Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • berceuses

    BERCEUSE.JPG

    Il y a des berceuses
    qui vous font les yeux doux
    des baisers sur la joue
    et vous laissent, rêveuse
    la nuit qui s'amadoue

    Il y a des histoires

    qui vous disent le temps
    où naquirent les vents
    déchirant au ciel noir
    la cape des géants

    Il y a des caresses

    qui s'emparent du froid
    et du bout de leurs doigts
    n'auront jamais de cesse
    d'en faire un feu de joie

    Et puis, il y a l'absence

    sourde et muette distance
    et le besoin d'aimer
    qui se fait désirer

    Il y a des berceuses

    Il y a des histoires
    Il y a des caresses
    et moi qui veux te voir

    3berceuses.jpg

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • la plinthe

    WALL42.JPG

    La mère est une bouche avec les jambes sous les seins
    Elle vit seule en couche et mange ses enfants
    Le père meurt encore avec les autres pour les siens
    Les œufs de feu du ciel m'assènent ses louanges

    - mama loves her baby and daddy loves you too

    Les tigres sont lâchés ; ailleurs tombent les murs

    Ici, chaque mot apporte sa brique
    Je couvre mon carnet de mes pauvres coliques
    Je crains l'école et ses paroles dures
    - and the sea may look warm to you, babe, and the sky made of blue


    La mère est une cour avec un juge à chaque main

    Elle caresse un mort, aux bras le dernier né
    Les reliques d'un rire emboîtent son petit train-train
    La voix définitive, elle a tranché
    - the silent reproach of a million tear-stained eyes


    Dans son ordre inversé, le Maître lui ressemble

    Il arrache au carnet mes pages noires
    Des tigres de papier feulent dans les couloirs
    A mon bras décharné, l'aiguille tremble
    - don't be surprised when a crack in the ice appears under your feet

    Ma caverne est un mur où dansent, bacchanale

    à l'assaut de fêlures ornementales

    les sombres réjouissances
    les jeunesses flouées
    la fin des résistances
    la bave des ainés
    dans la lumière crue
    d'un Chaos résolu
    à marcher sur le Rêve
    à pas forcé
    sans trêve, sans pitié
    - how should I complete the wall?

    Me voilà dos au mur

    attendant ma piqûre de rappel
    - à l'ordre ? au rituel ?
    et je sens qu'on me hisse
    Sous moi, le monde glisse une porte
    la tentation est forte d'y passer un adieu
    - a distant ship smokes on the horizon

    Je gagne le sommet

    J'entends une scansion, ritournelle
    - Ooh ma! Ooh pa! the show must go on

    Serait-ce ma famille

    ce vil rang de chenilles
    grouillant alignement longeant la plinthe ?
    Ruée processionnaire
    ton pas bien accordé
    aux accents unifiés
    d’un chant immunitaire
    lézarde sur le mur
    la brique la plus dure
    où naguère ma mère
    au fur et à mesure
    de son besoin d’avoir la main mise sur tout
    aimait limer en pointe
    ses ongles de saindoux
    comme on boit de l’absinthe
    Femme, d’entre les fous, complainte !
    - Worm, Your Honour, let me take him home

    Surgit un arc-en-ciel avec ses jambes sur la ville

    De sa bouche infantile, il gobe les fumées
    Je me redresse alors debout sur les tessons de tuile
    La foule s’éparpille sous mes pieds
    - I sentence you to be exposed before your peers

    À bas, le mur !

     

    Wall-side.JPG

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    d'après Pink Floyd THE WALL
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#75.

     

    WallCrossedHammers.jpg

     

  • Le compas

    compas.jpg

    Six fois soixante et douze en voici cinq cent quatre
    et non pas les sept cents que nous disaient les Pâtres ;
    ainsi, en comparant l'état du ciel d'alors
    à celui du moment, Voltaire fit l'effort
    de la démonstration par le biais d'une lettre
    qu'en matière de temps, mieux vaut dire "peut-être",
    "c'est possible après tout", "en ces temps reculés..."
    ou bien, avec prudence : "je n'étais pas né" ;
    car il est difficile d'ouvrir un tiroir
    de la commode empire où nous rangeons l'Histoire
    sans se voir aussitôt le museau agressé
    cherchant une charlotte et trouvant, tout crotté
    un manteau de Poilu exhalant la charogne !
    Notre Histoire n'est pas de ces poupées gigognes
    qu'On emboîte à ravir, pédagogiquement,
    par souci d'insuffler à nos sages enfants
    le méritoire goût des généalogies ;
    l'Histoire est un compas dont l'axe se déplace
    et trace des rosaces comme un malappris !

    Ceci posé : galères ! ...drakkars ? ...galions ?
    passons-nous de compas pour la navigation
    interrogeons nos glandes !
    et tâchons qu'au récit le souvenir commande...

    J'étions pas né, disais-je, on parlait dans mon dos.
    Il tombait comme neige une averse de mots
    à n'y piquer que dalle !
    - notez qu'à ce moment, je ne m'en trouvai mal
    ni même chagriné, puisque je n'étions guère
    qu'un projet de rupture au sein rond de ma mère
    mais passons ce détail...
    L'On rappelait, disé-je, une antique pagaille
    avec des dieux marrants et d'autres beaucoup moins
    - il en est de marrants, j'insiste sur ce point ;
    demandez à Anouilh...
    Ça buvait force vin, ça se grattait les fouilles,
    contestant au passage un certain Champollion
    dont j'appris bien plus tard à épeler le nom,
    le tout faisant très Bouffe
    - n'étaient, comme couru, les poux parmi ces touffes.
    Pour tromper son ennui, d'aucuns s'en cherchaient d'autres
    dans la barbe fleurie, le plastron qui se vautre
    ou le joli minois ;
    ça se les arrachait avec les dents, les doigts,
    jusqu'à cet importun, frais promu demi-dieu,
    qui en trouva au cul de l'hôtesse des lieux
    - ça, il fallait pas faire !
    Son époux protesta de toute sa colère
    et tempêta si fort que, cul par-dessus tête,
    précipita tout un, convives, fat, belettes
    allez, hop ! sur le monde !
    La pagaille au banquet vint à son paroxysme
    et l'On débarrassa bien vite tout le ciel
    en n'y laissant traîner qu'une nappe de miel
    dans un bon peu de lait.

    Sur Terre, c'était cuit, je vous dis, pour la paix
    des méninges, des cœurs et de tous les pays
    qu'On inventa dans l'heure (un peu avant midi)
    pour se faire la guerre.
    Elle fut déclarée - par qui ? allez savoir !
    mais dure encore au point qu'On dût créer l'Histoire
    et la Bibliothèque.
    Ça partait d'un bon fonds... c'eût même été pratique,
    mais c'était sans compter sur l'âme bordélique
    et tous les fainéants qu'On chargea de la tâche
    - et voyez : la bombe H !...
    le massacre des peuples... les autodafés...
    la confusion des genres, le zèle appliqué
    d'obscures mécaniques délocalisées
    ou concentrationnaires...
    ça ne servit de rien ! Ni l'homme ni la terre
    ne supportaient l'idée d'être mis dans des cases.
    L'On fut même tenté d'en faire table rase
    et l'On se ravisa ;
    le passé, conservé, présente quelques charmes :
    des Baigneuses, des tons et le jambon de Parme,
    pour n'évoquer que ceux que j'aurais en partage
    quand j'attendrais mon âge,
    quoiqu'on n'en fût pas là - certes, c'est pour bientôt,
    mais il est incomplet, l'inventaire des mots
    que l'On dit dans mon dos jusqu'avant ma naissance
    dont je nourris ma stance.

    Qu'un coup de dé jamais ne finisse au placard
    vaut que l'On interroge et les fruits du hasard
    et les présupposés que l'On prête au destin...
    L'Histoire... son festin.

    Y eut-il un jour autre chose que le jour ?
    La Guerre de Troie fut-elle un long chant d'amour ?
    Et madame Hitler connut-elle monsieur K. ?
    L'Histoire ne le dit pas.
    C'est ici que j'apparus et naquis à la conscience,
    dans le conflit cru du savoir et de mes sens.
    La radio diffuse un curieux communiqué :
    « La bombe, c'est du passé ».
    J'allais pour ranger mon compas dans mon cartable
    et me demandai quoi tenir pour véritable.
    Quelque temps après, je ne pus au tableau noir
    dire ma leçon d'histoire.

    dés.jpg



    tiniak ©2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK.

    Champollion_-2GIF.JPG

  • Où dense le menu est

    gullinapo.jpg

    Quand je vis le menu, je compris ma douleur
    car mon allure ici n'était à la hauteur
    ni ne rivalisait de loin avec ce gnome
    qui m'aurait recouvert, bras ballants, de sa paume.

    D'entre tous ces géants, même le plus petit
    me prenant pour son animal de compagnie
    n'eût besoin de quelconque entrave ni de lien
    pour m'aller promener au soir avec ses chiens.

    Et moi, venu la veille encor de Lilliput,
    doutant que mon périple eût jamais d'autre but
    que d'éprouver mon nom par force humilité,

    à défaut de raison, c'est en moralité
    que je devais juger de tout le nécessaire ;
    comme il n'est de saison que ne régule hiver.

     

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#74

    Illustration : James Gillray, Le roi de Brobdingnag et Gulliver (1803) ; caricature de Georges III et Napoléon Bonaparte.