Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

supervielle

  • Regain ? partir debout !

    La maison reverdit sa façade de pierre...
    Épaissi, le mystère autour de ses huisseries
    loge une bourgeoise aux armes insulaires
    où la rose trémière accuse le bleu-gris
    Là, vibre un lent soupir alourdi de vertus
    qu'écrase la sourdine en cuivre d'un Steiner

    La saison est connue pour faire les yeux doux
    pourtant qu'un vent d'orient lui a gercé la lèvre
    Il se peut qu'un faucheux en ait gâté la fièvre
    dans quelque lupanar d'Agadir ou Courdoue
    la saison peine à jouir et ne se connaît plus
    C'est le monde, frangine !
    mourant, par vanité, de veule indiscipline

    La pierre de Caen cale à deux pas du printemps
    Même le firmament, plus laiteux que lainage
    ravale tout ombrage et implore le vent
    d'animer, quelque temps, les timides feuillages
    d'une chorale hors d'âge aux accents convenus
    qu'évase la pluie, fort, juste à la fin des temps

    La tortue va, tout droit, jusqu'à son pissenlit
    ignorant Reverdy, Laforgue ou Supervielle
    sans morgue ni ficelle et, le trajet compris
    dans le doux chatouillis du regain qui l'appelle
    va, son sempiternel chemin si loin des nues
    Frangine, c'est le lot !
    d'avancer, pas à pas, jusqu'à son dernier mot

    Là, où joies, furies et pleurs tombent à genou
    un souffle dans ton cou te dresse le menton
    Que sait-on? Que ment-on ? Rassemblés, bout à bout
    c'est le lien singulier de nos filiations
    avec tous leurs courroux et leurs rêves écrus
    Alors, mourir ? c'est fait ! Brûlons ! toujours debout...

     

    poésie,timor rocks,mort naturelle,giono,reverdy,laforgue,supervielle,furie,chorale,ishtme,chrétinisme,jeanne d'arc

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • adada

    Quand on allait chez Dada
    à la sortie du cours de champ'
    on entrait avec, au bras
    qui son mignon et qui sa vampe
     
    Lui, c'est le N'importe Quoi
    porté aux frontières du sens
    les yeux nus au bout des doigts
    la Paix seule pour exigence
     
    J'ai pris le parti de Là!
    pour me présenter au tableau
    au galop sur mon dada
    au vent ma cape de Zéro
     
    Pierre m'a donné le La
    pour que nos âges reverdissent
    J'entends encor sous mes pas
    comme les cailloux, Cadou, glissent
     
    Trois Jules sonnaient le glas
    d'affres par trop académiques
    Depuis, j'aime jouer à chat
    sur les poteaux télégraphiques
     
    Au sortir de chez Dada
    le regard troublé d'omelette
    les mille bras de Shiva
    chatouillaient l'envers de nos têtes
     
    Nos costumes d'apparat
    faits de gravures à l'eau forte
    confiés à quelque sofa
    nous restait à baiser La Morte
     
     

    dada

    tiniak ©2015 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#233
  • patience

    casino17.gifJe retourne dans ma main
    des visages bien connus
    quoique la plupart n'est plus
    que souvenir incertain

    J'en alterne les couleurs
    comme jamais l'existence
    n'organise les valeurs
    dans une telle ordonnance

    Le monde commence à cet
    innamovible et fini
    univers de partis pris
    que le hasard époussète

    Quelque invisible filet
    partage ce précipice
    où le jour et son regret
    courent une passe à dix

    A plat sur le maroquin
    la mécanique s'étale
    pour une vaste Kabbale
    Déjà l'autre écarte l'un

    Je m'occupe de les prendre
    en patience, dos à dos
    sans autre but que d'attendre
    que je les batte à nouveau

    Voici comme un valet noir
    incidemment vient couvrir
    rouge et rageuse à plaisir
    la dame dans son couloir

    De l'espace libéré
    se révélera la suite
    (un nombre, un visage aimé ?)
    la mort ou la réussite


    tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (en réponse à "Figures" de Jules Supervielle)