Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ô manifestes polésiaques

    Poésie naît d'un franc délire :
    le désir de dé-lire un monde

    Oh ! et du besoin d'en chanter
    les miracles les plus discrets

    Là, j'ai formé des arguties
    que l'On n'enseigne pas d'Ici

    Et, d'humilités z'en facondes
    du bonheur au plus sombre empire

    Se mêle de nous rameuter
    la poussière jusqu'au palais

    Ici vient tomber la cravate
    et Là s'en dore la patate

    Ah ! Tu vois ce que je viens dire..
    ...comme la parole est féconde...

    Qu'en feras-tu ? Je n'en sais rien
    (il faut bien promener son Chien)

    Une pensée s'ouvre ici-bas
    quand, là-haut, tremble un Au-delà

    Eh ! C'est du beurre à la seconde
    que d'y être au plaisir de lire

    Sans rire, cent rir's vagabondent
    pour un pleur nu rendu à l'onde

     

    poésie,acrostiche,manifeste polétique,tiniak au tableau

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • S'il faut raison garder...

    La raison n'est jamais si crue qu'après délire
    De même qu'un soupir vient clore un bel élan
    elle instille, profond, son serein élixir
    et polit les débris laissés par l'ouragan

    Ce n'est pas seulement que le désir de vivre
    (plus vaste, plus ancien, secrétement enfoui)
    c'est plutôt s'arrêter que d'encore être à suivre
    et, d'un moment de paix s'arranger à l'abri

    L'observer, c'est déjà être mieux en présence
    et du monde et de soi; de ce qu'on n'y peut mais...
    Dans le souffle vital, s'entendre et y souffler !

    Mais, seule, gonflerait par trop de suffisance
    et manquerait bientôt de plus fougueux éclat
    comme d'un sentiment débridé jaillira

    ***

    S'il faut raison garder, que résonnent folies !

     

    tiniak,poésie,sagesse,raison,folie,flamby,sonnet,zen

    (zen #fart)

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Haut et fort ?

    (...point de comm')

    Oh l'effort (haut et fort)
    de produire et d'induire
    et le bon, et le pire
    et d'en être content...

    Un geste, cependant
    fait défaut à l'adage
    et fomente un outrage
    (consubstantiellement)

    Tout ne va pas sans rien
    et rien est impossible
    la vie m'en soit témoin
    (elle a horreur du vide !)

    Rien à foutre ? Mon derche !
    Bien sûr que si, partout !
    (eh ! "mon courroux, coucou !...")
    où que l'étalon perche...

    Apprêtons l'âpre ton
    (et son sourire en coin) :
    ...qui en fait son festin ?
    ...qui en sera chiffon ?

    Gageure n'est pas sûre
    d'aggréger les hourris
    (de ces caramels durs...)
    de retour au logis

    Empoigner au collet
    la pensée (qui s'en dore)
    c'est ce cogner Pandorre
    Sisyphe et son rocher !!

     

    polésie smirituelle,tiniak,acrostiche,manifeste poétique,outrage heureusement

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Chambre Forte

    à René Guy CADOU

     

    Je viens me retirer
    à nouveau
    pour un soir
    dans ta chambre, Mémoire
    abonder au trousseau
    d'un geste quotidien
    d'un pli sous le manteau
    du bruit d'une pensée refermée sur sa tige
    d'un capiteux vertige ayant l'air de chanter
    peut-être de ce rire
    (qu'il fallut rengorger)
    aussi, pour la mesure
    de ce pleur, lent et noir
    qui me vint

    Je vais rester un peu
    assis, devant la porte
    (à l'abri du soleil
    et de sa désertion)
    attendre qu'il en sorte une envie de passer
    patiemment, avec soin, je fermerai les yeux
    sur l'heure et la saison
    pour entrer en sommeil
    et lisser ton cheveu
    Chambre Forte

    poésie,tiniak,rené guy cadou,mémoire,livre,écrire,penser

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Le tigre, la plèvre et l'ânon

    J'ai vu, en un instant, ce tigre être effacé par une grille d'accords. D’accord, mineurs ! Oui, d’accord, mais quand même… Il disait, pour lui-même : « elle sait comme je l’aime, non ? ». Sans foire ni pardon; il s’est évanouit, comme une mélodie se fond dans la mémoire, avec un feulement noir, contrit, de fol amant éconduit, sans (autre ?) préavis que l’histoire.

    Je conserve le goût (suranné, bien beurré) de cette madeleine au tétin poitrinaire. Ça m’adoucit les fers, flanqué de tous mes pairs traversant l’océan, arrachés à nos terres, sans qu’aucun président nous vienne même à l’idée pour gérer la contrée où nous mènent ces voiles. Nous buvons notre sueur, mangeons nos excréments, sans mot dire - pas sans maudire cet insipide blanc… !

    J’écoute une prière qui me ressemble un peu. Au seuil de mon cerveau, quand j’y pense… Elle chante : « il y a tant de rythmes et d’harmonies ! Moi, je rentre le Chien… ». Et je danse ! avec des rimes denses (pis qu’un mur en kevlar) sur le long promontoire de mes rêves sans ordre, autre que de tenir, le petit doigt bien dru sur la couture du pantalon – sans foire ni par don !

    Je caresse un mystère. Je ne sais plus son nom (elle ne sait pas le mien). Et alors ? Tout va bien : l’ambiance, la lumière, l’épaisseur du matelas, son vibrant ronflement, le grain de sa peau claire sous mes doigts… Passe une plume à la fenêtre… Qu’il fait bon saisir ce moment ! Passe ma langue sur mes dents en invoquant sa voix – eh ! j’y retrouve ma voie !

    Je renifle un écueil… Ce téton, c’est un seuil ? Cette prière, un deuil ? Ma caresse, du flan ? Sa madeleine, un four ? Je mouche. J’éternue. Je connais cette couche, c’est la plèvre (par dit !). Ça sent fort ou c’est moi ? J’aspire, en plein effroi, à d’autres ritournelles. Lui rend quelque ficelle - c’te blague ! Pour peu, me fendait d’une bague. Ah, non !

    poésie,tiniak,renarde,cinq sens,sign,signature,plume