Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rigodon

  • L'accident, tellement !

    Un accident de plus, à l'instant, se fait jour
    (peut-être, une autre fois, nous parlerons d'amour)
    Fi de mes vœux
    piquant des deux
    j'y plonge un regard affamé
    (pis qu'après jeûne ou ramadan !)
    j'en abouche, toute, l'aubaine
    qui m'éloigne autant de la haine
    qu'il est possible d'être heureux
    à s'en battre de la semaine
    (laborieuse, comme toujours...)

    A ce fragment de la journée, l'heure est en pierre
    je me propose d'y graver des familières
    des sauvages
    galipettant mon rachidien dans les herbages
    le cœur empli de pensées nues
    que je vais chevaucher à cru
    les bras en croix
    un vent mollissant chatouillant sous le pavois

    Repoussés jusque l'horizon, tous les gravats
    amoncèlent un rigodon de reliquats
    Ici, au centre, il fait bon vivre et prendre l'air
    pour ce qu'il est : une bulle dans l'atmosphère
    où se tordre à s'époumoner !

    La pierre fendue, quel oracle !
    Tombe, rideau, sur le spectacle...
    Il est temps de prendre la route

    A chaque pas, pour ce qu'elle est : chemin de doute

    tiniak,poésie,manifeste poétique,green

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Street Opera

    La fête va et bat son plaint
    sur le pavé, en rigodons…
    Vibrez, tétons !
    Passez, les fions !
    sous l'œil guetteur au guéridon
    Du fier, du lourd, du sans façon
    de la gélatine au balcon
    tout à la suite
    tristes fumistes !
    Qu'avec la fin de la saison passent touristes !

    À la suite, les trahisons
    des rayures z'aux pantalons
    la forfaiture des bonnets
    jusques au menton rehaussés
    pour les railleries qu'il me plaît
    de fomenter, sans ambition
    autre que de les déverser
    en vains brûlots
    mais tout de go
    et tout de bon
    à vostre nez depuis le front

    Supplice, oh ! très périphérique...
    voir tant de précipitations
    me priver du plaisir inique
    à mon poste d'observation
    d'incarner Diogène, cynique...
    Ça vous mène où, cette ruade ?
    En ai la rétine malade
    sous le fronton
    Qu'appréciez-vous des promenades
    - oh, fades ! fades z'et trop prompts
    contrits retours t'à la maison ?

    À ce désastre, rigolons :
    quand les lunettes de soleil
    se cabrent sur le cheveu blond
    l'ego en bandeau, tout pareil
    aux bourgeoises compromissions
    bandant leur arc
    ne gâchant pas le moindre écot pour une Parque

    Et patatras !
    Eh, Lambada !
    Sache que, sous ton bandana
    l'hiver viendra, tout grisonnant
    ton port altier payé par ton abonnement
    bonimenteur !
    La fête faite où fane ta petite fleur

    bandana,snob,tiniak

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#322

  • suggestions objectivables (en mode mine heurt)

    Rien n'est plus terrible... 'rible.. 'rible !
    que ta flèche manquant sa cible
    nubile archet, Ô Cupidon
    piétiné par nos rigodons
    Et allez donc !
    Woup ! Woup ! Don don, don daine, dindons..

    Non, ça ! Rien n'est plus terrible que
    cette ombre logée dans tes yeux
    Petite Fleur de peau fragile
    massacrée jusqu'à l'infertile
    par l'imbécile
    orné d'un sourire indélébile

    Et rien de plus effroyable... 'iable !
    que de s'asseoir à cette table
    avec le diable pour devis
    et de son sang signer son pli
    pour un répit
    qui ne viendra jamais ! Ça, c'est dit !

    Alors... pour un clou mal planté ?
    pour une porte mal fermée ?
    une bouteille mal bouchée ?
    une chaussure mal lacée ?
    une wassingue mal séchée ?
    Tu voudrais quoi ?

    Que je pleure ? Non, mais regarde-moi !

    poésie,objets inanimés,cupidon,rigodon,sleeper

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#284