Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tiniak écrit pour

  • Cétaxé

    Pin it!

    La main courante va son train
    de lettre en morte en lettre vaine
    et caresse ton bât de haine
    quand je t'ai prise pour festin

    Mademoiselle Cétaxé, où allons-nous ?
    Regretter tous les cétacés, à nos genoux ?

    L'œil aussi blanc qu'un franc linceul
    tu souhaites qu'autant je recueille
    et ta frimousse que j'effeuille
    et, tout' ! la misère des Peuls...

    Visage lunatique à l'alarme intrinsèque
    tu m'as enfin souri, quand je t'ai dit "...pastèque" !

    Sait-on quel axe nous ressent ?
    Est-ce un doux juillet, un septembre ?
    Quelques petiots pas sous les trembles
    ou l'amertume de nos sangs ?

    Disons que c'est assez... que je me cache à l'huile...
    Tu sais, à Condorcet, au zinc honni des tuiles

    A l'horizon, c'est l'axe
    pour aucune relaxe...

    J'étouffe, tu me tends
    un autre sentiment ?

    Et voici que, dans le quart d'heure
    tu meurs, tumeur... tu meurs...
    ma nièce au franc-jeté
    parmi tous tes clichés

    A leur encontre, même...
    quoiqu'ils imploraient tous un délicieux : "je t'aime"

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • sonné !

    Pin it!

    La Rue Froide, jamais ! ne m'a paru si molle
    ni la pierre de Caen si chaude que l'orange
    et ça chante alentour quelques patois étranges
    quand des plants, s'étudiant, font la rentrée des colles

    T'ai-je dit comme au soir ta rousseur me rappelle
    au point du vain espoir et sa rengaine meuble ?
    Mon fantôme, à croupir au bas de ton immeuble
    sifflote un ressenti qui respire à grand peine

    Et ça tonne ! Et ça tonne ! et pour tout le poitrail
    à navrer les clochers au-delà des parvis
    avec de la nausée par tous les soupirails

    Quoique sourde et intime la note est un cri
    sans qu'aucun Duguesclin n'arrive à dégainer...
    En reste abasourdi, en tout quartier sonné !

    dugesclin,caen,rue froide,den fine,sonnet

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Blue Hour

    Pin it!

    Baisse la garde, Ô temps !

    L’heure est enfin superbe
    avec ses yeux partout
    lovés autour du cou
    dans la pierre, dans l’herbe
    et sous les caracos
    tandis que la planète
    a pris un coup de chaux
    et palotent
    les nuées délabrées
    au ciel abandonné
    où nul vent ne falote

    Un pas franc, l’esprit plein
    du regard qui me tient
    dans la pâleur
    de son ardeur
    au mutisme sonore
    dont mon âme s’honore
    et que garde au secret
    ma bavarde pensée
    je marche vers son nom
    mais préfère le taire à l’abri de mon front

    Elle… est à son jardin
    comme on entre en prière
    dans sa robe légère
    et le port sibyllin
    joignant marée étale
    à d’orageux auspices
    plus haut, des oiseaux bissent
    le paisible spectacle
    (eh, j’en suis l’habitacle !)

    ***

    Hello! I love you, won’t you tell me your name?...

    Organique stupeur
    que ce banquet de fleurs !

    Un entre-parenthèse
    affalé sur sa chaise

    Rions, tant l’heure est pleine !

     

    tiniak,acrostiche,tiphaine vdb,nainaine,the doors,sibyllin,polémetiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    D'you like some music on it?

  • Quand l'âme erre

    Pin it!

    La mer me rappelle à bon port
    (pourtant... il est propre, ce verre)
    à déchaîner tous ses mystères
    houlant de bâbord à tribord

    Ah oui, pardon... Je suis son fils
    à l'âme errante et le front nu
    au verbe prompt t'et incongru
    et nostalgique de sa cuisse

    Ma main cherche son cheveu doux
    quand il me prend un cauchemar
    et je m'invite un avatar
    pour m'épancher en plaints… courroux…

    Et la marée, dans cet appel
    prolonge son statut d'étale
    se sonde un fond sentimental
    pour en goûter l'antique miel

    Riants ciels sur vos crépuscules
    vous seuls savez ce que je tiens
    là, et fermement, dans la main
    l'injonction « avance et recule »

    Et le vent grave – et sans ego...
    rafraîchit mon front en carafe
    et me souffle son épitaphe
    « Tempête dans un verre d'eau »

     

    tiniak écrit pour,sa mère

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Indignes ? Actons !

    Pin it!

    Ils vont… tous les fossés creusés par les sangsues
    le ventre dans les yeux et le sourire en cloche
    le gras sous le mot cru quoique plus rien en poche
    l'ardoise à honorer « parole ! » à mois échu

    Nobles âmes privées de prodiguer leur cœur
    avec le petit plus qui ferait bien plaisir
    alors, on fait au mieux (en sachant bien le pire;
    il dort juste à côté avec sa forte odeur)

    Des journées à gratter les jetons du hasard
    à téter leur poison comme on grimpe à cocagne
    glissant - contre nature ! un billet pour la gagne
    remisant - pour un point ! la revanche à plus tard

    Ils sont les tâcherons d'une machinerie
    qu'une machination leur à mis aux poignets
    leur faisant la leçon que « c'est trop compliqué »
    que, pour tout bien huiler, leur faut « gagner leur vie »

    Gueule toujours marron... ou trop noire... enfin, laide
    c'est le visage rude et fripé des besognes
    s'il lui prend de râler qu'on lui envoie les cognes
    soit promptement gavé celui qui vient et plaide

    Nul meilleur opiacé que le crédit d'un pot ?

    Eh, ça va, les chansons ! Il monte une clameur
    parmi les rigodons fièrement populaires
    la main ferme tenant l'autre main solidaire
    sous l'étrange bannière au hashtag #mempaspeur

    Solitude, pardon; ici, c'est pas du luxe...
    l'une à l'autre agrégée, voyez le tsunami
    de poussières jaillies de sous les beaux tapis
    - ménage de printemps ? non, d'aspiration brusque

    ***

    « - Ah, c’est pas des façons de cracher dans la soupe. »
    « - C’est qu’elle est plus du goût de nos âpres palais. »
    « - Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin… je me fâche… »
    « - Oh, c’est qu’ils nous prendraient vraiment pour des enfants ? »
    « - Ne jetez pas bébé avec... l’argent du… (beurre?) »
    « - S’en est trop des maximes ! On vient chercher bonheur ! »

     

    tiniak écrit pour,gilles et john,indignez-vous,révolte farce ou,révolution,acrostiche,à suivre

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK