Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

°ruades° - Page 2

  • Tour la ville

    Ach, Paris !

    La ville est à mes pieds comme un tapis d'éveil
    ma plante semelée y prend des sensations
    en passant du bitume au pavé à dos rond
    s'empare du récit des quartiers en sommeil

    Avec sa féérie pailletée au cordeau
    un jeu de construction pointe ses dentelures
    rythmique allant au ciel titiller la courbure
    pour donner la mesure à de vieux oripeaux

    Ses enfants de minuit ont toujours le même âge
    Leurs genoux sont usés aux semblables motifs
    qui auront inspiré leurs cultes intuitifs
    animant le ballet de leurs fébriles rages

    Quand la pluie rafraîchit la chaussée de sa traîne
    ils savent les endroits où se mettre à l'abri
    et ranger au placard le carnage accompli
    en grand anonymat pour les gloires urbaines

    La nuque fatiguée, éteint le lampadaire
    garde pour lui les songes encyclopédiques
    tirés de la vision qu'offre son œil unique
    des segments citadins à leur hebdomadaire

    Il faut s'en éloigner pour la croire figée
    la comédie urbaine aux fausses ordonnances
    que ses lignes de fuite et ses protubérances
    donnent à l'œil artiste en pâture - à regret ?

    J'y vais mon baladin en mode automatique
    promener - vous savez : mes canines humeurs,
    et joindre à ce concert bourgeois mon propre chœur
    dans l'idée de nourrir ma grise polétique

     

    tiniak - Ruades © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki #119

  • Dix heurts (de bonne aventure)

    promenadeT'ayant aimée trop tard
    au matin, je suis parti tôt
    pris mon chien sur le boulevard
    il fumait dans les caniveaux
    des restes de brouillard
    pâlot

    En tête une chanson
    nette et plus filée qu'une dague
    aiguisait mon aspiration
    à tout prendre pour une blague
    comme à ce vieux moignon
    ma bague

    Ça ! le chien tirait fort...
    aussi j'accélèrai le pas
    Souverainement le décor
    rehaussait mon anonymat
    dont j'aggravais encore
    le cas

    Je libérai mon chien
    Il flaira l'ombre et l'alentour
    mais n'en dénichant rien
    vint me rappeler mes encours
    à l'ordre mitoyen
    du jour

    Parvenus à l'hôtel
    où nous séjournions en transit
    lui ai redoré la gamelle
    me couchai, m'endormis bien vite
    en remettant au ciel
    la suite

    L'après-midi me prit
    en flagrant délit de sueur
    Avais-je enfin compris
    être passé près du bonheur ?
    En rêve, t'ai souri
    mon cœur

    La nuit tenait son quart
    quand je m'épongeai le cerveau
    Il pleurait sur le boulevard
    les reproches d'un mot de trop
    que se met le buvard
    à dos

    Le chien voulut sortir
    et comme à son accoutumée
    sillonna l'orange à loisir
    sous les lampadaires coudés
    J'étais à son empire
    rôdé

    Voici que le trajet
    nous conduit au seuil de l'histoire
    où je reconnais mon Poucet
    désemparé, à son perchoir
    que d'un coup de sifflet
    fais choir

    Rattaché mon canin
    à cet anneau devant ta porte
    je veux forcer notre destin
    avant que le désir n'avorte
    J'attends ici qu'enfin
    tu sortes

     

    walking the dog

    tiniak - Ruades © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki #118

  • Par tant de printemps

    Camille PISSARO, 1897

    Saturé de fornications
    l'air est une orgie ambulante
    et navre les respirations
    sous des frondaisons de bacchantes
    squatte les poumons, s'agglutine
    futur crachat sur le trottoir
    glaireuse angine de poitrine
    ...fécondités au désespoir

    C'est le printemps du pleurnichard
    privé de sa montée de sève
    raturant au papier buvard
    "cent noms de femme, une seule : Ève"
    Saison propre aux élans précaires
    trôt top fleurissent aux terrasses
    les tentations de prendre l'air
    que saisissent des seins de glace

    La jupe accusant le genou
    Bourgeoise a l'allure estivale
    que dément serré sur le cou
    l'écharpe de laine en spirale
    Faute de goût précautionneuse
    ne te découvre pas d'un fil
    que par ta moue libidineuse
    ne soit pas trahi ton nombril

    Le Chaperon Rouge à Berlin
    crève des ballons de baudruche
    qui attendent le prochain train
    vers leurs alvéoles de ruche
    Paris troque sa fleur de lis
    pour des tulipes d'Amsterdam
    inspirant le dernier caprice
    de ses modistes d'aspartam

    C'est le printemps à son affaire
    (de promettre des jours meilleurs)
    tout aspire à tuer Hiver
    (comme ce truc de changer l'heure)
    Les cendres de Caramentran
    collent aux pas du jardinier
    Les jeunes pousses de ses plans
    frissonnent tout leur février

    Le moindre carré de ciel bleu
    appelle des béatitudes
    à louer les yeux dans les yeux
    cernés de promptes lassitudes
    Les nuages font à dessein
    des arabesques compliquées
    que pointent du doigt les bambins
    à travers des vitres fumées

    C'est le printemps aux lents mirages
    avec un soleil trompe-l’œil
    gravé sur un ciel de voyages
    dont les vents repoussent le seuil
    aux limites du souvenir
    pour un plateau de mise en scène
    où il fera bon s'attendrir
    en se narrant des madeleines

    Saison mère des chauds effrois
    dégouttant vers le bas du dos
    depuis tous les fronts en beffroi
    - maisons-mères des mots de trop,
    à la vue de tes renaissances
    un reproche se fait connaître :
    elle est bientôt finie la danse
    dont le printemps reste le mètre

    tiniak - Ruades © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Illustration : détail de Boulevard Montmartre au printemps, 1897 (Camille PIssaro).

  • La Fleur du Baal

    Oulaaa, il est baal !

    L'épaule fauve et l'œil mi-clos, avec lenteur,
    rampe vers moi, douleur connue de l'essentiel
    à force d'arts, de cris, de sangs et rares miels,
    jouant des ombres et des ors à la bonne heure.

    Je ne sais plus qui t’a plantée dans mon jardin.
    Sans doute un enfant qui pensait à autre chose
    …ou, qu’il formât le projet d’une simple rose,
    il ignorait la nature de ce terrain.

    Tu t’es nourrie d’abord du meilleur et du pire,
    jusqu’au matin venu de s’arracher de terre ;
    accueillie soudain par la violence de l’air,
    tu auras vite compris comment réagir.

    Tu pris le parti de te mettre en mouvement.
    À la faveur de cieux gâtés pour la raison,
    il te poussa des yeux, des membres tout du long,
    si jaunes qu’un pistil, noueux comme un sarment.

    Un tout autre festin porta tes appétits
    à demander revanche à des qui, comme moi,
    vont promener leur chien, imitant ses abois
    et rentrent à la niche y faire des petits.

    Puis sortent à nouveau, toi, à la boutonnière,
    arborer leur enfer chez d’autres saligauds
    donnant bal où trouver la cuisse et le vin chauds,
    foulant des bouquets pris à d’autres jardinières.

    À l’usage des uns, ta sève est encre verte ;
    certains te broient le cœur et pigmentent leur huile ;
    ça ! aurons chanté fort, ivres de chlorophylle
    - tous, ayant défoncé la porte grand ouverte.

    Quand les chants du matin mangent ceux de la nuit,
    que tous les noms d’oiseaux tombent des peupliers,
    abêti et fourbu, à mon seuil familier,
    je n’ai qu’à me tourner pour voir que tu me suis,

    Ma fleur de Baal.

     

    Pour un Impromptu Littéraire - tiki#117
    tiniak © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • faux serf

    ouh, féchô !

    Je m'écoute parler, m'en raconte, m'en chante
    des refrains éculés, des histoires charmantes

    Quand j'en ai tout mon soûl avec les dents qui baignent
    explose mon ennui en cirques fraternels

    Puis, je me pleure un peu, beaucoup, passionnément
    et m'arrache des yeux la vision du moment

    Pour n'en dire
    qu'un triste résumé : je ne sais pas mourir

    Alors, je vais m'asseoir au fleuve séculier
    où je finis de  boire un rite familier

    Sa liqueur oublieuse a le goût des ravages
    et puis, le lendemain, mentirai "c'est dommage..."

    Avec le cœur bien gros, tout larmoyeux d'hier
    je tournerai le dos à mes noiseux faux-serfs

    exitEt puis, le lendemain, les yeux à l'aujourd’hui
    te donnerai la main pour m'accorder la vie

    Qu'à ton livre
    j'apprenne ce que c'est que d'aimer et de vivre

     

    tiniak © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK