons notre marché !
    Habillons-nous d'un air de fête
    au parapluie circonstancié
     
    (je parle à qui ? je suis seul, oh !
    …en compagnie de mon cerveau, quand même)
    C'est bon, je vais battre pavé, voir si Caen m'aime
     
    La rue, déjà, est bien en place
    J'y salue quelques pensionnaires
    aux Bon Soins de la Caponière
    aux médecines appuyées
    - ces guerres lasses !
      ces À-Quoi-Bon clamant "La Vie est dégueulasse" !
     
    D'autres gosiers, à l’Antirouille
    vident leur sac - vides, leurs fouilles...
    (l’épisode m'est bien connu
     mais, pour ce soir, j'ai d'autres buts)
     
    Libre parvis de Saint-Sauveur
    ta face crayeuse rougit
    (de loger tant d'hypocrisies ?)
    quand sonne l'heure à Saint-Etienne
    au carillon - le pénultième !
    monte l'odeur
    qui manquait au parfum chargé de mon humeur
     
    Ça me gratte, ces bottes rouges !
    et la couleur (trop à la mode !)
    des cheveux fuyant leur exode
     
    Mais au château, plus rien ne bouge
    ni la pierre que j'aime tant
    ni le persistant sentiment
    que l'abandon baille ses bouges
     
    Et ça me reprend, les fourmis
    de cette insistante mémoire 
    qui me fait chercher dans le soir
    l'amour qui m’a tout rabougri
    et qui mange
    à la sobre tablée où nul ne le dérange
     
    J'avance vers la seule preuve
    attachée toujours à ces mots
    dont je flatte le marigot
    (je parle du plus petit fleuve)
    et je l'orne
    « À vaut l’eau ! »
    de mon violent désir de miel sans borne
     
    Un chant vaudou chauffe à l'oreille
    J'arrive bientôt sur le port
    Tiens, la Tour Leroy se réveille
    au cri des mouettes sans trésor....
     
    Et te voici, mon rêve lent
    lâchant ta course vers la baie
    ‘A thrill a day, keeps the chill away!’
    J'avoue n'être pas cet amant
    gentil, placide
    triste servant de caresse livide
     
    Ah mais fourmis, vous revoilà !
    Et la nuit a rongé le soir !
    Buvons à nos conglomérats
    puisque tout se noue dans le noir
     
    Tout se noue : les voisins fantômes
    les trahisons qui se renient
    les serrements du jeu de paumes
    et les fraternels appétits...
     
    Voici le fleuve et son autel
     
    J'y suis tant de fois descendu
    la même intention retenue
    prête à jeter son apostrophe
    dans cette calme catastrophe
    - il n'est pas dit que l'on m'y rendra plus...
     
    Ici finit la promenade
    à la bordure des histoires
    à célébrer la fin du soir
    en jaugeant une limonade
    - forte! merci…
    en allusions mêlées de gris souris
     
     

    Laurence Le Masle

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
  • Change-m'en ! songe...

    Je ne changerai rien au rythme des marées
    rien aux amours données le cœur nu sous la main
    rien à l'espoir laissé dans un regard voisin
    mais j'effacerais tout pour savoir oublier
     
    Non, que l'absurdité de l'instant ne diffère !
    Que les ors bondissant sur le fleuve perdurent…
    Que m'importe à présent la couleur des voitures…
    Puisque je n'y peux mais, comment dire j'espère ?
     
    Admettons, je le peux ! modeler l'alentour...
    J'ouvre alors sa fenêtre, en rassérène l'air
    Je recouds des matins les trop lâches revers
    J'y embrasse les yeux qui m'ont parlé d'amour
     
    Mais, si je vais plus loin - dans l'humeur assassine !
    je n'hésiterai pas à massacrer l'or rance
    ses vains salamalecs, ses hypocrites transes
    et ce qui va avec : les ardeurs intestines !
     
    Je repeins le soleil avec les mots du soir
    - tu sais, ce que l'on dit seul au monde et pleureux...
    Je dessine à la lune un visage amoureux
    que ta main dans la mienne ait un nouvel espoir
     
    Que ma main dans la tienne ait confiance - toujours ?
     
     

    2308408727.jpg

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un impromptu littéraire - tiki#219