Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature - Page 5

  • substantifs (jkl)

    Pin it!

    Jour :
     L’aujourd’hui,
     son jour et sa nuit
     me tendent
     m’élèvent jusqu’à l’offrande
     que je fais de ma vie
     - ma vie qui s’éblouit,
     jusqu’au moment dit d’en descendre
     et d’en remettre les cendres
     à l’infiniment abouti qui s’ensuit
     et ne sait plus que j’en suis.
    ; parenthèse lumineuse, périodique et révolutionnaire qui se fait dans la nuit profonde.
    - Et mon coeur apaisé s'y perdait en silence; / Et je passais ainsi, sans m'en apercevoir, / Tout un long jour d'été, de l'aube jusqu'au soir, / Sans que la moindre chose intime, extérieure, / M'en indiquât la fuite, et sans connaître l'heure (...) / Car un long jour n'était qu'une heure de délices ! [Alphonse de Lamartine].

    Kangourou :
     Tel un kangourou coursé
     par un dingo fou
     mon cœur courroucé
     se défait de vous

     Car le cœur et l’animal
     - mais le saviez-vous ?
     pour les pleurs ni pour le mal
     n’ont pas de goût
    ; animal océanien dont le nom signifie « je ne sais/comprends pas » en langue aborigène.
    - Une femme sans homme, horreur, c'est une espèce de grand kangourou qui va partout avec une poche vide [Violette Leduc].

    Livre :
     merde brune
     merde noire
     merde posée sur le monde
     merde blanche et rondouillarde
     ventrue que c’est pas des façons,
     engeance bâtarde !
     vilain étron !
     dont la puanteur s’attarde
     dont le rigodon musarde
     tue le verbe
     nie le nom
     merde obscure des méchants cons !

     mes chers livres, délivrez-moi
     de ces livres de peu de foi
     que trois mots : « plus jamais ça »
     en crèvent deux : Mon Combat.
    ; lieu magique où par le truchement de l’écrit, le cri de la vie s’enchante et le chant de la vie s’écrie.
    - Encore aujourd'hui je ne reçois pas d'Angleterre un livre nouveau que je ne plonge ma figure entre ses pages jusqu'au fil qui le broche, pour humer son brouillard et sa fumée, et aspirer tout ce qui peut rester de ma joie d'enfance [Marcel Schwob].

    * poLèmes précédemment parus sur pavupapri

     

    OEIL_LIV.JPG

    _______________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE
     

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • substantifs (mno)

    Pin it!

    Mystère :
     Où que je me cache
     le mystère me trouve
     soulève la bâche
     et me rejoins dans le canot
     et nous nous perdons sur les flots
     secoués de rires de potaches
     singeant mantras et cris d’Apache
     et buvant la mer au goulot

     Si je reste coi
     j’ai le mystère en bouche
     il lève le doigt
     brave compagnon de pupitre
     de bon conseil et bel arbitre
     il me cède la douche
     et m’attend sur la couche
     où tu trembles d’émoi

     Quand enfin je dors
     le mystère me berce
     un murmure encore
     et c’est le monde qui bascule
     oubliés, chagrin, ridicule
     une flèche perse
     d’un trait vous transperce
     roule, chariot d’or…
    ; cet inconnu au charme fou.
    - Et moi j'apercevais – pourtant / Qu'on fût loin de Cythère -/ Un objet singulier. Mystère : / C'est un éléphant [Paul-Jean Toulet].

    Nuit :
     Nuitamment lune luit
     notoirement l’autre pas
     mais, désastre de la nuit
     le matin revient déjà

     J’aime encore être du nombre
     de ceux qui forment dans l’ombre
     leurs desseins et leurs ébats

     Plutôt que d’être pareil
     à ces corps sous le soleil
     fondant comme chocolat

     Nuitamment lune luit
     notoirement l’autre pas
     mais, désastre de la nuit
     le matin revient déjà
    ; étoiles et révolutions passent, elle demeure égale.
    - Sous le plafond bas de ma petite chambre, est ma nuit, gouffre profond [Henri Michaux].

    Ombre :
     Elle a parfois tant de bras que les bras m'en tombent
     Elle est aussi petits pois sous un chapeau vert
     Elle a fondu sous le toit d'un chagrin d'hiver
     et dort sous le marbre froid qui couvre les tombes

     Elle est sœur de cet émoi que l'on nomme peur
     Elle inquiète le prélat, un enfant qui pleure
     Elle est ce qu'il adviendra des joies les plus douces
     et son terme emportera l'un et l'autre, tous

     Elle est complice déjà des échappatoires
     Elle sait bien où les gars se trouvent le soir
     Elle avance pas à pas et sans réfléchir
     que des portraits que dada signerait sans rire

     L'ombre, elle
     s'ignore sous le ciel.

     Elle est tapis dans le bois, banc contre le mur
     Elle est abri pour le rat comme le murmure
     Elle est l'arc sous le sein droit que ta main libère
     et son toucher délicat me radoucit l'air

     Elle mène guérilla parmi les ruelles
     Elle y brise tout l'éclat de nos francs midis
     Elle enveloppe le drap, caresse de nuit
     et lui, rapporte tout bas nos joutes fidèles

     L'ombre, elle
     n'en dira rien au ciel.
    ; piètre praticienne des arts (plastiques ni même vivants) quand elle passe au tableau ; obscurité rafraîchissante de bonheur imbécile réveillant parfois de primordiales angoisses.
    - Ainsi dans les ombres du doute / L’homme, hélas ! égaré souvent, / Se trace à soi-même sa route, / Et veut voguer contre le vent [Alphonse de Lamartine].

     

    LSDYETI.JPG

    ________________________________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • substantifs (stu)

    Pin it!

    Sort :
     A la tablée du homard
     ayant copieusement soupé
     un vieux hareng goguenard
     entreprit de se vanter
     prétendant à l’assemblée
     qu’il était en son pouvoir
     quand tous étaient bien repus
     de se fendre d’une poire
     sur sa soupe à la tortue
     ce qu’il fit sans même choir
     du moins tant qu’il fut dedans
     sitôt dehors, dans le noir
     il en fut tout autrement :

     Rétamé sur le trottoir
     entraîné par son ventru
     il pesta contre le sort
     mais malgré tous ses efforts
     il ne se releva plus.

     Au matin du lendemain
     on le trouva dans la rue
     moitié mangé par les chiens
     moitié baignant dans son jus
     saisi dans sa puanteur. 

     On n’attendit pas une heure
     pour le jeter au rebut
     il n’est pas de pire odeur
     quand le saur sue la tortue !
    ; ce destin que l’on rejette sur l’autre en comptant améliorer le sien.
    - Oui, ce monde est bien plat ; quant à l'autre, sornettes. / Moi, je vais résigné, sans espoir, à mon sort, / Et pour tuer le temps, en attendant la mort, / Je fume au nez des dieux de fines cigarettes [Jules Laforgue].

    Temps* :
     j'arrive au port - tic déposant laisse - tac je fais cinq pas - tic déjà tu m'as - tac tout couvert des - tic baisers doux et lents qui me manquaient tant

     j'peux bien t'le dire : le temps peut mourir ! –extrait
    ; l’espace d’un instant durant lequel l’univers a créé l’homme pour avoir, ne fût-ce qu’un moment, conscience de lui-même.
    - Et comment voudriez-vous que l'on passât son temps / Je pense à quelqu'autre paysage / Un ami oublié me montre son visage / Un lieu obscur / Un ciel déteint [Pierre Reverdy].


    Univers :
     Sel des larmes venues aux yeux stupéfaits
     mues par la force d’un regard entier
     élan qui ne souffre aucun rempart

     Œil fier
     proclamant l’univers
     ayant besoin d’espace

     Ecartez-vous maisons, forêts !
     Madame, Monsieur, s’il-vous-plaît
     Bougez-vous, allons, faites place !

     Ainsi portons-nous au loin
     - au plus loin que d’aussi loin,
     notre regard plein de grâce
    ; tout un monde en un rien de temps.
    - Je regrette les temps où la sève du monde, / L’eau du fleuve, le sang rose des arbres verts / Dans les veines de Pan mettaient un univers ! [Arthur Rimbaud].

    miro-joan-singing-fish-2104880.jpg
    Miró : Singing Fish

    ________________________________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • substantifs (xyz)

    Pin it!

    [x]

    ...

    [y]

    ...

    Zen :
     Le zen a jeté
     vers le sommet zénithal
     son nez à disette
    ; aspiration orientale pouvant tenir lieu d’inhalation spirituelle.
    - Une seule fleur, une seule pierre - c'est le zen [André Malraux].

    meditation.gif

    ________________________________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • L'ombre, elle...

    Pin it!
    ombre.jpg

    Elle a parfois tant de bras que les bras m'en tombent
    Elle est aussi petits pois sous un chapeau vert
    Elle a fondu sous le toit d'un chagrin d'hiver
    et dort sous le marbre froid qui couvre les tombes

    Elle est soeur de cet émoi que l'on nomme peur
    Elle inquiète le prélat, un enfant qui pleure
    Elle est ce qu'il adviendra des joies les plus douces
    et son terme emportera l'un et l'autre, tous

    Elle est complice déjà des échappatoires
    Elle sait bien où les gars se trouvent le soir
    Elle avance pas à pas et sans réfléchir
    que des portraits que dada signerait sans rire

    L'ombre, elle
    s'ignore sous le ciel.

    Elle est tapis dans le bois, banc contre le mur
    Elle est abri pour le rat comme le murmure
    Elle est l'arc sous le sein droit que ta main libère
    et son toucher délicat me radoucit l'air

    Elle mène guérilla parmi les ruelles
    Elle y brise tout l'éclat de nos francs midis
    Elle enveloppe le drap, caresse de nuit
    et lui, rapporte tout bas nos joutes fidèles

    L'ombre, elle
    n'en dira rien au ciel.

    tiniak © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (à paraître dans l'abécédaire poLétique)

    source de l'illustration : par ici [Crédit photo, Bart Kootstra]