Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • sakavine

    sakavine

    Ce sang fait plus d'un tour
    dans mon sac
    friande
    ma viande
    en pompe le ressac

    Rouge procès d'hémoglobine
    lance ta charge mélanine
    que la peau bavarde alentour
    guimbarde, hautboise et tant bourre
    le chant que mon sang, chorégie
    coule en alizés, trombe en pluie
         Tempête, musarde !
    Laisse au temps le temps que le temps vienne, s'attarde
         et s'éternise
    ouvrant grand de nos carnes les pans de chemise

    À l'écorchure
    se révèle
    brûlure
    mon sang, quoi ! de plus belle
    usure

    Et le tournis me prend de songer aux anciens
    rivages
    d'où provient tout l'entier de mon vaste carnÂge
    souffrance et rire
    et cette faculté de prendre -pour délire,
    ce monde !
    où je lance verre après vers, ma sonde

    Au puits,
    mon sang luit, bouillonne
    y tourbillonne l'infini

    Mon sac,
    incapable d'en contenir le vrac
    explose !
    que rimes surabondent sur la prose
    que l'histoire
    a marqué sur ma peau de Blanche et Noir

     

     

    !!  sakavine !!

    Pour un Impromptu Littéraire - tiki #111
    tiniak - carnÂges © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • orientale liste

    وَالضُّح

    Plus calme vers l'orient le pas prend la mesure
    enfantine du jour à naître à chaque instant

    La caresse d'un sol moins grossier que le merl
    m'atteint comme la chair haletant près du col

    Peu ou prou quelque mer a déserté l'endroit
    que le chaud et le froid se disputent dans l'air

    Le choix n'entraîne ici pas le cours du destin
    mais le rêve en chemin qui va sans nostalgie

    Rien que le temps d'aimer, de boire et d'en finir
    avec le déplaisir des pâles simagrées

    Le mot scelle le geste au règne de l'oral
    un ordre guttural élève un astre à l'est

    Waaldduha !

    na'na

    tiniak © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Raouf Brahmia, 1999

    © Raouf BRAHMIA, 1999
    D'après Nicolas Poussin: "L'été"

  • vietnam

    Ice Man, Vietnam

    Après avoir vogué sur la lumière meuble
    progressant à l'aveugle au fil d'une eau terreuse
    un couple d'exilés fuyant un passé rouge
    issu de quelque bouge embrasse son destin
    d'un dernier coup de rame
    avec l'obstination rageuse des vivants

    La frêle embarcation qui les réunit là
    où l'onde finira par buter contre un mur
    porte leur émotion à connaître son sens
    Mesurant la distance aux abords de la fin
    les voici
    devant l'inaltérable et froide épiphanie :
    il n'y a au-delà que silence et oubli

    Pour un Impromptu Littéraire - tiki #110
    tiniak © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Illustration, d'après Ice Man

  • Poitrinaire

    à mes soleils, de A à Z

    De ma poitrine le souffle court
    seul, au-devant d'un possible jour

    À son horizon, deux soleils
    joyeux et miens, presque pareils

    L'un moutonnant brun, l'autre pâle
    mais d'une intensité égale
    et vive
    et qui voudraient tant que je sois à les poursuivre

    Sans chaînes, des verdures grisent
    cortège d'ombres imprécises
    pays sages frôlant le train
    où s'étire dans le lointain
    matutinal
    du givre le livre blanc, meuble et virginal

    Chaque soleil a l'œil fendu
    - les deux font la paire entendue
    et m'offrent de voir au-delà
    des frondaisons au calme plat
    quelque incidence
    d'une lumière à faire son inadvertance

    Envisageable, une bleuté
    traverse l'aurore embuée

    Les rivières s'étalent, fleuvent
    la peau des vallées nues et neuves

    Y bat son plein
    l'euphonie de nos cœurs s'aimant de loins en loins

    Le complot pour la ruine du monde
    lève sa frénésie moribonde

    Toute parenthèse est impossible
    et doit renoncer à l'invisible

    Je mets à profit l'ultime instant
    les yeux remplis de soleils brûlants

    À midi, tout sera dit du jour
    Resterai seul et le souffle court

    tiniak - carnÂges
    © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    à 2 voies(7-9 janvier)

  • Mascaruades

    Petit Loulou, tu peux pas m'accraper !Soleil a son masque de lune
    s'éclipse
    avant que vienne à l'écrire une
    ellipse

    Sept jours ont passés dans ma poche
    s'assèchent
    Au donjon mon archer décoche
    sa flèche

    Le rigodon des abrutis
    s'égaille
    L'aube a repeint la nuit de gris
    sans faille

    Au bal masqué des jours heureux
    je cherche
    à quel aveugle tendre au mieux
    la perche

    La danse a repris sur le bou-
    levard
    Des simagrées dessous le loup
    s'égarent

    Cette danse est un feu de dieux
    qui pleurent
    de n'être pas plus amoureux
    de l'heure

    Quand le bal nu des âmes folles
    s'anime
    c'est la fin des tristes écoles
    qui prime

    Lune a mis son masque soleil
    et brûle
    Qu'il ne reste aux songes pareil
    scrupule

    Pour un Impromptu Littéraire - tiki #109
    tiniak - Ruades © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK