Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

confinement

  • pas à pas

    Je les entends
    longer mon sang
    - que meure l'heure !

    Souples feutrines
    dans le living
    - songes rieurs...

    Maintenant que j'aime
    j'attends qu'ils me viennent
    (en chaussettes mauves)

    L'âme seule et même
    écraser la peine
    (en mon cœur guimauve)

    Leur chanson, pas à pas
    lustre un sol déjà las...
    Est-ce là qu'est ma gloire ?

    Exemptés, rires gras !
    Fi ! "...de vie à trépas..."
    Voilà, toute, l'histoire

    Et je les vois venir, à moi, mes anges tendres
    qui me disent "Papa, c'est quand tu nous fait rire ?"
    "Papa, c'est quoi ce train qui te fait tant frémir ?"
    quand je n'ai jamais su à quel "bon saint" me pendre

    Retour en poLésie... Des pas dans le couloir ?
    Les miens font, en écho, une histoire connue
    avec la rime en "oh!", avec la rime en "uh !"
    à quoi j'arrime, enfin, mon aspect de passoire

    Et fonde l'heure
    comme le beurre
    dans mes poreux viscères

    Quand j'inscris, là
    mes concordats
    sur de frêles barrières

    Qui puis-je ?
    Qui fuis-je ?
    Qui suis-je ?

    Ou pas !
    (zappe "ah")

    Banque
    Franck !

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Réclusion 2020

    Le chemin vers ta main ne fut jamais si long
    - un aller sans retour, détour ni croisement...
    avec l'arbre chantant plus fort sur la maison
    et le Jour Après Jour aux rondes s'étirant
    de la même façon

    La pluie ne lavait plus que de rares foulées
    Le vent s'est essoufflé à porter les oiseaux
    La nuit se surprenait d'être encore étoilée
    Le miel, à tout figer sur sa cuiller à pot
    s'est pris pour la gelée

    L'horizon s'est gavé d'acrimonieux silences
    inspirant une danse au fleuve ténébreux
    où se noyait mon rêve en sa pleine indolence
    et sans fermer les yeux

    L'appétit m'a quitté... pour ton ombre, ta voix...
    Aujourd'hui, à nouveau, ces émois me reprennent
    Au jardin, le regain me rallonge le pas
    tout droit, vers ta superbe

    poésie, tiniak, David Filoqueur, David Foulquier

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Voyelles en parenthèse

    Alors que j'aime encore
    ton ombre, Sémaphore
    (au nombre délicieux)
    m'encombrent trop de cieux

    Et puis le temps a fui
    sans le vent, sans la pluie
    sans le pas des passants
    (pas sans ronger mes sangs)

    Il fait soudain plus doux
    (à m'en tordre le cou)
    quand le fleuve reflète
    le vol d'une bluette

    (Oh, ce n'est qu'un billet)
    Je ne sais pas prier
    mais ton prix est le mien
    tant que l'on en convient

    Un mot nous fait défaut...
    Nos âmes, dos à dos
    en connaissent le coût
    Il se paie à genou

    4251919558.giftiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Confession IIMXX

    La planète s’échauffe
    Le prochain âge de glace en est tout marri
    J’en veux, pour preuve, ton œil trouble, Mienne Amie
    malgré tes rêves saufs

    Les cieux sont enrhumés
    Dessous, c’est la curie ! des impunités crues
    à l’aboi inhumain des perclus de vertu
    mouchant nos libertés

    C’est la ville qui tousse
    avec ses rues plus vides qu’un vaisseau fantôme
    et ses fronts compassés aux putrides arômes
    pétris de vaines frousses

    Rien de neuf, Camarade !
    que de la parano pour taire nos fiertés
    dont la quête insatiable a pour nom Équité
    droit devant la Camarde !

    Le pavé sent la plage…!
    Reviens, demain matin, sans ton masque fébrile
    Viens me tendre la main; viens renouer le fil
    L’âme est notre courage…

    La planète s’en fout !
    L’enfer est un glacis sur nos maigres gâteaux
    Mienne Amie, relisons le programme, plus haut
    genou contre genou

    Dessus ? Le Guéri-donc…!

    3655081639.jpg

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK