Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mais à peine

  • Vieillerie

    Poussez !
    Poussez !
    l'escarre, Paulette !
     

    Laurence Le Masle

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
  • Change-m'en ! songe...

    Je ne changerai rien au rythme des marées
    rien aux amours données le cœur nu sous la main
    rien à l'espoir laissé dans un regard voisin
    mais j'effacerais tout pour savoir oublier
     
    Non, que l'absurdité de l'instant ne diffère !
    Que les ors bondissant sur le fleuve perdurent…
    Que m'importe à présent la couleur des voitures…
    Puisque je n'y peux mais, comment dire j'espère ?
     
    Admettons, je le peux ! modeler l'alentour...
    J'ouvre alors sa fenêtre, en rassérène l'air
    Je recouds des matins les trop lâches revers
    J'y embrasse les yeux qui m'ont parlé d'amour
     
    Mais, si je vais plus loin - dans l'humeur assassine !
    je n'hésiterai pas à massacrer l'or rance
    ses vains salamalecs, ses hypocrites transes
    et ce qui va avec : les ardeurs intestines !
     
    Je repeins le soleil avec les mots du soir
    - tu sais, ce que l'on dit seul au monde et pleureux...
    Je dessine à la lune un visage amoureux
    que ta main dans la mienne ait un nouvel espoir
     
    Que ma main dans la tienne ait confiance - toujours ?
     
     

    2308408727.jpg

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un impromptu littéraire - tiki#219
  • sans l'oreillette

    oreille.jpgJ'ai tant faim, mon Oreille
    le soir n'est pas venu
    me porter sa corbeille
    d'agapes attendues
    et je ronge ma veille au bougeoir éploré
    que de cireuses treilles
    achèvent d'étouffer
    Peste soit des sommeils qui tardent à venir !
    J'aime autant, mon Oreille
    te dire :

    allons nos promenades
    au long des champs d'oubli
    bravades
    nos rires sous le plomb
    nos chants au feu nourri
    et de nos corps les embrassades étourdies
    tandis qu'au ciel un or malade s'affadit
    paradent
    se goûtent la vie

    Oh, mon Oreille amie !
    Oh, mon dernier soleil !
    J'ai eu tant d'appétits pour de tristes merveilles
    que je préfère cet ennui
    dont j'applanis les mauvais plis
    jusqu'à ce que ce drap soyeusement se prête
    à t'accueillir et faire fête

    J'ai tant faim, mon Oreille

    de vider ma redoute
    et comme nulle autre pareille
    que tu viennes, que tu m'écoutes...

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • gris sourire (2)

    Une fois sorti, ce bon clown
    que croyez vous qu'il fasse ?
    Il quitte ses godasses
    et rejoint sa pitchoune

    Une fois tout là-haut, les coeurs
    où pourraient-ils aller ?
    Le ciel est limité
    à leur juste valeur

    Une fois perdue la raison
    quoi trouver à redire
    à ce Verbe en délire
    qui rentre à la maison ?

    Ah non, vraiment !
    c'est assez des adages
    je préfère un hommage
    aux sentences des gens

    Et ça suffit !
    des leçons de courage
    qu'ils en parent leurs pages
    et autres homélies

    Une fois fini ce poLème
    où croyez-vous que j'aille ?
    sinon livrer bataille
    avec les anathèmes

    Cette fois, je n'ai pas de doutelaforgue2.jpg
    - me voyez-vous venir ?
    avec mon gris sourire
    j'ai une foi pour toutes !

    tiniak © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    illustration : dessin de Jules Laforgue, poète.