Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

logorrhée

  • Street Opera

    La fête va et bat son plaint
    sur le pavé, en rigodons…
    Vibrez, tétons !
    Passez, les fions !
    sous l'œil guetteur au guéridon
    Du fier, du lourd, du sans façon
    de la gélatine au balcon
    tout à la suite
    tristes fumistes !
    Qu'avec la fin de la saison passent touristes !

    À la suite, les trahisons
    des rayures z'aux pantalons
    la forfaiture des bonnets
    jusques au menton rehaussés
    pour les railleries qu'il me plaît
    de fomenter, sans ambition
    autre que de les déverser
    en vains brûlots
    mais tout de go
    et tout de bon
    à vostre nez depuis le front

    Supplice, oh ! très périphérique...
    voir tant de précipitations
    me priver du plaisir inique
    à mon poste d'observation
    d'incarner Diogène, cynique...
    Ça vous mène où, cette ruade ?
    En ai la rétine malade
    sous le fronton
    Qu'appréciez-vous des promenades
    - oh, fades ! fades z'et trop prompts
    contrits retours t'à la maison ?

    À ce désastre, rigolons :
    quand les lunettes de soleil
    se cabrent sur le cheveu blond
    l'ego en bandeau, tout pareil
    aux bourgeoises compromissions
    bandant leur arc
    ne gâchant pas le moindre écot pour une Parque

    Et patatras !
    Eh, Lambada !
    Sache que, sous ton bandana
    l'hiver viendra, tout grisonnant
    ton port altier payé par ton abonnement
    bonimenteur !
    La fête faite où fane ta petite fleur

    bandana,snob,tiniak

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#322

  • Wee-Mah-Way (Nocturne)

    C'est bien la nuit !
    C'est bien la pluie !
    L'ombre est partout striée de fuites
    Ici et là, piquée d'orange
    Belle Cybèle, nuit de challenge

    À hue, à dia
    les aléas !
    N'étaient tous ces fâcheux portiques
    irais mon mode automatique
    si droit que je sois sans mes bottes
    zivaguer, plus près de ta roulotte
    (oui mais, vois-tu, Renarde oblongue ?
    ma route est longue, longue, longue...)

    Y a pu d' soleil ?
    J'ai pas sommeil !
    Je chante à l’œil et à l'oreille

    Dès l'émotion
    c'est la mission !
    Quand qu'On appelle "Aède, à l'aide !"
    c'est là, la mission dont je procède

    -regain-
    "Les frondaisons exhalent des humeurs
    aussi de ceux qu'ont pas trouvé bonheur..."

    Allons, tant pis !
    C'est reparti...
    Filons notre Bel Aujourd'hui !
    Mortuaire, Hier, garde ton masque !
    L'orient, déjà, pointe sur nos basques

    Le charivari s'est éteint
    mais l'autocar, i' varie rien
    de son trajet, de son allure
    ni de son mépris des voitures
    Sûr ! L'autoroute, au goutte-à-goutte
    instille qu'on est loin... du mois d'août ?

    -rabiot-
    "Chaque maison recèle des soupirs
    l'humble regret de ses Ça-va-Sans-Dire"

    Des Dulcinée
    la Destinée
    perle sans bruit sur l'oreiller
    et, n'en disant mot z'à Leur Père
    nous leur serons peut-être... un frère ?
    (l'âme damée d'un sol égal
    feutre des orgues sentimentales)

    Par habitude
    des latitudes
    qui saura dire où est la cuisine ?
    Il fera beau tendre les narines
    le beurre est passé par d'autres mains
    Perdue ! la magie du "par faim !"

    Perdue, berlue
    des ingénus
    la déroute est longitudinale
    franchi le seuil de l'odre marital

    Ni nuit, ni pluie, ni même lune
    n'effacent plus ces tâches brunes
    sur le poignet
    au blanc carné
    des lents voyages avortés

    Par don, partons !
    Foin, des raisons
    qui nous feraient prendre pour miel
    des hiers chargés de missel

    Empanne, peine
    car l'aube est pleine
    Eh, pine blanche !
    Engourdis-moi tous ces dimanche
    d'infortune...!
    La route longue est opportune

    M'en vais braver
    des logorrhées
    qui me délivrent du chafouin
    le dos tourné au petit matin

    -bonus-
    "a thrill a day keeps the chill away
    love like a dagger and a sound like a 'wee-mah-way' " (*)

     

    Quichotte,Dulcinée,tiniak,roulotte

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    *Adam And The Ants 'That Voodoo'

  • Chipmunk blues

    Je marche, dans les pas nouveaux chemins du soir
    Je m'en raconte - des histoires ! Je m'en berce...
    J'ai fini, quelque part, un tonneau mis en perce
    Je rentre - et content ! lissant, du pavé, la moire

    Un nom me revient à l'esprit, et ça me navre
    Eh, purée ! Vas-tu bientôt finir par descendre
    A la cave ! Allez, hop ! Là, dans mon seau de cendres
    Quel fut ton prix ? Ah, ça ! Moins chargé que mon havre !

    Il pleut des fleurs à la blancheur inégalée
    Pour peu, j'irais signer mon cœur sur un Jésus
    Pas sur la croix... - pff, naaan ! la saucisse au menu
    Ah, ce nocturne est bien loin de sa matinée...

    Je marche, sur un souvenir...
    J'y peux rien, c'est mon côté punk !
    Je touche, à l'élingue, un chipmunk
    Je m'arrache un dernier soupir

    Je m'étrécis
    Il pleut du sang
    J'embrasse un gant
    Il me sourit

    Eh, mon miel
    il a plu
    Vois, pour preuve
    je suis nu
    au bord des lots du fleuve !

    Eh... Poème !
    si Caen m'aime !

    Pas toi

    poésie,fleuve,ruade,chipmunk,logorrhée

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

     

  • Premier dimanche de printemps (colère suffisante)

    Abandon ! Abandon !
    des nids, des casseroles
    des lentes afflictions
    pissées dans la rigole

    Mon cœur, pardon ! Par don
    je t'ai bien fait souffrir
    Le printemps sera long
    (plus que l'hiver à fuir)

    Amène rigodon
    mes songes sans paroles
    déroulent ma chanson
    sur de tendres folioles

    Qu'est-ce don que ce don
    vidant sa parabole ?
    Si ce n'est d'abandon
    c'est de fort maigre obole

    Tournez talons, Manon
    roide jusques au col
    servir d'autres barons
    coller à bonne école

     

    poésie univoque,le don,logorrhée,nom d'un chien

    Contenue, depuis dimanche 20 mars 2016

     tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Un petit rien (comm' d'hab')

    Un petit rien à faire
    juste avant de dormir
    m'expédie en enfer
    au moment de sortir
    du Rêve
    - arpents de souvenirs sur de fantasques grèves..

    Lire la suite