Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 2

  • averto

    les polemza'µ migrent vers Le Bel Aujourd'hui En PoLésie...

    POLEMZAµ.JPG

    drowning boat flightextension salutaire de 'pavupapri', Le Bel Aujourd'hui En PoLésie rassemble exclusivement les polèmes ici parus dans la rubrique Ô δέλτα de µ  et ses alentours... pour se consacrer Haut&Fort aux pérégrinations du Pas-Que-Beau... répondant à l'appel de certaine sirène - si Reine qu'il lui est impossible d'y résister, le sous-marin-sous-les-toits poursuit là sa route à travers les chimers et les océantiques vers les rives atlantes de Mû... on peut parler de la préparation d'un recueil, oui, oui.

    à bientôt donc, sur Le Bel Aujourd'hui en PoLésie,
    tiniak.

    vers le Bel Aujourd'hui en PoLésie ?
    I am zeu PakeuBo
  • 400 ? cool!

    C'est la 400ème ? naaan !?!lever de rideau
    accueillez les artistes,
    passagers, impromptus,
    les graves et les fous
    et les volubilistes
    à eux ma révérence
    pour cette 400ème
    danse
    avec vous
    je vous aime

    tiniak, norbert tiniak, tiniak le niak(ouèèè)

     

    ___________________________

    1ère salve : AUX VOLUBILISTES
    les montreurs de tabous débonnaires
    (décomplexés, s'entend ; jamais vulgaires)

    aallez, fffuit!à l'ipomée, toujours en tête
    à toi La Volu, c'est ta fête!

    à Cattleya, cet entrechat
    muse au jardin sous les frimas

    à Giovanna, ce tire-lait
    (des fois que je rate la tétée!)

    à milady, ces vrais-faux SIL
    d'un souffle tendu sur le fil

    à toi mayo,
    j'espère que tu planes à nouveau

    à toi Jean-phi', Magicien d'Oz
    allez! tu nous chantes quelque chose ?

    à l'enfilade : Julie, Cui, les Sex&Cie, la belle Ysée, la mal-femmée, Lilou, l'échappée belle et le tueur de céréales

    ___________________________

    2ème salve : à Fanny BERREBI
    l'incomparable calembourmédienne de choc
    pourfendeuse de tags à l'épaulé-jeté

    taaalalapcette bluette : "eeeh toi, dis-moi que tu m'aimes, même si c'est un mensonge, tous nos jours sont les mêmes tu tutu tut"...

    ___________________________

    3ème salve : à NATYOT
    la poétesse du désir fou qui slame partout

    promis, j'irai te voir en vrai sur scène, Erotik Mental Food!

    ___________________________

    4ème salve : AUX ARTISTES GRAPHIQUES
    je leur dois tellement de ce que j'écris!

    à Gaëna : ce rais de lumière dans ta "Chambre Noire"

    à Poulili : ... ce p'tit bout de queue de lézard ? 

    à Ernesto Timor : un album très bientôt...

    à Olivier Rebufa : un Maxi-Rêve avec grandes tripes pour moi, steup'

    !isoiderundane!à Bulles Dorées : ce beau, né d'Anne...

    à AnXiogène : frissons au pied du Gallion, alors hein ?

    à Nephyla : appelée à régner sur la BD nouvelle ?

    à Clik&Clak : un 103ème clin d'oeil avant que tu n'y penses

    à Peter Gorman : for your Naked Rooms' Big Time Sensualities...

    à Joëlle CHEN : découverte à couteaux tirés du néant éloquent

    ___________________________ 

    5ème salve : AUX IMPROMPTUS LITTERAIRES 
    Les Scribouilleurs du dimanche
    (auxquels je dois beaucoup de mon retour à l'amour de ma vie)

    à ses administrateurs : Tisseuse, L’Arpenteur d’étoiles et Toncrate (depuis la version 3.0), bien bordés par Obni ; et puis, Pandora, Ondine, Cacoune et Sebarjo qui les ont rejoint aujourd'hui.

    à ces scribouilleurs que j'affectionne : Joye, Joe Krapov, Oncle Dan, Gino Gordon et ma très chère Poupoune.

    à l'une de ses fondatrices : Laurence, et l'assurance de ses goûts littéraires qu'elle développe ailleurs (dans sa bibli en ligne)...

    à toutes celles et ceux qui tentent l'aventure hebdomadaire, dominicale et littéraire, pour les simples et si précieux plaisirs de lire et d'écrire... et d'en dire en peu plus.

    ___________________________

    6ème salve : AUX ANONYMES

    aaallez, on feeermevous qui passez, toi qui t'arrêtes
    parfois exprès ou par hasard
    la 400ème est votre fête
    mais sortirez-vous du brouillard ?
    oseras-tu me faire un signe ?
    non ?

    oh, rien de grave
    pas de panique
    j'ai tout bien lu mes statistiques

    signé Edvige ;-))) !!

     

    _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 

    allez, rideau...

    cette soirée vous était offerte HAUT & FORT
    par les éditions DUKOU ZUMIN "Un monde à délire"

     

    ___________________________

    BONUS LUDIQUE "on n'est pas là pour se faire tinlinin..."

    Quelque part dans les illustrations de cette page, un intrus s'est subreptiscé pour me dire de me manier le cul - sauras-tu le retrouver ?

  • umbrellas

    paVupApRi

    Pour cette 360ème note, je m'offre un interview, tiens. hop!

    __________________________________________________

    DUKOU ZUMIN &ditions Twalesk : tiniak, cela fait maintenant bientôt deux ans que vous vous produisez sur cet espace numérique 'pavupapri', pouvez-vous nous en rappeler sommairement l'intérêt selon vous ?

    tiniak : sommairement ?... la rencontre amoureuse.

    DUKOU ZUMIN &ditions Twalesk : 'pavupapri' est pourtant très éloigné des sites de rencontres tels qu'on se les figure, et tels qu'ils prospèrent sur la "toile"...

    tiniak : alors, je précise : ... la rencontre amoureuse dans un espace virtuel. je ne cherche pas à rencontrer physiquement les internautes vers qui je vais ou qui parviennent jusqu'à moi. même si nombre de mes écrits ont pour objet la chair, le plaisir de la chair et comment on s'en sert pour continuer de vivre, je ne suis intéressé que par l'esprit qui anime ce qui se passe, surtout sur la toile... même si, bien des fois, je fais appel au charnel, au contenant de chair, de désir et de sang qui porte cet esprit - cet esprit inconnu tant que je ne l'ai pas vu.

    DZ&T : une rencontre virtuelle donc, mais dans ce cas, expliquez-nous comment s'opère cette rencontre et à quoi elle tient.

    tiniak : un des partis pris sur 'pavupapri' consiste à allier le texte et l'image dans une correspondance subjective : ma lecture de l'image.  un processus que je laisse à d'autres le soin de rattacher à ceci, à cela, et aux etc. moi, je parle de provocation. une image me provoque, elle appelle un commentaire de ma part. parfois, ce commentaire est intérieur (et je le garde pour moi), le plus souvent, j'éprouve le besoin de livrer ce commentaire au vu et au su de qui veut s'en saisir... à commencer par celle ou celui qui a créé l'image. de ce fait, mon interprétation de l'image initiale lui offre une publicité nouvelle.

    DZ&T : 'pavupapri' serait donc une sorte de lieu prescripteur de productions artistiques ?

    tiniak : si vous voulez... donc, non! ce n'est pas là qu'est mon intention première ni même finale. si on va par là, je m'inscris davantage dans une démocratisation de l'art, tel que l'ont rêvée les précurseurs du pop-art. à ceci près qu'il n'y a chez moi aucune querelle de l'ancien et du moderne. en revanche, je réfute obstinément tout élitisme comme tout académisme et tous les mots en -isme que l'on rattache aux actes créatifs ou à leurs créateurs. pour moi, voyez-vous, Impression, soleil levant restera un tableau magnifique et n'appartient à aucun mouvement que celui de l'âme.

    DZ&T : vous conviendrez donc vouloir et pouvoir affirmer vos prétentions artistiques au moyen de 'pavupapri'. vos écrits ont des prétentions littéraires que n'ont pas d'autres sites de rencontre... (rires partagés)

    tiniak : bien sûr! mon support de prédilection ici, c'est l'écriture. mais je suis aussi musicien. et parfois, les images m'inspirent des ambiances musicales ou des chansons. mais, pour en revenir au caractère "prescripteur" de cet espace, je le définirais plutôt comme un prolongement d'impressions - enfin, surtout pour ce qui à trait à la correspondance texte/image. en prolongement, oui. à ma façon je prolonge la proposition imagée. j'emploie les mots, mon plaisir des mots. d'autres personnes l'exprimeraient sans doute autrement et pas nécessairement avec des mots... imaginez un peu, si tout le monde faisait pareil, disons, dans un musée. chaque oeuvre donnerait lieu à un joyeux foutoir, non ?
    eh bien, toute personne passant par ici, voyant une image, s'arrêtant dessus, lisant le texte qui y est associé, participe selon moi d'un prolongement fécond. la pérennité de l'art sera toujours assurée par celles et ceux qui y trouvent une nécessité. de quelque endroit de l'acte artistique qu'ils se placent, se sont ces personnes qui prolongent l'art. j'en suis.

    DZ&T : et vous vous placez donc des deux côtés ?

    tiniak : oui... oui, bon, puisqu'on s'est compris, on peut se dire "tu" maintenant ?

    DZ&T : d'accord, allez. cette rencontre amoureuse que propose 'pavupapri', c'est celle des amateurs d'art, alors ?

    tiniak : mouif, je dirais : des amoureux de la vie. vie dans laquelle, l'art prend une bonne part, oui. mais le cochon aussi!

    DZ&T : oui alors, ça, c'est la facette la plus "porteuse" de ton espace, les écrits décomplexés déclinés en rubriques au ton et au propos libertins. cela faisait partie d'une stratégie de communication que d'ouvrir l'espace par ce champ ? pour le recentrer par la suite sur quelque chose de plus artistique ?

    tiniak: ah, ben on s'est pas si bien compris que ça, alors... (silence espiègle). il n'y a pas de hiérarchie possible selon moi, entre les nouvelles flesh, les poLèmes ou mes écrits motivés par les Impromptus, par exemple. il y a entre eux, certes des niveaux de langage différents, un travail différent de la langue, des astuces ou des licences poétiques plus ou moins savoureuses, mais aucun n'écrase l'autre. j'ai de la chance, chez vous (DUKOU ZUMIN &ditions), vous prenez tout ce que je produis ou presque ; en tout cas quasiment tout ce que je vous donne. j'en profite! mais un jour viendra ou vous ferez le tri... selon vos critères et éventuellement, une façon de hiérarchiser tel ou tel aspect de mon écriture. et puis, sachez que depuis que je me suis rapproché de personnes également mûes par le plaisir d'écrire [Les Impromptus Littéraires, Le Défi du samedi - ndlr], la fréquentation de cet espace s'en est trouvée davantage accrue, comparativement à ses débuts très... charnels, disons. et je trouve de l'intérêt aux deux "profils" de personnes qui débarquent sur 'pavupapri' : les rouges sang et les encres noires...

    dancing with mysel-elf oh ohpour ma part, ce n'est qu'affaire de spontanéité, donc de temps. c'est ma façon d'être riche : user du temps de cette façon.

    DZ&T : tu te vois comme un dilettante ou comme un bosseur acharné ?

    tiniak: je bosse vachement dur ma dilettance, oui (rires partagés). bon et d'ailleurs 'faut que j'y retourne. juste avant, je voulais te montrer ceci.

    [tiniak allume sa bécane et me montre un article posté sur un site "ami" (Bleu de Cobalt). l'article présente les installations dites "umbrellas" du goupe d'artistes les Christo. tiniak me fait voir le commentaire qu'il a laissé aux auteurs du post : ce sont des rimes. tiniak les réduit en un quatrain et me propose de conclure l'article en ces termes. ce que je fais...]

    Irruption, cet atout de l'Art
    pour irriter la peau du monde
    oblige le temps, écoute et regard
    à une attention féconde

    tiniak (norbert tiniak)

    umbrellas2.jpg
    Les Cristo - 1991 (UMBRELLAS, en Californie)

    entretien du 28/11/2008 accordé à DF pour DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

     

     

     

  • C'est ici

  • revenu miminum

    " tiniak3.JPGChérie, n'enlève pas ta p'tite culotte, j'arrive!* "

    je vous prie d'excuser cet arrêt momentané des méninges.

    j'adresse mes plus vifs et plus chaleureux remerciements aux belles personnes qui ont, de près ou de pas si loin, contribué à mon retour sur cet espace... et au-delà!

    ce que c'est que LA VIE, tout de même! quelle énergie!

    je vous embrasse, et vous dis a domani, titi.

     

    * réplique tirée du film "ABYSS" (J. Cameron, 1989)