Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

passion

  • Jungle, couine !

    La jungle est au jardin et la ville s'en dore
    Bon... je respire encore et tu me tiens la main
    Un cri prend son essor; il plaide son chemin
    dans le jour incertain du fruit de nos efforts

    La pluie s'est ravisée : "Non, pas ici... Ailleurs..."
    Nous cherchons le meilleur en fouillant nos carnés
    Aux nubiles veilleurs, la nuit vient murmurer
    qu'il fera beau pleurer par excès de bonne heure

    La vapeur a surgi au revers des toitures
    et va lécher au mur la toile qui s'oublie
    tandis que s'aventure une araignée meurtrie
    sur le sol étourdi par nos jeux, nos postures

    La fête est au plus haut ! que nos âmes convoquent...
    Eh, peu nous chaut l'époque ! elle a toujours bon dos
    Fi de taille ou d'estoc, c'est, la garde au fourreau
    que nous fendons les maux, libres de nos défroques !!

    La bête grogne un peu, mais c'est avant de jouir
    Elle est toute au plaisir de mourir par le feu
    et - c'est peu de le dire, elle a ce qu'elle veut...
    Je le vois dans tes yeux qu'inondent mes soupirs

    La ville se résume à sa tête d'épingle
    car notre étoile dingue au ciel, avec ses plumes
    Tu caresses mon flingue et proposes : "On la fume ?"
    Je t'aspire la brume et vais tailler ma jungle

     

     

    poésie,jungle queen,polésie lubrifiante mais pas trop,passion,taille-haie,delphine signol

     

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • adage

    (Quand je ne te verrai plus)
     
     
    Au rire singulier que tu lances dans l'air
    où, charnelle, roucoule une joie impromptue
    prodige de bienfaits pourtant involontaire
    à cet éclat subit, je t'aurai reconnue
     
    À ce parfum léger que ta nuque dispense
    et que ta chevelure embarque dans ses flots
    mêlant, par alchimie, l'odeur et la fragrance
    je saurai que je viens à présent dans ton dos
     
    À l'indolent séjour où ma paume repose
    éprouvant la chaleur d'un délicat velours
    que me seront lointains les brûlots et les causes
    et qu'il me sera doux d'espérer ton amour
     
    Au violent appétit m'envahissant le corps
    pour goûter au plaisir de faire un beau carnage
    et porter cette ivresse à son ultime bord
    alors, j'aurai livré à ton sort tous mes âges
     
    poésie,adage,amour aveugle,passion,loloche,cinq sensJe l'aurai accepté, comme le veut l'adage
    pour t'aimer davantage : être aveugle à jamais
     
     

    tiniak ©2013 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • ma grande faite

    klimt_nuque.jpg

    La braise d'une histoire enfin apprivoisée
    - teinte rousse en reflets au cheveu matinal,
    accuse la blancheur de l'arche libérale
    implorant le bel or de la gratifier
    du creux de son épaule à sa nuque pliée
    par un tendre baiser mieux que subliminal

    La rosée qui jalouse une main fraîche encore

    sanglote sans gémir, doucement sévapore
    sur la terre engourdie mais déjà odorante
    des pattes de fourmis sont plus tonitruantes
    que ces doigts qui promènent sur la pointe
    sans peine aucune et sans aucune feinte

    L'échappée de ce vent au feulement torride
    précipite le temps et s'empare du vide
    pour en faire un bouquet chargé de citrons verts
    où l'air et la lumière apprennent à s'aimer
    dans cette transhumance
    leur alliage se forge à gorge déployée

    C'est la fête du rire aux balcons du sapin
    venue ruer dans les plumes son serpentin
    et donner le vertige aux railleuses corneilles
    tout l'éclat du soleil y fait pâle figure
    dans cette délivrance
    la folie paraît être la seule aventure

    La folie seule emporte un monde et son passage
    La folie, cette porte ouverte à davantage
    est la folie des sens émoustillés d'eux-mêmes
    la folie qui arrache à l'ombre des "je t'aime"
    "ah ! c'est toi", "ah mourir", "ah ! je te reconnais"
    la folie dont l'ardeur s'abreuve de sang frais

    La folie qui t'a faite grande et sans pareille
    a les mains d'un géant fraternel en sommeil
    sa manœuvre invisible assure son maintien
    quelle que soit au ciel l'étoile qui s'éteint
    les deux pieds dans la source
    tu regardes passer l'infini dans sa course

    Et qu'importe des temps la marque sur ta peau
    qu'importe du tourment la lave et son brûlot
    c'est ta fête, aujourd'hui s'y emploie volontiers
    et garde loin de toi tout des inimitiés
    des petitesses d'âme...
    et donne à ton cheveu la mouvance des flammes

    Alors je te découvre et te prends pour festin
    je t'embrasse les yeux, je t'embrasse la main

     

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Illustration : Klimt, détail.

  • case à nova

    346367898.JPG

    Oh, belle étoile !
    Oh, ma fortune !
    Je suis comme la lune
    ...allons, un petit tour ?

    J'aime tant ce vertige
    où mon cœur vous oblige
    et vous livre du sang
    l'or et le vif allant
    qui ne sont si précieux
    qu'à briller à vos yeux
    plus que l'onde au soleil

    Oh, je serai pareil
    prévenant et secret
    pour tout dire aussi vrai
    que votre dernier songe
    une main sur la longe
    et l'autre à votre sein
    mes lèvres entrouvertes
    implorant votre perte
    et vous me direz « oui »

    Oh, je serai ceci
    cela et même plus
    Vous m'aurez reconnu
    quand je vous aurai prise
    (je n'ai pas dit "soumise")
    ayant bien écouté
    ce que vous me disiez
    de tout et de vous-même
    nous nous dirons « je t'aime »
    peut-être... mais après

    Oh, je suis votre jouet
    et vous êtes le mien
    (ai-je osé "votre chien" ?
    mais non, soyons subtiles)
    comme tout est facile
    et léger à nos âges
    et voici qu'on partage
    un faisceau de délices
    enivrés et complices
    heureux de notre sort

    Oh, belle étoile !
    Oh, tous vos bras !
    Oh, ma super nova !
    ...un petit tour encore ?
    Après, c'est dit, c'est mort.

     

    super_nova.JPG

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • amok

    AMOK_logo.gif

    amor ! amor ! amor !
    amok !!
    que tout le brasier du décor
    disloque
    les raisons d'être raisonnables
    que l'amour pur et véritable
    ignore
    pour s'élèver monumentale
    caresse des sentimentales
    ivresses

    amor ! amor ! amok !!
    embrasement d'âme et de corps
    que la folie du monde moque
    tu vis l'amour à mort
    et ta passion nue soliloque

    tiniak © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK