Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • le don de trouble-vue

    1096329415.jpgLilou me trouble, je l'avoue
    elle joue du canapé-lit
    comme d'autres font du biniou
    l'appel de puissantes folies

    Dans sa vague de cheveux flous
    un duvet corallien s'enfuit
    et sur les courbes de Lilou
    surfent des frissons étourdis

    Ses pieds aux murmures si doux
    contre le mur prennent appui
    tandis que bascule le cou
    par-dessus l'épaule et son pli

    Ne bouge pas, tu me rends fou
    ça! tu me troubles, je le dis
    meure le temps! vive Lilou
    dans cette pose où l'infini s'est pris
    tu m'as conquis

    norbertiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Perle à rebours, la traque des zéros

    Ma fille lit Yoko Tsuno
    (se figure-t-elle nipponne ?)
    à son poignet un tamago'
    bredouille au bout de sa dragonne

    ça! dès que j'ai tourné le dos
    elle allume l'ordinateur
    pour se connecter illico
    aux félines Mew-Mew Power

    613409579.2.jpgles icônes sur le bureau
    conduiront bientôt pour moitié
    à des mizajours nintendo
    et d'étranges karaokés

    l'autre jour, j'entends de là-haut
    les hauts-parleurs de notre chaîne
    hurler des boums-boums de tekno
    nappés de chansons coréennes!

    à l'école, sous le manteau
    c'est troc de cartes pokemon
    au goûter son chocolat chaud
    est dilué dans du Soja Sun

    Ma fille ! Ma perle ! Mon joyau
    se rêve en nintendo déesse
    et moi qui me croyais finaud
    à boycotter Barbie Princesse!

    le père tiniak (texte et dessin)

  • le jour de la dernière nuit

    Le jour où quelqu'un vous aime,
    il fait très beau, dites-vous
    mais je vous aime la nuit, voyez-vous

    Le jour où cette nuit
    me conduit jusqu'à vous
    dans le ciel aura lui
    tout mon amour de vous

    1165224952.2.jpgIl n'y aura ni nuits
    ni petits-jours, ni pluies
    car tout aura fini
    et la lumière, partout
    rayonnera de nous

    Mais déjà le jour fuit
    je ne vois plus de vous
    qu'une ligne étourdie
    et floue

    Il me reste la nuit
    pour n'aimer plus de vous
    que cette ombre où je lis
    combien je suis épris
    combien je me languis
    de vous

    norbert tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    texte inspiré d'une photographie
    extraite de LA CHAMBRE NOIRE de Gaëna

  • main pleine

    1387568021.jpg

    Dans ma main, ce petit sein
    bourgeon tétu de madeleine
    me ferait oublier certain
    cuissot gainé de bas de laine

    A cette heure, sa fraîcheur
    en préserve tout l'arrrondi
    mais tantôt, bien au chaud
    sa peau sera toute alanguie

    Paume et pouce, à la douce
    compriment peu à peu la chair
    qui se tend, redressant
    un mamelon qui fait le fier

    Sous mes lèvres, pris de fièvre
    il fait déjà moins le malin
    de ma langue, je commande
    les pointes de son désir plein

    Tout humide, dans le vide
    il prend des airs de dé à coudre
    si tendu et charnu
    que me vient l'envie de le moudre

    De ta gorge, douce forge
    le halètement accélère
    et ton dos, rodéo
    agite les globes mammaires

    Retournée, bien cambrée
    voici que tu sonnes les cloches
    appelant vivement
    d'autres tempos dans le baloche

    C'est bonheur que ces heurts
    dans la musique de nos chairs
    ta peau fine tambourine
    accompagne notre concert

    Dans mes mains, tes deux seins
    sont venus prendre la mesure
    d'un orgasme qui va son train
    jaillissant de sous la ceinture

    Le front dans le sillon
    où tu me réserves l'abri
    de tes ronds mamelons
    la petite mort me saisit

     

    norbertiniak #247
    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK