Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

acrostiche - Page 4

  • solero

    Sa lèvre ourlée de mousse attend que je l'embrasse
    d'un lent panoramique amoureusement vert
    je goûte avec bonheur cette langue de mer
    qui écarte les doigts de notre terre grasse
     
    Opérante magie d'échos luminescents
    l'orfèvre tragédie du jour contre le soir
    remue sa féérie d'ordres contradictoires
    sur la table servie pour leur assemblement
     
    Là, je prends la mesure au cordeau de mon être
    avec le poumon plein des chansons du métier
    avec le poumon plein de l'envie de crier
    et le cœur au-dessus qui soupire : « peut-être... »
     
    En d'autres lieux-sans-doute avec toi contre moi
    (tellement que tu m'as traversé !)
    à siéger au chevet de tes obscures lois
    j'eusse été le jeu de leur toupet
     
    Rendu à la valeur des souffles généreux
    dans la paresse de leurs dentelles
    fouillant du nez leur sein organique et soyeux
    j'enclenche à nouveau la manivelle
     
    Où que partent les pluies que fourbit le marin
    elles n'ont plus le goût de mes pleurs
    l'Aujourd'hui me suffit; que passe leur chemin
    loin de l'herbeux regain que j'effleure
     
    (De feu, point !
     Et d'entendre son chant délirant encor moins !)

    Laurence Le Masle qu'elle m'a fait !

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
  • ladite

    L'Or ! Elle prenait comme moi,
    le 18h45
    Si elle n'y paraissait pas,
    je m'en consolais sur le zinc
     
    A son passage près de moi
    pour prendre sa place habituelle
    je m'enivrais du gardénia
    pris dans ses tissus coccinelle
     
    Du regard, je comptais les pois
    de sa poitrine à son bas-ventre
    alors, j'inventais quelque loi
    dont nous étions toujours le centre
     
    Ici les champs, là-bas les bois
    qui m'évoquaient des océans
    priant que le charme opérât
    au-delà, je figeais le temps
     
    Taire le sens de mon émoi
    m'inffligeait une sourde peine
    et me rongeait d'anonymat
    depuis le cœur jusqu'à la couenne
     
    Et le voyage finira
    une heure après quelques poussières
    L'Au-Quotidien l'emportera
    quoi que m'en songe, Passagère !
     
     

    tiniak, poésie

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki# 229
  • Pirouette, allumette !

    Craquée l'allumette
    viennent pour la fête
     à petits pas dans le couloir
     au galop à travers le soir
     ou, depuis le Septentrion
     portés par un vent pâlichon
     des apostrophes
     qui se bousculent pour me regarnir le coffre
     
    Le temps d'une flamme
    j'ai le cœur à Dame
     le souffle en paix dans le sillon
     de son très plantureux giron
     enivré de cet elixir
     où se malaxent nos désirs
     et nos sueurs
     dans le fondant et sidérant suspens de l'heure
     
    ...Entre, Parenthèse !
       (coquelicot !)
       quelque anachorèse
       dans le jabot...
     
    Fumante allumette
    cramé de la tête
     c'en est bientôt fini, bonhomme
     Qu'il en fût de gloire ou de somme
     l'instant n'est jamais si précieux
     qu'au moment de fermer les yeux
     et de gésir
     laissant à d'autres le soin de se recueillir

    Laurence Le Masle

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
     
  • conduite urbaine

    pvpp_Nicole-G_1pan.JPG

     
    Carnage autorisé dès le prochain détour
    Ouvrez la boîte à gants, Madame a les mains moites
    N'avez-vous pas laissé une évidence à droite ?
    Détournez vos regards de ces copieux contours
    Un chien va traverser, tranquille, votre esprit
    Il peut vous ravager, il est prioritaire
    Tu devais m'annoncer à tes parents, hier
    Elle a tout obstrué, ne parlons plus d'amour
     
    Usez du radiateur avec parcimonie
    Rangez-vous des crayons sur la gauche après elle
    Bingo, c'est le bouchon ! Redépolyez vos ailes
    Attention, ce piéton était dans votre lit
    Ici, prenez à gauche une occasion rêvée
    N'attendez plus ce feu qu'une autre a remporté
    Evitez les trottoirs à vos sens interdits
     
     
    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Illustration : ©Nicole Gérard, "Vibration sur la ville" (détail)
     
  • immobile pugilat

    Pour ce nouveau reflet de ta belle personne
    voici l'or annoncé dans le ciel qui résonne
     
    Une ombre a dépassé l'heure de se revoir
    où la duplicité s'offre un nouveau boudoir
     
    Glisse une main plus haut, que vibre cette scène
    et sa lutte au cordeau avec les meubles chêne
     
    It lives on a fake, you see, le vilain soir
    dont tu te prémunis derrière un cheveu noir
     
    La vie t'arrache un œil, mets dans l'autre ton âme !
    depuis son vaste seuil en réchappent tes flammes
     
    Avalanche de mots, les pas dans le couloir
    tiennent dans ta photographie, dans son miroir
     
    Tu floutes les parties qui disent qui tu es
    dans les bras reverdis d'un fauteuil fatigué
     
     
     

    Gaëna da Sylva,photographie,sensuelle,nip,seat

    tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour une photographie de Gaëna da Sylva