Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La poooorte!

    mouette2.gif

    de retour de chez SLAM BLOG où je n'avais pas fourré mon clic depuis quelques temps, je suis tombé sur un truc à voir. DUKOU (ZUMIN), j'ai écrit ça :

    nom de ... aaah, mais qui va fermer cette porte, à la fin ?!
    je bosse tout le jour et quand je reviens
    c'est toujours la même histoire :
    des mouettes plein les couloirs.

    et ça piaille!
    et ça claque du bec!
    et ça bousille mes meubles en tek!

    est-ce vraiment tellement demander
    à vous qui passez la journée
    à rêvasser, à composer
    avec vos visions irréelles
    que de fermer cette porte, bordel!

    c'est pas bien compliqué.

    tiniak le niak(ouééé!)
    © 2004 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • car l'âge

    nebulaok.jpg

    Elle aura pourtant cherché partout, frénétiquement d'abord, puis, désemparée, en déambulant partout où elle était déjà passée constater l'évidence : plus là!

    Elle n'était qu'à demi vêtue quand le soupçon l'a surprise.
    Elle avait donc quitté la chambre (jaune et bleue) en sous-vêtements rouges et noirs, parcouru toutes les pièces avec à l'entour des yeux un halo virant de l'orange au blanc, pour finir dans la salle d'eau et ses faïences indigo.

    Elle aurait voulu s'envoler par la fenêtre, se cacher sous le lavabo, se noyer dans la baignoire...

    Elle finit par heurter son front dans un angle, comme une locomotive en bout de course, en douceur, avec lourdeur. Elle prit appui contre le mur. Il lui sembla que le ciel était devenu dur et froid - que derrière elle, un abîme s'était ouvert, lui interdisant tout retour en arrière.

    Elle ne bougea plus. Accroupie sur ses pensées - si seulement elle pouvait les chier! Saisie par des souvenirs brûlants qui lui glaçaient le sang, elle ne voulait plus bouger d'un pouce.

    " Ben, tu fais quoi maman ? T'attrapes une araignée ?"
    Elle va la trouver où la force de répondre ?
    Elle va la trouver où la force de le dire avec un sourire dans la voix ?
    Elle va la trouver où la force de le dire avec un sourire dans les yeux ?

    Elle va la trouver.
    Car, l'âge aidant, elle y est.

    texte de tiniak et May Nat,
    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    inspirés par "BATHROOM STORIES 2"
    la photo du jour de NebulaskiN

  • au collet

    collier-en-agate-et-cuir-1.jpg

    agate et cuir
    comme un soupir
    d'aise à ton col est monté
    le bel empire
    du fou désir
    d'être parée

    je t'ai offert
    cette lanière
    depuis la nuque nouée
    coule rivière
    jusqu'à l'ornière
    de ta gorge déployée

    de cette offrande
    d'autres dépendent
    quand nous irons consommer
    près de la lande
    le goût amande

    de nos baisers

    agate et cuir
    seuls à couvrir
    ta vibrante nudité
    prennent plaisir
    à laisser bruire
    un écho perle et lacet
    à nos souffles emmêlés

     

     

    norbert tiniak pour May
    © 2008 DUKOUZUMIN &ditions TwalesK

     

  • Lilou flamenca

    Lilou_flamenca.jpgLilou flamenca
    danse pour moi
    à l'angle droit de ton sofa
    présente-moi
    de tes appâts
    ceux qui gonflent sous le drap

    LIlou_wild2.jpgLilou flamenca
    va dans les bois
    sans craindre les derniers frimas
    effeuille-toi
    à bout de bras
    je suis déjà dans tes pas

    Lilou_balc04.jpgLilou flamenca
    claque des doigts
    sous l'étoffe et le taffetas
    prélasse-toi
    paumes à plat
    sur ta gorge matelas

    Lilou_up02.jpgLilou flamenca
    danse pour moi
    dans l'or doux d'un jour qui s'en va
    enlace-moi
    entre tes bas
    révisons tes entrechats

    Lilou, ne t'arrête pas
    danse, danse, flamenca
    dans l'or doux du jour qui s'en va
     

    tiniak le niak pour Lilou Libertine

    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions Twalesk

    Lilou_head.jpg
  • Dans la chevelure de l'arbre

    isabelle.jpgDans la chevelure de l'arbre
    j'ai laissé ma parure
    ayant quitté les marbres
    pour la sciure

    Dans la lumière rousse
    d'un soleil engourdi
    je me la suis coulée douce
    pas vu, pas pris

    Tu es venue pas à pas
    comme le vent du soir
    fraîche, tendre vers moi
    ce sein blafard

    Je suis à ta rencontre
    allé les mains devant
    saisir ce que tu montres
    du dedans

    Dans la chevelure de l'arbre
    tes cheveux se mêlèrent
    le parfum de ta peau glabre
    emplissait l'air

    Dans la faible clarté
    qui restait sur le monde
    nous avons dévoré
    chaque seconde

    de tiniak à poupoupidou "COLORS OF POULILI"

    (c)2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK