Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écriture

  • Est-ce cale, braise îlienne ?

    L'Ecrit vint, voyageur
    poser sur mes genoux
    ses peines, ses courroux
    ses fébriles ardeurs

    Ça ! j'en ai pris des sueurs
    sans que leur brouillard dise
    quand ma débrouillardise
    en cueillerait les fleurs

    Il y manquait le souffle
    inspiré par les ors
    rougis à l'athanor
    de quelque vieux maroufle
    rompu au mastroquet

    Des cris vains, ravageurs
    s’invitèrent à table
    à force jeux pendables
    et vilaines humeurs

    J'ai questionné mon cœur...
    "En resterons-nous las ?"
    quand l'océan héla
    mes rêves de skipper

    Et se brise la rime
    Ô Jules Supervielle
    à l'Escale (Cybèle !)
    où mouillent mon estime
    et ma verve au taquet

     

    poésie,tiniak,escale brésilienne,mastroquet

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#285

  • Ô Mage

    Mon précieux verbe, folle épure
    toujours en herbe verte et sûre
    mâchouillé tel un vieux chouin'gomme
    l'or logé au cœur de ta pomme
    après le croquant de l'écorce
    des bois du bon roi Bouche-Torse
    a le bouquet de mille gerbes
    aussi l'emphase crue des plaidoyers acerbes
     
    A de trop braillardes cohortes
    ton murmure claque la porte
    et de trop frustes homélies
    enflent les orgues dans ton cri
    battant rappel
    de la pensée au simple bruit accidentel
     
    Gouleyant fruit tombé à point
    à l'issue d'un songe indécis
    ton ouverture me ravit
    ce que j'y engageais de mien
    pour l'offrir en partage, alors
    avec l'Inattendu qui l'accueille au-dehors
    et le triture
    le modèle a sa joie ou sa déconfiture
     
    Ilot nourri de sédiments
    coiffé des Quatre Hurlements
    le col ceint de mouvantes ondes
    agrégeant les plaintes du monde
    (selon : chant, aria, comptines)
    en de compactes médecines
    et pour seule accréditation
    les frontispices
    qu'il te plaît de cacher dans quelques interstices
     
    Eponymie contradictoire
    étirant l'orange des soirs
    jusqu'au liseret frémissant
    des parures de firmament
    je te promène et tu me nommes
    en bouche, le même chouin'gomme
    chaque sens connu aux aguets
    pour le plaisir que c'est d'en dire davantage
    forçant le trait
    en feignant de tourner la page
     
     

    tiniak

    ©2015 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#232
  • Litanie d'un personnage de fiction

    bonhommepapier.jpgJe ne lirai plus
    puisque tout est dit
    puisque j'ai tout lu
    comme tu m'écris

    comme tu décris
    de moi, de la vie
    tout ce qui se fit
    que j'aurai vécu

    je ne connais plus
    de mots indécis
    et n'ai nulle envie
    que tu n'aies voulue

    ainsi de l'ennui
    ce moment perdu
    il en sera dit
    que je m'y suis plu

    je n'ai pas de cri
    devant l'imprévu
    qui m'est inconnu
    comme l'interdit

    ainsi va la vie
    qui me tire à vue
    et sa mise à nu
    qui m'est dévolue

    tiniak ©2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Aracna (2)

    Carna-Original.jpginterprétant librement les illustrations de la dessinatrice Nephyla, je me suis proposé, avec son autorisation, d'extrapoler quelque nouvelle fantastique, inspirée par son graphisme expressif.

    EN RESUME :

    Akitin, le Colporteur a découvert la petite et mystérieuse Aracna, flottant sur l'eau entre les bras d'un arbre mort. Ayant confié la jeune enfant aux soins de la famille du docteur Grescar, Akitin la retrouve chez eux quelques mois plus tard, à l'occasion d'une réception comme le couple aime en donner fréquemment en priant le Colporteur de les animer de contes et de chants.  Les visites d'Akitin, sont toujours une fête pour l'enfant secrète.

    [accéder au chapitre précédent]

    ____________________________________

    LI GÜRLN


    " Sliur Akitin, vous nous voyez très honorés de votre présence. prenez donc la peine d’ôter votre cape. Anna, vous serez gentille de débarrasser Sliur Akitin, je vous prie, m’accueillit Madame Grescar, femme accorte et enjouée, mais maîtresse femme tout de même - de celles qui imposent respect et bon aloi dans leur domaine. "
    Quand je pénétrai dans le salon, j’en appréciai l’ambiance feutrée, le raffinement discret du mobilier offrant un écrin des plus appropriés pour les œuvres de maître et les tentures qui habillaient les murs.
    " Ah, je constate avec bonheur que vous avez apporté votre plus bel instrument, s’extasia avec une emphase exagérée le docteur. Passons vite à table, voulez-vous mes amis ? Nous n’en jouirons que plus tôt des savantes mélopées de Sliur Akitin. "
    Les convives, dont je connaissais la plupart, me gratifièrent de grommellements circonspects.
    J’étais en effet régulièrement sollicité par le couple Grescar aux fins d’agrémenter leurs soirées mondaines ou privées avec une série de liaars encadrant quelques vieux contes. Pendant qu’ici et là les gorges achevaient de se soigner en sirotant leurs douceurs liquoreuses, j’extirpai mon nissarne de sa gangue pour le présenter à la curiosité bonhomme du docteur. Il s’en saisit, actionna la manivelle et pinça quelques cordes.
    " - Magnifique, tout simplement magnifique ! me dit-il avec, dans le regard, la brillance d’une joie enfantine.
      - Madame est servie, annonça Freddele, le vieux majordome qui me semblait toujours avoir été conçu avec les plus anciens fondements de la bâtisse.
    On se dirigeait vers la salle à manger.
    Une femme s’effaça pour me laisser passer. Dans mon dos, je l’entendis murmurer à son époux "…c’est lui qui a… " (découvert la petite, oui oui).
    Nous fîmes bonne chère, cela va sans dire.
    Peu avant le dessert, on ne manqua pas de m'entreprendre pour narrer dans quelles circonstances j'étais venu en aide à la petite Anna. J'y répondis volontiers, d'autant que cela me permit de jauger mon auditoire et de juger de l'effet de ma voix sur cette bonne assemblée.

