Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tiniak au tableau noir

  • octordre

    Voici qu'une curiosité
    au sein des familiarités
    tète une gorge inexplorée
    avec du schiste plein la bouche
    que nul n'embrasse, rien n'étaie
    mais ravage une verte couche

    Voici le chemin, dans le ciel
    au parfum (de... thym pris de miel ?)
    qu'une fourmi belle et bien morte
    pour les femmes sans cul ni porte
    emporta sur ses maigres ailes

    Voici le pli d'une bourgeoise :
    " - Ah, mon ami ! Que Lui me garde
    d'engendrer des larmes bâtardes."
    (pas moyen d'effacer l'ardoise)

    Voici, là... ouf ! que tous les fous
    m'avaient, là, donné rendez-vous
    quand, de me rendre, pas question !
    mais de m'y prendre ? sans façon !

    Vé ! me rameute des quarts d'heure
    insolubles dans la marée
    charriant des profondeurs moirées

    Vois ce cri, comme il peine à dire
    ce qu'il me plaît pourtant d'écrire

    Vé, bé !
    Vé, c'est...

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

     

  • LN, foi d'eux

    La neige veut tenir
    un autre témoignage
    quand le printemps fourrage
    un bourgeon à venir

    Ne boudons pas plaisir
    d'y voir, avec ardeur
    un regain de bonheur
    quoiqu'il faille mourir

    La joie peut être sûre
    dans un humble regard
    porté sur le trottoir
    ou fleur dans les ramures...

    Ne boudons pas la joie
    de l'instant incongru
    qui nous révèle nus
    dans l'arbre à mille doigts

    hélène,arborescence,deuil,tiniak le niak

    à ma Tatie Chérie et son fils, Fabrice.

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Lume

    Plus le mur tombait sous nos yeux
    plus nous dansions comme deux fous
    privés de partager le feu
    couvant pourtant des ciels plus doux
    à l'occident comme à l'orient
    pour nos révoltes contenues

    Plus la nuit nous tendait les bras
    plus le poison se répandait
    et nous chantions sur nos gravats
    le sang bouillant en aparté
    sous nos carnés déliquescents
    par nos rencontres impromptues

    Plus brutale fut la lumière !

    Certain matin, palpant nos corps
    il ne fut plus question d'espoir...
    Ce pût-il qu'on portât la mort
    le cœur drapé de rouge et noir ?
    A l'occident comme à l'orient
    la joie sentait mauvais du cul !

    Sereins mâtins, larges Suzon...
    Si brutale fût la lumière
    (impitoyable d'A-Quoi-Bon)
    qu'elle obscurcit vos âmes fières
    « Putride occident ! »; « Vil orient ! »
    dans vos billets d'astres mourants
    une révolution déchue !

    Serpentins... quelque anniversaire ?

    Europe, ah dieux (voici ta chute) !
    Esope, il reste un peu de vain ?
    Endoscope, était-ce une pute ?
    Ethiopie, rends-moi ton doux sein !
    De gauche à droite, un astre ment...
    Que pleure le nord vers le sud !!

    «- Oui, j'ai fini; tu peux m’éteindre. »

    «- Ffff... »

    tiniak,lune,moonlight,au clair de la,lume

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Just Cry! Et t’inspire un bon coup…

    à Mathilde

    Springtime will come again
    You're not only just a part of it, now
    You're involved in writing it's next song
    And you're not alone

    à ton père

    Je me souviens...
    Quand Jean crie "stop !"
    un enjeu tendu est palpable
    un murmure s'invite à table
    entre accroches, comme syncope !

    ***

    C'est bon, j'en viens !
    J'y sais... Voyez-vous le présage ?
    Entendez-vous bien le partage
    qui se peut nourrir d'âge en âge
    en n'ayant qu'à tendre... l'humain ?

    ***

    En quelques strophes
    Jean-Christophe ?!
    La mission est bien impossible...
    Sauf à voir en vos meilleurs profs
    l'enthousiasme de l'invincible

    ***

    Pleurez ! Pleurons ! Qui l'ont connus...
    Toi, bientôt, le pleureras-tu
    Sa perte compte à ce combat
    qui n'avait d'autre objet que toi

     

    tiniak,jean-christophe,anarchie,mathilde,candle light,hands

    JCEPJean-Christophe = Educ Pop !