Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

photographe

  • Little lighthouse

    Here...
    I was not born nor wish to die (never the less)

    To you, I can confess
    I cry my very best
    My... ! My... ! when the light provides a clue

    Unsolved mystery splashing my face
    My... Oh, my ! I approach the grace !

    I'm so impressed when I feel
    More of what thoughts can hope to seal
    Precisely where there is no deal
    Restless !
    Even though sun is at her best
    Such as a pressing wanted lighthouse...
    Such as a daily feared burned house...
    "Elle m'emporte, cette peinture !"
    Daring a soft and fragile cure...

    YES!


    poésie,acrostiche,tiniak,tim o' sullivan,photographe,mais pas que,little lighthouse,xtc

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un tableau de Tim O' Sullivan

  • Jeu d'assiettes

    chair;childhood,old,granma,granpaProprement assis, l'enfant rêve...
     
    Ses pieds ne touchent plus le sol 
    Il lève les yeux; il décolle 
    des pans de mur, le laid 
    qu'il jette au Vent Mauve, et 
    peint le plafond à ciel ouvert 
    jusqu'à ce qu'il soit tout couvert 
    du rose et monstrueux ballet
    de son plus fabuleux bestiaire 
    et son jeu préféré à tant 
    et tant de tristes jouets l'attend 
     
    Autour de l’œil en pleine forme
    son corps va devenir énorme
    et bientôt se cogner à tout
      l'encombrement des choses
      la mesure du coût
      d'un pleur à l'eau de rose
      l'obscure et vaste vacuité
      d'une parole dévoyée
      aux trompeuses promesses
      drapées de soyeuses caresses
     
    La chaise a grandi avec lui
    Le refuge de tous ses deuils
    lui ouvre ses bras de fauteuil
    où loger le fond de l'ennui
    et tirer du feu mouronnant
    sous la cendre du cheveu gris
    quelque heureux brandon que l'enfant
    demeuré sous les plis
    de la carne affadie
    sut nourrir à travers le temps
     
    d'une vie
    assise, seule et sagement
    sur son trône de rêve, ici...
     
     

    Val Tilu,photographies

    tiniak ©2013 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Illustration (ci-dessus), composée d'après une photo de Val Tilu

    russian dolls

  • Juliette sans abri

     

    412680842.jpg

    Pauvrette
    la chanson que tu as en tête s'articule
    sur l'axe fatigué des tes nœuds et rotules
    où s'arriment
    tes membres décharnés par le manque d'estime
    chacun d'eux si inversement proportionné
    aux plis sous le manteau de ta chair boudinée
    qu'il te pèse
    - quand à leur approche des autres les yeux biaisent
      ton regard,
    de charrier sur le boulevard

    Pas à pas, sombre silhouette
    la chanson que tu as en tête
    défigure
      les rideaux d'aciers tirés sur les devantures
      les néons morts, les chats trop sales
      les taches sur la neige pâle
      les guéridons les pieds en l'air
      et le chien-chien à sa mémère
      qui pisse un coup
      pendant que l'autre pigne et peste à l'autre bout
      "Comme en '40 !"
    Déjà tu plonges ta dérive vers l'Atlante...

    "Oh, marin ! Marin...
      tu soupires
    "Marin ! Marin ! reviens me dire
    "les parfums que l'or dans l'azur
    "agite par les ouvertures
    "Oui, celles qui donnent en plein
    "sur l'océan qui te retient
    "et te respire
    "quand j'ai, le ventre dans les mains
    "rempli de rêves à venir,
    "besoin de rire"
     

    Adieu, vent mauvais, dents qui claquent
    et toute la carne patraque
    La chanson que tu as en tête
    fredonne ton nom : Juliette.

    gaëna da sylva,hiver,juliette,tiniak,dukou zumin

    tiniak - Ruades © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

     

    Illustration et médaillon :
    "Hiver..."
    © 2008 Gaëna da Sylva, photographies

  • Où es-tu ?

    Qu'il les garde ses fleurs
    C'est en robe que j'attends
    Entre ici et ailleurs
    Sans pourquoi ni comment
    Que le simple bonheur du mot entraînant l'acte
    et du pacte la danse à l'enivrant contact
    de nos chairs
    signant de connivence la beauté de l'air

    A mes pieds le bouquet répandu, ravagé
    exhale encore un peu de sa lourde fragrance
    Je n'y veux rien sentir que son inadvertance
    et loge dans mes yeux un regard détaché

    Je suis sourde, muette
    Je suis tout l'abandon
    des amours désuètes
    et n'ai plus de pardon en tête
    que pour mon pantalon et sa triste braguette

    Qu'il ramasse ma peine aux pétales meurtris
    pour moi, je vais marcher entre ailleurs et ici.

    Val-Tilu_lolo_réduite.jpg

    tiniak ©2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    photographie intitulée  "Où es-tu ?" - série Lalolo
    de Val Tilu, Cigale photographe.