    Vint l'heure du conte.


    Je vous parle d'un temps où le rêve des hommes leur parlait d'eux-mêmes depuis le mont Darn.

    En ce temps qui subsite malgré nous au plus fort de l'oubli, vivait Li Gürln.

    NEPHYLA.JPGPrincesse de la lignée des Sorgh, fille unique dont le père Nahian venait de sacrifier sa vie au cours de la fabuleuse bataille de Kaarn'an-Darn, Li Gürln serait bientôt appelée à régner sur les peuples de la vallée du Kaarn. Il ne lui manquait, pour succéder à son père, que de trouver le chant qui plairait à son peuple.
    Les rives du fleuve Kaarn avaient bu tout le sang versé sur la plaine. Les crânes des vaincus ornaient les pics le long des berges à nouveau giboyeuses et l'étendard en berne de Nahian flottait depuis trois révolutions aux flancs du mont Darn en sommeil.
    Bien des voix s'étaient succédées, venues de tous les horizons connus, clamer leurs mélopées sous le Daarnem. Chaque soir, chaque matin, Li Gürln y accueillait les prétendants, chaque fois entourée de nouveaux membres de son clan. Jeunes ou vieux, mâles ou femelles, tous la secondaient dans son choix. Mais Li Gürln savait une chose : le chant qui plairait à son peuple sera celui qui la fera vibrer elle-même.

     

    tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK -#340-3
    proposition inspirée par une illustration originale de Nephyla

    (toubi continioude...)

  • dits de chute

    à Toncrate, pour une part ; à Tisseuse et Cacoune, pour beaucoup ; à Lily, aussi, Mon Petit Ailleurs ; à celles et à ceux qui, des failles, roulent les yeux, fument la paille...

    chat, non

    chat va ?je ne suis pas chat
    quand je tombe
    je me casse la gueule

    je ne suis pas un chat,
    moi

    je ne suis pas un chamois
    en montagne
    j'ai le vertige
    je tiens à peine sur mes tiges

    je ne suis pas chamois,
    quoi

    chamois, non pas

    boum
    patatras

    c'est quoi le fond, au fond ?

    chute!
    c'est le choir, brut.

    sauter en parachute
    gavé, le rêve !

    mais la nuit est trop brève
    un matin l'exécute
    et sur le sol s'écoule un rêve inachevé
    qui ne l'aura pas volée

    - T'as rien de mieux à faire
    que te rouler par terre ?

    - Si, mais j'ai pas d'elle

    ceci n'est pas un entonnoirau fond de l'entonnoir
    un corps étanger
    il fait bouchon
    il est coincé.

    exhalaison
    venue du fond
    des parfums de vin d'épices
    viennent lui picoter les cuisses.

    il porte son regard
    vers le bord évasé.

    un renversement de la situation
    me serait salutaire, pense-t-il.

    un oeil ? une narine ?
    ... font leur apparition
    au sommet de l'ustensile.

    ah, c'est bouché, dit-on.
    l'étranger reprend espoir
    et fait déjà meilleure mine à voir.

    quand soudain, la question :

    que vaut-il mieux au fond ?

    que pour de bon
    j'aille jusqu'au tréfond
    me noyer enivré de délices ?

    ou tourbillon
    vriller vers le plafond
    si tant est que jamais j'en finisse ?

    la question le met au supplice
    bien moins que la solution qui s'immisce
    à la pointe du tire-bouchon.

    !splash!falaise vue d'en bas
    écho des échos
    le monde sur moi
    qui me tiens, les bras en croix
    debout, face à la paroi

    mais qu'alors je me retourne
    et j'obtiens du destin une autre ristourne

    falaise vue d'en haut
    ma vie sur le dos
    et l'onde à mes pieds
    l'invisible à embrasser
    à genou devant la baie

    mais qu'alors je me retourne
    et j'obtiens du monde une autre ristourne

    attends-moi, la main
    à bras! à bras!
    attends-moi là, vie qui va

    la vie qui s'en vient
    la vie qui s'en va
    la vie qui ne s'arrête pas

    tant pis, allez
    j'aime mieux tomber
    et tomber encore et encore

    et tomber tomber
    et tomber encore
    tomber dans tes bras corridor

    amoureusement mise à mort

    pour dix de chute,
    c'est excessif
    garde ton calebute,
    range ton canif

    calecif.jpg

     - quand gourou fâché, lui toujours faire un slip! -

     

     

    - Pierre tombe, Al !
    - et alors! 'fallait pas pousser non plus !

    (voyons ce que là-contre Pétri fit)

    - comment ça, au ciel ? il est même pas mort !
    - ah ça nan, mais qu'il a eu chaud !
    - tu veux dire qu'il a chu haut.

    ... mêmpômôl...
    (dit la veste)

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK