Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

logorrhée

  • Le premier pas

    Pin it!

    Quoi de neuf sur le pas de porte ?
    L'ancien écrin des lettres mortes s'ouvre, béant !
    C'est vrai que j'en ai plein les dents...
    À un moment, il fallait bien que cela sorte

    Le terrain de jeu, à demeure
    ne suffit plus à mes ardeurs, trop décousues
    C'est vrai que j'en ai plein le cul !
    Besoin d'autres vertus lues au fleuve, à pas d'heure

    Est-ce de toi ?
    Est-ce de moi ?
    Tant m'en content d'autres largesses
    vers des nostalgies sans tristesse...

    D'accord, le feu
    c'est dangereux
    mais, c'est peu coûteux, l'allumette
    (tout compte fait sur nos emplettes)

    Battre pavé, c'est le but à l'instant
    (avec en tête, euh... : 'Gouge Away' ?)
    Âme bien née saura verser le cent
    dû à l'épreuve des aînés

    Allons, donc !
    À London ?
    Non pas !
    Sur le chemin qui s'offre là
    où vibrent encore ces fleurs
    d'un mal couru pour ses odeurs
    et la caresse de son nom

    Je fais alors ce premier pas
    qui ne coûte qu'à l'hésitant
    et me propulse l'existant
    vers des rivages de Mer Morte
    (qu'importe que je rêve ou pas)

    769002597.gif

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Avec une folle pensée pour Célestine •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

     

  • pas à pas

    Pin it!

    Je les entends
    longer mon sang
    - que meure l'heure !

    Souples feutrines
    dans le living
    - songes rieurs...

    Maintenant que j'aime
    j'attends qu'ils me viennent
    (en chaussettes mauves)

    L'âme seule et même
    écraser la peine
    (en mon cœur guimauve)

    Leur chanson, pas à pas
    lustre un sol déjà las...
    Est-ce là qu'est ma gloire ?

    Exemptés, rires gras !
    Fi ! "...de vie à trépas..."
    Voilà, toute, l'histoire

    Et je les vois venir, à moi, mes anges tendres
    qui me disent "Papa, c'est quand tu nous fait rire ?"
    "Papa, c'est quoi ce train qui te fait tant frémir ?"
    quand je n'ai jamais su à quel "bon saint" me pendre

    Retour en poLésie... Des pas dans le couloir ?
    Les miens font, en écho, une histoire connue
    avec la rime en "oh!", avec la rime en "uh !"
    à quoi j'arrime, enfin, mon aspect de passoire

    Et fonde l'heure
    comme le beurre
    dans mes poreux viscères

    Quand j'inscris, là
    mes concordats
    sur de frêles barrières

    Qui puis-je ?
    Qui fuis-je ?
    Qui suis-je ?

    Ou pas !
    (zappe "ah")

    Banque
    Franck !

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Faust In (jus de boxe)

    Pin it!

    J'endosse - à nouveau, oui, l'obscur manteau de Faust
    et promène mon nom, sans prénom, sur la berge
    Il fait si bon baigner dans cette étrange sauce
    où l'or vient s'étrangler en nuées mauves, beiges...

    Jogo d'amarelinha, ton chant me tressaute
    et j'entends le pavé pleurer sous le bitume
    Un platane réprouve un printemps qui l'enrhume
    et je viens lui baiser les yeux, l'un après l'autre

    Les oiseaux sur le fil d'un soir qui prend son temps
    espionnent mon carné, jaugent ma solitude
    car j'ai laissé mon Chien ronger ses habitudes
    à l'endroit déserté des flâneries d'antan

    Un diable sur mes pas murmure un mésespoir
    avec la mélodie qui m'a toujours manqué
    celle qui fait un four de ce longuet couloir
    quoique j'éprouve l'heur de battre son pavé

    Je suis tenté de vivre avec ce diable en main
    charriant mon bagage au cou, en bandoulière
    par d'oranges trottoirs aux ombres familières
    et révisant un Cure aux accents baudelairiens

    Bien, marquons un arrêt - pas tant municipal...
    devant ce vieux parvis où Melmoth a pissé
    (tu l'entends, le murmure et son interne ite ?)
    J'y vais de ma miction, le nez cérémonial

    Les chaussures vont bien, merci, je continue
    L'air a fraîchi soudain, à en perdre la rime !
    J'éructe un autre titre - oui, ça gratte la gorge
    et n'obtiens en écho que des soupirs marins

    Je cherche un Lament 'In dans cette pauvre gorge
    où je vais - allons donc ! tenter un bel azur
    dans la nuit qu'il me plaît de nommer aventure
    alors que son enclume est privée d'une forge

    Sur ce thème, j'approche un peu mieux mes enfers
    " - Comment ça va, Bébert ? As-tu quitté ta cloche ?
    " - Pas mal, et toi, Norbert ? Le front toujours si moche ?"
    (bon, on parle entre amis damnés par des rombières)

    J'entends grincer les sangs qui m'ont jeté au monde...
    (et suis sans doute ingrat puisque j'invoquais Faust)
    mais ça rythme ma course, en maudissant les blondes
    lueurs qui m'avaient plu sans se la jouer low-cost

    Ramène-moi, "Peut-Être" ! et à moi, l'Aujourd'hui !
    Ocluse, ma fenêtre obère les doux chants
    que j'entends, là, dehors, se pendre dans la nuit
    aux prochains matinaux balcons de tous ces gens

    De retour, dans mon four, un Velvet Underground
    dit que "Dieu n'est amour qu'avec la porte ouverte"
    (ou "bleue", me dirait Pierre...); et, pour le prochain round
    j'en aurai tant à dire leurs z'amours z'à perte

    En ai croisé tout plein !
    Ils promenaient Leur Chien
    de balcons z'en fenêtres
    et recomptant leur "doit"

    Et pouf ! J'en ai eu marre...
    Plongé dans ma baignoire

    - Ah, c'est pô sympathique...
    Mais c'est pô, l' jeu, Monique ! -

    Je n'ai aucun dais, Faust
    (ni tampon de la poste)
    à peine quelques vers
    à semer au désert

    tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Et, dans le #jukebox :

    Michel Simon
    Sarah Perry:
    'Behind the book & Melmoth the Wanderer by C. Maturin'
    Birds On A Wire
    Lisa Hannigan
    the cure
    Wild Beasts
    CharlElie Couture
    Velvet Underground

  • Street Opera

    Pin it!

    La fête va et bat son plaint
    sur le pavé, en rigodons…
    Vibrez, tétons !
    Passez, les fions !
    sous l'œil guetteur au guéridon
    Du fier, du lourd, du sans façon
    de la gélatine au balcon
    tout à la suite
    tristes fumistes !
    Qu'avec la fin de la saison passent touristes !

    À la suite, les trahisons
    des rayures z'aux pantalons
    la forfaiture des bonnets
    jusques au menton rehaussés
    pour les railleries qu'il me plaît
    de fomenter, sans ambition
    autre que de les déverser
    en vains brûlots
    mais tout de go
    et tout de bon
    à vostre nez depuis le front

    Supplice, oh ! très périphérique...
    voir tant de précipitations
    me priver du plaisir inique
    à mon poste d'observation
    d'incarner Diogène, cynique...
    Ça vous mène où, cette ruade ?
    En ai la rétine malade
    sous le fronton
    Qu'appréciez-vous des promenades
    - oh, fades ! fades z'et trop prompts
    contrits retours t'à la maison ?

    À ce désastre, rigolons :
    quand les lunettes de soleil
    se cabrent sur le cheveu blond
    l'ego en bandeau, tout pareil
    aux bourgeoises compromissions
    bandant leur arc
    ne gâchant pas le moindre écot pour une Parque

    Et patatras !
    Eh, Lambada !
    Sache que, sous ton bandana
    l'hiver viendra, tout grisonnant
    ton port altier payé par ton abonnement
    bonimenteur !
    La fête faite où fane ta petite fleur

    bandana,snob,tiniak

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#322

  • Wee-Mah-Way (Nocturne)

    Pin it!

    C'est bien la nuit !
    C'est bien la pluie !
    L'ombre est partout striée de fuites
    Ici et là, piquée d'orange
    Belle Cybèle, nuit de challenge

    À hue, à dia
    les aléas !
    N'étaient tous ces fâcheux portiques
    irais mon mode automatique
    si droit que je sois sans mes bottes
    zivaguer, plus près de ta roulotte
    (oui mais, vois-tu, Renarde oblongue ?
    ma route est longue, longue, longue...)

    Y a pu d' soleil ?
    J'ai pas sommeil !
    Je chante à l’œil et à l'oreille

    Dès l'émotion
    c'est la mission !
    Quand qu'On appelle "Aède, à l'aide !"
    c'est là, la mission dont je procède

    -regain-
    "Les frondaisons exhalent des humeurs
    aussi de ceux qu'ont pas trouvé bonheur..."

    Allons, tant pis !
    C'est reparti...
    Filons notre Bel Aujourd'hui !
    Mortuaire, Hier, garde ton masque !
    L'orient, déjà, pointe sur nos basques

    Le charivari s'est éteint
    mais l'autocar, i' varie rien
    de son trajet, de son allure
    ni de son mépris des voitures
    Sûr ! L'autoroute, au goutte-à-goutte
    instille qu'on est loin... du mois d'août ?

    -rabiot-
    "Chaque maison recèle des soupirs
    l'humble regret de ses Ça-va-Sans-Dire"

    Des Dulcinée
    la Destinée
    perle sans bruit sur l'oreiller
    et, n'en disant mot z'à Leur Père
    nous leur serons peut-être... un frère ?
    (l'âme damée d'un sol égal
    feutre des orgues sentimentales)

    Par habitude
    des latitudes
    qui saura dire où est la cuisine ?
    Il fera beau tendre les narines
    le beurre est passé par d'autres mains
    Perdue ! la magie du "par faim !"

    Perdue, berlue
    des ingénus
    la déroute est longitudinale
    franchi le seuil de l'odre marital

    Ni nuit, ni pluie, ni même lune
    n'effacent plus ces tâches brunes
    sur le poignet
    au blanc carné
    des lents voyages avortés

    Par don, partons !
    Foin, des raisons
    qui nous feraient prendre pour miel
    des hiers chargés de missel

    Empanne, peine
    car l'aube est pleine
    Eh, pine blanche !
    Engourdis-moi tous ces dimanche
    d'infortune...!
    La route longue est opportune

    M'en vais braver
    des logorrhées
    qui me délivrent du chafouin
    le dos tourné au petit matin

    -bonus-
    "a thrill a day keeps the chill away
    love like a dagger and a sound like a 'wee-mah-way' " (*)

     

    Quichotte,Dulcinée,tiniak,roulotte

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    *Adam And The Ants 'That Voodoo'