Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sonnet

  • S'il faut raison garder...

    La raison n'est jamais si crue qu'après délire
    De même qu'un soupir vient clore un bel élan
    elle instille, profond, son serein élixir
    et polit les débris laissés par l'ouragan

    Ce n'est pas seulement que le désir de vivre
    (plus vaste, plus ancien, secrétement enfoui)
    c'est plutôt s'arrêter que d'encore être à suivre
    et, d'un moment de paix s'arranger à l'abri

    L'observer, c'est déjà être mieux en présence
    et du monde et de soi; de ce qu'on n'y peut mais...
    Dans le souffle vital, s'entendre et y souffler !

    Mais, seule, gonflerait par trop de suffisance
    et manquerait bientôt de plus fougueux éclat
    comme d'un sentiment débridé jaillira

    ***

    S'il faut raison garder, que résonnent folies !

     

    tiniak,poésie,sagesse,raison,folie,flamby,sonnet,zen

    (zen #fart)

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Rose

    Le temps à bout de bras et le cœur à l'arrêt
    (il ne veut plus compter mes larmes qui s'envolent)
    je me tiens devant toi, fatiguée, sans parole
    dans le vent cévenol venu jusqu'à nos crêts

    J'implore - l'entends-tu ? quelque moment paisible
    hurlant dans ma sourdine au milieu des criquets
    que "j'en ai plein le cul !" de tous les sobriquets
    dont tu m'as affublée en te trompant de cible

    La robe qui me vêt, c'est mon premier affront
    (ouais, ce rose-bonbon, c'est de l'âme à l'eau forte)
    puis, j'ai muré la porte et brûlé tes chaussons

    L'image que tu vois n'est qu'un prétexte, en fête !
    Me figure ta tête... Adieu, triste garçon !
    Mon réveil est profond et piste une autre quête

     

    Val Tilu Photographies,tiniak,polèmes

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Crédit photo ©Val Tilu Photographie

  • exit

    Je me suis assis las du spectacle du monde
    à ronger ma faconde avec mes dents gâtées
    à recompter mes pieds durant quelques secondes
    et le poids d'un ciel creux sur mon cou fatigué

    Passe... Passe ! Ombre sale et bien mal assortie
    à l'or de ce parvis au magistral déclin
    Si jai tendu la main, c'est vers cette souris
    qui n'attend que la nuit pour me donner le sein

    Que sais-je ? Dois-je encor couler, mah ! Supervielle ?
    au creux de mon libelle, et clamer, haut et fort
    l'insigne ritournelle : "Eh ! C'est trop tôt, la mort !"

    Je demeure assis, là, près du fleuve, ce cours
    révoquant des amours la porte de sortie
    et la soupe d'orties quand on se prend un four

     

    exit,poésie,tiniak

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#300 (ah, oui ! quand même)