Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

effet : mes rides - Page 4

  • Nocturne filiation

    Ma lune est moustachue, la tienne glabre
    et projette aux carreaux la danse des bourgeons

    Si je fendais le ciel à coups de sabre
    je n'influerais pas plus sur son inclinaison
    aux degrés immuables...
    Ils te tiennent logée au loin
    plus bas sur l'horizon
    sans peine commuable

    Là, s'invite peut-être à ton regard
    le nez à la fenêtre, une même question

    S'il se pouvait, par quelque heureux hasard
    que, dans cet infini, nous nous rencontrions
    ...pour une heure adorable
    épinglée à la proue d'airain
    d'un nocturne galion
    échoué sur le sable

    Ma fille bien-aimée
    comme nous danserions !

    poésie,nocturne,amours filiales,horizon lunaire,à la proue

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Encore ! Lyre...

    poésie,applause,kids,puppets

    La chanson dépouillée de son refrain connu
    se cherche des raisons d'accorder son oreille
    à des ailleurs bercés par de lascives nues
    et fume sa journée à d'étranges soleils

    Sa voix, enrubannée de murmure exotique
    s'assombrit de fraîcheurs moins tristes qu'un long soir
    autrement faites pour les grèves nostalgiques
    et propres à couvrir le seuil de son histoire

    Qu'importe le refrain ! Laissons la porte ouverte
    En serons plus diserts les couplets orphelins
    et plus grave, la lyre - ès délices, l'experte !
    que sont les lents soupirs joués à quatre mains

    Des vents se lèveront à la fin du concert
    en prompts et spontanés flots d'applaudissements
    et scanderont en chœur la musique légère
    du dernier mot livré, en si, charnellement :

    « Encore... »

     

    poésie,polésiaques,musique au logis,refrain,den,elfiquetiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#256

  • Zoë, (ni'hi !) liste

    à ma Zowé-Bozieu

    Ni les pluies de l'hiver, ni le marin d'Écosse
    ni le petit matin frileux sur l'avenue
    ni l'ombre sur tes yeux, curieux de l'inconnu
    ni ton pas loin de moi, sur ta route et ses bosses

    Ni les rêves meurtris qui font ton nouveau songe
    ni les chants paradant sur tes secrets miroirs
    ni la question qui pleure avec toi, chaque soir
    ni ce grand tableau noir où tu passes l'éponge

    Nul lointain orient, pas plus qu'une amie proche
    aucun trait spontané sur une page blanche
    et pas moins ce refrain qu'entonnent les dimanches
    non plus que ces discours aux mêmes sons de cloches

    Rien ne m'est plus profond, plus sérieux et sincère
    que tout ce qui te touche
    Même close, ta bouche
    embrase, à sa façon, et mon cœur, et ta mère

    Et demain, ton plaisir
    sur l'horizon mouvant écrira son empire

     

    poésie,ta zoa trékeï,zoë,catharsis,énergie vitale,orientalisme,corée,là sion

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Lili 18

    à ma Jolie Belle Douce

    Un soleil va passer, un autre doit venir...
    Je souffle un lent soupir sur tes cheveux ourlés
    Prends ton ukulele, chante-moi ton sourire...

    La nuit garde une étoile où je sais que tu brilles
    avec ton sang de fille et tes rêves de voiles
    Peints, ton cœur et ta moëlle ouvrent mon écoutille

    Et je vogue à nouveau vers ce que j'imagine
    être ton dernier spin (nourri sous le manteau)
    raffirmé le rideau sur tes paupières fines

    Je t'aime
    et c'était bien le moins que le dire en poLème

     

    poésie,alice,amours filiales,majorité,ukulele

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &dition TwalesK

  • Claudication

    Clope au bec et le regard flou
    l'œil au frais sous le chapeau mou
    le coude levé, tu garçonnes
    le col empli de ton franc giron de matrone
     
    Lèvre mûre à la commissure
    (d'avoir tu les paroles dures)
    qu'embrase l'éclat d'un délire
    et l'enfant jaillit nu de la pince-sans-rire
     
    A ton front, pas l'ombre d'un doute
    en fleuron, ta chambre d'écoute
    alors que tu as mal au dos
    voûté pareil à la carène d'un vaisseau
     
    Une voix qui te plairait mieux
    roulée sur un sol rocailleux
    pour promener tes appétits
    depuis la place du marché jusqu'à ton lit
     
    Dénicher tes affectations
    exige un bon peu d'attention
    (un pouce pointé vers la place
    oblige ton poignet à révéler sa grâce)
     
    Eh, c'est l'effet des Carabosse !
    du mensonge où se noient les gosses
    et leur trop précoce refrain
    dont vibraient à Lesbos de si joyeux festins
     
     
     

    lesbos, garçonne

    tiniak ©2015 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (illustration : Kees VAN DONGEN, La garçonne, Fano Messan)