Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • des fois que

    et puis, des fois, on pose un cul à terre
    la tête entre les mains
    les pieds comme un mystère
    les yeux ne cherchant rien
    que de très éphémère
    mais de paisible enfin
    parce que, des fois, c'est lourd comme il fait lourd
    hurler dans le coton
    n'éveille ni le sourd
    ni l'amour moribond
    pourquoi finir le tour ?
    un autre a le pompon
    alors, des fois, c'est plus simple de faire
    le mord à bout de bride
    et marteler la terre
    sous des sabots arides
    en savourant des vers
    d'Eluard ou d'Ovide
    des fois que
    renaisse le feu

     

    norbertiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • tout l'air du monde

    1531546589.jpg
    c'est que vous faites rare, mon cher!
    encore à traîner quelque part, le nez dans les étoiles,
    je présume...

     

    le nez dans les étoiles, oui.
    et les pieds nus sur le sol.
    l'arc parfait. la sensualité du monde, de partout. entier.
    ça fait flotter les cheveux plus légèrement.
    ça fait pleurer les yeux, en dedans.
    ça fait pousser des cris qui passent par les orteils et claquent des doigts, battent des mains, applaudissent au spectacle du tout et rien, tout un.
    ça fait courir des souvenirs après la lune dans le ciel frais du matin.
    ça veut pas s'arrêter.
    on est déjà tombé des nues que ça n'a pas cessé.
    et pour peu qu'on accepte
    de ne plus se lever
    jamais
    alors
    atome at home
    l'être irisé
    peut éclater
    et se joindre au concert
    de l'Horloger

    tiniak de retour de l'univers, avec escale chez Larcenette.

    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Catt's mean Cat

    Lors, de Catt' le minou

    léchant sa patte, dessous

    nargue le mainate, fou

    d'avoir pris ses ailes à son cou

    zéro virgule zéro six pour cent

    c'est tout

    ce qu'il reste dorénavant

    de nous

    une touffe de poils roux

    une plume de duvet mou

    roulent sur les cailloux

    du jardin dont les trous se bouchent

    au temps plus doux, par couches

    zéro virgule zéro six

    le matou lorgne une saucisse

    tandis que l'oiseau borgne glisse

    un billet sous la porte

    ficelle de réglisse

    rimes de lettres mortes

    que la saison finisse

    de la sorte

     

    niak-gloups #260

     

  • Quarte sans nuit

    Parce qu'il est des heures sombres où certain souffle d'âme a besoin qu'on l'accompagne jusqu'au jour qui est au bout de la dernière nuit.

    A Milady,

    quarte sans nuit

    rien n'est sombre, pas même l'ombre
    qui s'étend quand la vie fuit
    sa lumière est plus austère
    mais dans la pénombre luit
    l'image si davantage
    nécessaire à l'infini
    tourment qui nous prend à l'âge
    d'y voir clair en pleine nuit.

    c'est à l'oeil que vient le deuil
    de l'être qui est parti
    de ce côté-là du seuil
    en nous laissant tous ici
    la mort, peut-être un écueil
    entre mer et ciels de gris
    mais des sirènes l'accueillent
    perçant de leur chant la nuit.

    lumière, dis-moi lumière
    que vois-tu à travers l'huis
    ouvert sur tous les enfers
    brûlant tous nos appétits ?
    le vois-tu cet être cher ?
    le vois-tu, lumière, dis ?
    me laisseras-tu, lumière
    marcher sans peur à la nuit ?

    ombre, tu n'es pas du nombre
    et ta chimère obscurcit
    le cortège à mine sombre
    dont chaque pas te poursuit
    tu n'es qu'Une, comme Lune
    ton masque déjà blanchit
    quand pareil(le) au Soleil
    je viens déchirer la nuit :

    tout n'est pas dit.


    A Milady, norbertiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • pas un pli

    982727816.jpgQuand Lilou garde ses chaussettes
    ça fait pas un pli
    elle ferait perdre la tête
    au plus défraîchi
    Lilou et ses formes replettes
    donnerait envie
    à d'antédliuviens squelettes
    de reprendre vie

    Quand Lilou garde ses chaussettes
    en allant au lit
    elle garde aussi ses lunettes
    par espièglerie
    Lilou aime tant faire fête
    à son doux chéri
    (il a renvoyé ses minettes
    au fond d'un taxi)

    Quand Lilou garde ses chaussettes
    sur pavupapri
    on fredonne la chansonnette
    de jour et de nuit
    Lilou la reprend à tue-tête
    et quand l'aube luit
    Lilou rompue pique ronflette
    ça fait pas un pli 

    Lilou vit sa vie

    norbertiniak © 2008 DUKOOU ZUMIN &ditions TwalesK

    inspiré par une photo extraite du blog libertin de Lilou