Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

polemzaµ - Page 4

  • un déjeuner dans les étoiles

    Pin it!
    not' ?

    j’ai décidé

    dans les étoiles

    chaque jour de mettre les voiles

     

    pour te retrouver, ma si reine

    je m’y élance à perdre haleine

    avant que la nuit soit complète

    j’y vole à en perdre la tête

    et chevauchant le Sagittaire

    je prends congé de notre Terre

     

    j’ai dessiné

    dans les étoiles

    un grand plumeau-bateau à voiles

     

    pour t’y promener, ma si reine

    le bois de santal et l’ébène

    assureront notre confort

    nous cueillerons des bulles d’or

    accrochées à la Voie Lactée

    pour notre petit-déjeuner

     

    avec le ciel pour couverture

    notre lit est une aventure

    qui s’étend jusqu’à l’infini

    de nos nuits

     

    quand, sous cette voûte céleste

    notre vaisseau lâche du lest

    c’est pour embarquer avec lui

    l’aujourd’hui

     

    dans l’obscurité chaleureuse

    j’embrasse ta bouche rieuse

    ainsi renaît de nos amours

    chaque jour

     

    et vous, qui regardez le ciel

    toi pour qui la nuit est si belle

    toi qui va poursuivre sa route

    toi qui voudrais t’ôter d’un doute

     

    avez-vous choisi quelle étoile

    éclat brillant sur la Grand Voile

    donne le cap à vos désirs

    largue l’amarre du plaisir

    et vous offre un monde à délire ?

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    illustration composée d'après

    une photographie de Gaëna Da Sylva 

     

    ____________________________________

    paru chez les Impromptus Littéraires - tiki#20

    où vous pourrez apprécier aussi les textes de :

    Joe Krapov

    et Toncrate

    et puis, il y a l'Arpenteur d'Etoile qui s'imposerait de soi

    pour le thème en cours ("dans les étoiles")

    mais il m'a vraiment fait un coup que bon... 'vous laisse découvrir.

  • prime heur

    Pin it!

     YEP01.JPG

    Il est au plus profond de l'ombre
    de ces pâleurs mutines
    je m'y effeuille la rétine
    à tenter de t'apercevoir
    dans ce brouillard

    YEP02.JPG

    Alors, je recrée du printemps
    la verdeur des collines
    où je te rejoins, ma coquine
    pleine dans ta robe à boutons

    le cheveu long

    YEP03.JPG

    Et je t'embrasse et je te mène
    où l'orge abrite le garenne
    et déjà nos doigts se promènent
    hors de portée de nos regards
    dans le brouillard

    YEP04.JPG

    Comme en sa prime heure, j'entends
    le doux chant de l'ondine
    vibrer tout contre ma poitrine
    quand se mêlent à l'unisson
    nos deux passions

    YEP05.JPG

    Car il est au plus fort du jour
    une vive lumière
    aux rayons perçant l'atmosphère
    que réfléchissent nos amours
    élémentaires

     

    Oouh! le zouli babilion - ffrt ffrt ? 
    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
  • bombe

    Pin it!

    !boum!Quand j'eus bientôt fini d'atteindre des sommets
    d'impétuosité onirique ou frivole
    je vis soudain surgir du quotidien trajet
    conduisant mes enfants aux portes de l'école
    là, devant mes pieds, manquant d'y goûter
    une bombe glacée.

    De celle que l'on dresse, hautes, fières
    pour des journées de liesse populaire
    où l'on va se gaver autour des mariés
    ou bien s'encanailler contre un mat de cocagne
    quand ceux-là de la ville embrassent les campagnes
    avec cet air d'y être tout à fait chez eux
    ...ces jours des biens heureux, bénis des dieux!

    - Attention, dis, papa! s'écrie l'une
    - c'est quoi ça, papa, dis ? s'étonna l'autre
    - ça, mes filles chéries, c'est une bombe...
    - une qui va péter ?
    - qui va nous engluer ?
    - qui va nous meringuer les crottes de nez ?
    - et aussi les oreilles ?
    - et qu'on va déguster jusqu'au bout des orteils ?
    - ... glacée...

    Mais en réalité, je ne savais que dire
    cette incongruité qui tenait du délire
    m'avait déjà conquis. J'y logeai donc un doigt
    goûtai la mousseline, puis bientôt deux, puis trois
    créant une ravine au pied de l'édifice
    j'en abouchai la chair, supputant quel supplice
    m'attendrait au final.

    La cloche sonna
    dans la cour de l'école, on se mettait en rang
    - bon, dis, papa!
    nous, on va y aller,
    me dirent mes enfants.

    Déjà pris de vertige, acquiesçant du regard
    je levais une main vers les crémeux étages
    là-haut trônait, piquée tout à son avantage
    une pâte d'amande érigée comme un phare
    avec au pied couchée, une sirène mage.

    J'allais pour m'en saisir
    elle eut un long soupir avant de murmurer :
    "- Allons, joli papa, il faut attendre encore
    que la marée qui vient atteigne le plus fort
    de sa capacité afin de me porter
    jusqu'à toi, mon trésor."

    Là, je crus défaillir
    (comment allait finir ce satané poème !?)
    comme pour m'engloutir, une vague de crème
    s'arrachant de la base alla vers le sommet
    et, le temps d'une phrase, eut tôt fait d'emporter
    mon corps, tel un esquif.

    Bientôt, sur le trottoir, tout s'était répandu
    de la pièce montée, il ne subsistait plus
    qu'une flaque, un cloaque aplati sur la rue.

    " - Alors, joli papa, on fait quoi maintenant ?"
    l'ondine me toisait, allongée sur le flanc
    elle avait recouvré une taille normale
    quoiqu'étant pour moitié de figure animale
    à la queue écaillée.

    Son buste était couvert - effet de sa pudeur ?
    d'un seyant petit boléro d'algues en fleur
    qui ne me laissait pas sans pouvoir apprécier
    sur l'accorte poitrine un profond décolleté
    bombé dans la ravine.

    alors, joli papa ?

    J'étais certes troublé, mais sus lui faire face
    épongeant sur mon nez des reliquats de glace
    je lui dis tout de go :
    " on pourrait prendre un bain "
    l'idée lui agréait, je lui donnais la main
    et la prit dans mes bras.

    Longeant le boulevard, je ne m'inquiétais pas
    des passants les regards s'étonnant, ça et là ;
    j'installai ma sirène dans ma baignoire rose
    (bah oui, que voulez-vous, je n'ai pas autre chose!)
    elle s'y détendit.

    Me narrant son histoire, elle m'avait appris
    quel odieux sortilège avait scellé sa vie
    à l'oeuvre pâtissière où je l'avais trouvée
    et comment, depuis lors, elle était séparée
    de son unique enfant.

    Sitôt m'étant changé, je repris les devants
    épousant fait et cause et ce parti prenant
    de lui être agréable, étais bien décidé
    à retrouver l'enfant quoi qu'il pût men coûter
    je ferais ce qu'il faut.

    Je me rendis sur Mû, trucidant des dragons
    déjouant les plans de l'Orque et de Posséidon
    délivrant l'enfançon d'un horrible cachot
    gardé par la murène et le vieux cachalot
    le remis à sa mère.

    L'enfant était fillette et riante et vivace
    conta par le menu les épiques menaces
    dont nous étions sortis indemnes sur les flots
    à son ondine mère, et conclut en ces mots :

    "Eh ben tu sais, maman, c'était pas du gâteau!"

    Vous voudriez savoir... mais vous ne saurez pas!
    Si je vous le disais, vous ne le croiriez pas.

    La fin de ce récit ? la chute de l'histoire ?
    je garde tout pour moi.

    (et tfasson, y en a pas!) 

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK