Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

musique

  • la plinthe

    WALL42.JPG

    La mère est une bouche avec les jambes sous les seins
    Elle vit seule en couche et mange ses enfants
    Le père meurt encore avec les autres pour les siens
    Les œufs de feu du ciel m'assènent ses louanges

    - mama loves her baby and daddy loves you too

    Les tigres sont lâchés ; ailleurs tombent les murs

    Ici, chaque mot apporte sa brique
    Je couvre mon carnet de mes pauvres coliques
    Je crains l'école et ses paroles dures
    - and the sea may look warm to you, babe, and the sky made of blue


    La mère est une cour avec un juge à chaque main

    Elle caresse un mort, aux bras le dernier né
    Les reliques d'un rire emboîtent son petit train-train
    La voix définitive, elle a tranché
    - the silent reproach of a million tear-stained eyes


    Dans son ordre inversé, le Maître lui ressemble

    Il arrache au carnet mes pages noires
    Des tigres de papier feulent dans les couloirs
    A mon bras décharné, l'aiguille tremble
    - don't be surprised when a crack in the ice appears under your feet

    Ma caverne est un mur où dansent, bacchanale

    à l'assaut de fêlures ornementales

    les sombres réjouissances
    les jeunesses flouées
    la fin des résistances
    la bave des ainés
    dans la lumière crue
    d'un Chaos résolu
    à marcher sur le Rêve
    à pas forcé
    sans trêve, sans pitié
    - how should I complete the wall?

    Me voilà dos au mur

    attendant ma piqûre de rappel
    - à l'ordre ? au rituel ?
    et je sens qu'on me hisse
    Sous moi, le monde glisse une porte
    la tentation est forte d'y passer un adieu
    - a distant ship smokes on the horizon

    Je gagne le sommet

    J'entends une scansion, ritournelle
    - Ooh ma! Ooh pa! the show must go on

    Serait-ce ma famille

    ce vil rang de chenilles
    grouillant alignement longeant la plinthe ?
    Ruée processionnaire
    ton pas bien accordé
    aux accents unifiés
    d’un chant immunitaire
    lézarde sur le mur
    la brique la plus dure
    où naguère ma mère
    au fur et à mesure
    de son besoin d’avoir la main mise sur tout
    aimait limer en pointe
    ses ongles de saindoux
    comme on boit de l’absinthe
    Femme, d’entre les fous, complainte !
    - Worm, Your Honour, let me take him home

    Surgit un arc-en-ciel avec ses jambes sur la ville

    De sa bouche infantile, il gobe les fumées
    Je me redresse alors debout sur les tessons de tuile
    La foule s’éparpille sous mes pieds
    - I sentence you to be exposed before your peers

    À bas, le mur !

     

    Wall-side.JPG

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    d'après Pink Floyd THE WALL
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#75.

     

    WallCrossedHammers.jpg

     

  • ... (soleil absent)

    SD, crepuscule

    soleil absent
    brume vierge

    mon âme attend
    sur la berge

    l'ombre s'entend
    dire un mot

    l'océan courbe
    le dos

    l'oreille espère
    un signal

    jailli d'un vert
    abyssal

    à sa lisière
    émouvante

    frissonne l'air
    atlante

    qu'un marin joue
    dans les ris

    à l'infini

    je soupire
    mon désir


    et ne veux
    pas finir


    que tu n'aies
    su venir

    m'entendre te le dire

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    ______________________________________
    texte paru et destiné au DEFI DU SAMEDI
    (site d'écriture ludique) 

     SD, mon frère

    illustrations graphiques : Stefan denis

    atteindre...
  • une paille dans l'oeil de ce cher Edouard

    Edward Hopper

    Tôt ou tard un bout de trottoir
    d'une rue ou d'un boulevard
    arpenté les yeux hagards
    le moral dans le brouillard
    aura des airs de quai de gare
    pour aucun au revoir

    Quelque part au bout du comptoir
    où finit la tournée des bars
    à se jouer du hasard
    la morale s'égare

    Malabar au bout du couloir
    répandu comme un calamar
    décapité du cigare
    pour un air de guitare
    retour à la case départ
    sans connaître l'histoire

    (une paille dans l'oeil de ce cher Edouard)

    Tôt ou tard un bout de trottoir
    d'une rue ou d'un boulevard
    arpenté les yeux hagards
    le moral dans le brouillard
    aura des airs de quai de gare
    pour aucun au revoir (bis)

     PsinK © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions

    ____________________________________

    pour relever un défi du samedi
    portant commentaire sur une toile de Ed HOPPER.

  • unic-verse

    not'ciel

    I could go out and see the world and travel around the world
    it wouldn't be wide enough

    well I could jump to the moon and fly high to the moon
    it wouldn't be far enough

    and I could follow the stars, follow a wandering star
    it wouldn't be fast enough

    then I could even reach the sun, touch this burning sun
    it wouldn't be hot enough

    I want you to be my
    I want you to be my
    I want you to be my unic verse (bis)

    I'm so grateful, you see you came to me
    and now's the day

    a day to ever last, future and past all in one way
    the Beautiful Today

    I want you to be my unic verse
    I want you to be my unic verse
    I want you to be my unic verse (bis)

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK