Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

étienne

  • Wee-Mah-Way (Nocturne)

    C'est bien la nuit !
    C'est bien la pluie !
    L'ombre est partout striée de fuites
    Ici et là, piquée d'orange
    Belle Cybèle, nuit de challenge

    À hue, à dia
    les aléas !
    N'étaient tous ces fâcheux portiques
    irais mon mode automatique
    si droit que je sois sans mes bottes
    zivaguer, plus près de ta roulotte
    (oui mais, vois-tu, Renarde oblongue ?
    ma route est longue, longue, longue...)

    Y a pu d' soleil ?
    J'ai pas sommeil !
    Je chante à l’œil et à l'oreille

    Dès l'émotion
    c'est la mission !
    Quand qu'On appelle "Aède, à l'aide !"
    c'est là, la mission dont je procède

    -regain-
    "Les frondaisons exhalent des humeurs
    aussi de ceux qu'ont pas trouvé bonheur..."

    Allons, tant pis !
    C'est reparti...
    Filons notre Bel Aujourd'hui !
    Mortuaire, Hier, garde ton masque !
    L'orient, déjà, pointe sur nos basques

    Le charivari s'est éteint
    mais l'autocar, i' varie rien
    de son trajet, de son allure
    ni de son mépris des voitures
    Sûr ! L'autoroute, au goutte-à-goutte
    instille qu'on est loin... du mois d'août ?

    -rabiot-
    "Chaque maison recèle des soupirs
    l'humble regret de ses Ça-va-Sans-Dire"

    Des Dulcinée
    la Destinée
    perle sans bruit sur l'oreiller
    et, n'en disant mot z'à Leur Père
    nous leur serons peut-être... un frère ?
    (l'âme damée d'un sol égal
    feutre des orgues sentimentales)

    Par habitude
    des latitudes
    qui saura dire où est la cuisine ?
    Il fera beau tendre les narines
    le beurre est passé par d'autres mains
    Perdue ! la magie du "par faim !"

    Perdue, berlue
    des ingénus
    la déroute est longitudinale
    franchi le seuil de l'odre marital

    Ni nuit, ni pluie, ni même lune
    n'effacent plus ces tâches brunes
    sur le poignet
    au blanc carné
    des lents voyages avortés

    Par don, partons !
    Foin, des raisons
    qui nous feraient prendre pour miel
    des hiers chargés de missel

    Empanne, peine
    car l'aube est pleine
    Eh, pine blanche !
    Engourdis-moi tous ces dimanche
    d'infortune...!
    La route longue est opportune

    M'en vais braver
    des logorrhées
    qui me délivrent du chafouin
    le dos tourné au petit matin

    -bonus-
    "a thrill a day keeps the chill away
    love like a dagger and a sound like a 'wee-mah-way' " (*)

     

    Quichotte,Dulcinée,tiniak,roulotte

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    *Adam And The Ants 'That Voodoo'

  • ma Liseuse

    Elle a ces petits pieds boudinés qui m'émeuvent
    et ce sourire tout plié aux commissures
    quand elle vient, pour me faire un brin de lecture
    poème ou prose, avec, en fond, le bruit d'un fleuve

    Ses vêtements sont - parfaitement ! improbables
    (on les dirait sortis du placard d'un fantôme)
    Elle est comme une vieille avec un corps de môme
    mais il sort des trésors de son fâcheux cartable

    Pliés, ouverts - et grand ! Avec image ou sang
    ils lui chargent les bras sans encombrer sa voix
    que l'on dirait empreinte d'un doux vin de noix
    un brin râcleuse, avec de sauvages accents

    Rien ne me ferait manquer ce moment divin
    quand elle vient vers moi, quasi ourdie d'excuses
    (de creuser mes émois ? d'être pis qu'une buse ?)
    et se révèle folle en ouvrant un bouquin

    Il est une autre foi qui se réjouit de peu...
    La nourrissons, tous deux, joyeux, page après page
    comme on peut défaillir devant un doux corsage
    une parole amie, un regard amoureux...

    Tout se tait; elle arrive et le cheveu tressé...
    Sait-elle, seulement, comment je la regarde ?
    - que j'y vois le pendant d'une fine Renarde
    aux pieds nus, sur ma rive, abreuvant mon carné ?

    acrostiche,Val Tilu,liseuse,petit boudin

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Crédit photo ©Val Tilu, Photographies

  • renarde (HiverSœury)

    La Renarde renoue
    avec un nouvel âge
    ...la Roulotte en partage...
    ....Fauteuil Vert au bras doux...

    Elle a ployé son cou
    sous la tendre caresse
    d'une estivale tresse
    aux reflets bruns et roux

    Quelque regard ami
    lui fait comme une plume
    à la douce amertume
    griffée en bas de pli

    D'un rêve, les prémisses
    annoncent le Jodel
    et tiennent, d'elle seule
    où loge Lachésis

     

    renard,renarde,roulotte,poésie

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Lachésiste (songe)

    tiniak,étienne,moires,lachésisCharnelle moue armant un sous-rire
    dans le ferment d'une verte alarme
    viens égoutter le lent élixir
    de ton miel à mon œil frit sous le charme

    Je te rameute, au près, à loisir
    depuis ma barque en tirant des bords
    Jaune safrané, le soir s'étire
    Dessous, la rue barbe mon rêve en or

    Et je m'en songe, pourtant, des Moires !
    te voyant caresser de la paume
    une herbe plus grasse, en robe noire
    et ton pas s'imprégnant d'autant d'arômes

    A l'ouest où peinent les nuances
    un cycle amène une évidence :

    Seule au jardin, c'est là qu'existe
    à son doux festin, La Réparatrice !

     

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Illustration : Lachésis sur le Puteal de la Moncloa, tête de puits en marbre du IIe siècle, Musée archéologique national de Madrid

  • soupires

    J'aime le bruit que font, sur la rive marine
    les échos essoufflés du cœur de l'océan
    soupirs venant lécher ma trace qui chemine
    le chapeau taquiné par un espiègle vent

    Oh, ça ! j'en suis pétri de songes farineux
    couvrant ma pensée nue de grasse chapelure
    mais promener ici, d'eau et d'air pleins les yeux
    c'est comme préférer meringue à la friture

    Un nouvel appétit s'est éveillé, ce soir...
    me soulage l'histoire avec un doux murmure
    Il est un peu aigri d'être passé au noir
    mais caresse mon cou d'une haleine moins sûre

    Tu sais ! Je te l'ai dit... Il en faut, des bluettes !
    pour qu'autre chose en tête aille toucher l'esprit
    (maigre paronomase ou fuyante asyndète)
    et vienne se coucher sur un sobre tapi

    Et tiennent, pour parole : un geste ou un regard
    une pensée frivole, un éprouvant désir...
    qu'ils soient à bonne école, et oui ! les avatars
    qui n'ont pas reconnu nos intimes soupirs

    (en Fa ?... Do ?... Si ?)

    tiniak,poésie,mer,rivage,vague
    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    et j'ajoute...