Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • main pleine

    1387568021.jpg

    Dans ma main, ce petit sein
    bourgeon tétu de madeleine
    me ferait oublier certain
    cuissot gainé de bas de laine

    A cette heure, sa fraîcheur
    en préserve tout l'arrrondi
    mais tantôt, bien au chaud
    sa peau sera toute alanguie

    Paume et pouce, à la douce
    compriment peu à peu la chair
    qui se tend, redressant
    un mamelon qui fait le fier

    Sous mes lèvres, pris de fièvre
    il fait déjà moins le malin
    de ma langue, je commande
    les pointes de son désir plein

    Tout humide, dans le vide
    il prend des airs de dé à coudre
    si tendu et charnu
    que me vient l'envie de le moudre

    De ta gorge, douce forge
    le halètement accélère
    et ton dos, rodéo
    agite les globes mammaires

    Retournée, bien cambrée
    voici que tu sonnes les cloches
    appelant vivement
    d'autres tempos dans le baloche

    C'est bonheur que ces heurts
    dans la musique de nos chairs
    ta peau fine tambourine
    accompagne notre concert

    Dans mes mains, tes deux seins
    sont venus prendre la mesure
    d'un orgasme qui va son train
    jaillissant de sous la ceinture

    Le front dans le sillon
    où tu me réserves l'abri
    de tes ronds mamelons
    la petite mort me saisit

     

    norbertiniak #247
    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Une perdue : une de perdue

    Suspendu à sa langue bien pentue qui ne l'est plus - qui s'est peut-être perdue lors d'une obscure crémaillère, allez savoir! j'ai décidé, d'un commun accord de dose majeure, prise avec norbert, May Nat, danelweb et Magic Fing D, de LANCER UN AVIS DE RECHERCHE INTERWEB après Miss Fanny BERREBI.

    2009129305.JPG

    La calembourmédienne, assassineuse de tags (ne lui doit-on pas certaine rubrique intitulée : "délit de sale google"? bon alors), ladite BERREBI, prénom Fanny, pourfendeuse de mots laids et autres vrillandises se la pète quelque part à l'abri d'une nième dimension... PAS POUR LONGTEMPS VILAINE SOURCIERE : j'ai lâché mes fins limiers, mainate en tête, à tes trousses, à tes stylos, à tes claviers, à tes basques et à tes corsets. Tes trous de souris n'y suffiront pas, na!

    592402738.jpgPOUR PREUVE...
    J'appelle le petit Sherblog HOMELESS à la barre. Très cher, mais efficace le c***inomane! Alors, mon onéreux, ça donne quoi, jusqu'ici ?

    S. H. cc : - Well, you know... the way things go, so far... I believe I found a good trail.

    Oui, alors euh Admirable NELSON (de Mountfoart), vous pouvez traduire, là ?

    HMS Commander NELSON : - Aoh, c'est une désolation, cette recherche, n'est-il pas ? La trace de Ms Fanny BERREBI n'est plus toute fraîche, mais le très expensive Sherblog HOMELESS reste convaincu d'être sur une bonne piste. Il dit, la poudreuse est fraîche, cette année nouvelle, oui ?

    Nnnnnnd'accord. On a des résultats ailleurs, sinon, non ? Bernardo, tu veux dire un mot ? Nnnnd'accord. Double-verre-au-sec alors, peut-être ?

    1017726610.JPG2bleVoSek : - Ah là ouais! Y a quand même des signes probants. On a aperçu BERREBI au Brésil où elle se serait fait ravaler la façade. Je ramène quelques clichés récupérés sous l'oreiller de Fidèle CASSE-TROP. Le plus dur ç'aura été de désengluer le tout de son pantalon de survète qui faisait alors office de traversin, mais passons sur ce détail scabreux. La photo est nette. Jugez plutôt. Pendant ce temps, moi je vais m'en jeter un p'ti.

    Merci.

    Et bien, comme disait le Grand Lino (pas celui de la salle de bain, non) : ne nous fâchons pas ! (c'est ça : celui qu'est très fort, Mika)
    Gardons zet poires, c'est le régime de l'enquêteur serein.
    Fanny BERREBI n'a pas fini de nous avoir sul dos, tudju!

    La semaine prochaine ne manquez pas le nouvel épisode de Fanny "outchékéléti" BERREBI : "Les nains de jardins ont les pieds sales".

    SUR http://maynatworks.hautetfort.com. le blog de qui se gratte le tchat.

  • gourmandise, dose

    Elle ose
    Ignorant les tourments qui l’indisposent
    dépose
    au pied du lit grinçant la triste chose
    offerte par l'amant, fanée, morose
    au parfum dégradant
    au duvet sanglotant
    des regrets désolants
    à cause
    du temps

    Elle ose
    Malgré le froid mordant qui la sclérose
    appose
    à l’entour de son flanc l’étoffe close
    d’un dessus de lit blanc ceignant le rose
    227629807.jpgde sa peau frémissant
    à son corps défendant
    dont le désir hurlant
    l’arrose
    dedans

    Elle ose
    D’un fond de récipient lape la dose
    implose
    son œil éclate en de sombres nécroses
    avançant lentement ses pas l’exposent
    aux regards insistants
    de tableaux ravalant
    leur grandeur pourrissant
    mycose
    d’antan

    Elle ose
    328384030.jpgDes mots s’insinuant en elle éclosent
    symbiose
    un billet contenant la vive prose
    de l’hôte entreprenant qui là repose
    l’engage plus avant
    elle entre maintenant
    derrière elle laissant
    sur pause
    un chant

    Le doux ami dont j’étais éprise
     ne m’aura pas comprise
    Je le sais bien, car depuis je tiens
     une autre gourmandise
    Qui sied bien mieux à l’amoureux
     désir dont je suis prise
    Fini le temps des sentiments
     vive la paillardise
    Fini le temps des sentiments
     vive la gourmandise


     

    norbert tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    texte inspiré de photographies
    extraites de
    LA CHAMBRE NOIRE de Gaëna

  • les voies durent, Eve

    L'Eve voit du rêve dans l'âme
    à l'intérieur, oui
    L'Adam se fait les dents
    sur ta peau dure, Eve
    lui

    Si quelque voie du Rêve Originel
    nous venait des ciels d'Australie,
    irions-nous boire la sève
    de ce nectar avant midi ?

    Les voies du rêve ont des voix d'eau
    qui coulent sous les ponts, dis
    chéri(e)

    Mais revienne l'heure de trève
    qui court et traverse ta nuit
    tu paumes Adam au fond du lit
    et croques une pomme trop brève

    à la minuit.

    Qu'auras-tu seulement su, Dave ?

    tsi hi.

    tiniak le niak #244 © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    après deux premiers élans chez Ariaga puis Dentelle&Arsenic

  • un good-bar ?

    291017818.jpgMARS! et ça repart...

    ça revient, ça se retient. May Nat, profitant de la torpeur des jardins engourdis, a fait quelques emplettes. je sors d'en lire... délires!

    vuz&priz @ L'Echappée Belle : "Les Ohms me tuent".

    un texte court qui se savoure au savon noir ; définitivement mortel! où il est démontré qu'après la mort d'après la petite mort, il y a encore...

    vuz&priz @ la Mal-Femmée : "Le seizième ciel".

    parce que bon... "La nuit lapée" aborde le deuil avec un verbe autrement grave que portent des vers proches de la terre ; du coup, une promenade dans le XVIème, ça vous à de suite un parfum de légèreté enjouée. gagné! montez au seizième ciel (BIGOTS S'ABSTENIR - euh, c'est pas un peu redondant, ça ?)

    vuz&priz @ La Gazette endocrinienne d'Anne ARCHET : "Litanies de la Femme Honnête".

    elle n'a pas honte de le dire : elle a un revolver, un vibromasseur, un mari, un Seigneur Jésus-Christ... et sait s'en servir.

    l'écrivaine qui fait fondre les glaces du Saint Laurent, se déchaîne dans cette Gazette où elle rassemble ses écrits les plus poétiques ; sans jamais se départir de sa verve cynique, érotique, symphonique.

    vuz&priz @ Natyot, la slameuse d'EROTIK MENTAL FOOD : un nouvel espace sur MySpace (où vous aurez davantage de chance de la trouver)

     

    [au passage, encore merci à SOUFFLEDAME et son hommAge appuyé]