Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tisseuse

  • Impromptus - Le recueil 2018

    les impromptus littéraires,impromptus,le recueil de textes originaux,dire,lire,écrire,raconter

    Quelques Littéraires Impromptus se sont rassemblés, une semaine durant, autour du thème proposé par le site d'écriture ludique : "Impromptus". En voici le recueil, disponible au téléchargement.

    IL2018.pdf <

    Lire la suite

  • ah, liances...

    je suis très nécessaire, 'savez ?

    I

    d'où viens-tu déjà ?
    de chez La Tisseuse

    que vis-tu là-bas ?
    j'y vis la fileuse
    tisser au cordeau
    liant les anciens
    avec les nouveaux
    des liens, des liens
    des liens au kilo

    et là, tu fais quoi ?
    je ne reste pas
    je file, je file
    ne me retiens pas

     

    II

    cesse de t'agiter, moucheron, moucheron!
    car si tu veux trouver réponse à tes questions
    il faudra te poser un moment quelque part

    as-tu vu au plafond, vibrante, cette toile ?
    la vois-tu seulement briller comme l'étoile
    ou n'y vois-tu jamais que stérile abandon ?

    approche, approche donc, moucheron! et regarde :

    multiazimutée, sa trame en extension
    prolonge l'existence ; mais les adéquations
    qu'y composent les sens en cercles concentriques
    assurant sa portance aérodynamique
    ne pourraient résister au moindre courant d'air
    sans le don singulier, ce talent de l'épeire :

    créer l'éternité au coeur de l'éphémère.

    moucheron, mon ami, tu chercherais en vain
    la clé de la figure au centre de l'ouvrage
    observe bien ces liens, vois comme le tissage
    subtil et magistral, à peu de choses tient
    dans la fragilité de tous ces filaments
    la transversalité de son rayonnement

    la solidarité née de la concordance.

    tu es bien agité, moucheron, moucheron!
    et tes forces déclinent
    quitte ce tourbillon, rejoins la cristalline

    de toutes les façons que tu puisses t'y prendre
    il faudra te poser un moment et entendre
    où choisir de tomber, épuisé, sans comprendre.

     

    ah ça c'est bien, mon lapin

    III

     

    - et s'il me prenait à moi une soudaine envie de désert ?
      ça vous ferait un choc, oh là!

    - oh non, dis, bonne mère, tu n'y penses pas ?! 

    maman est folle

    IV

     

    - qu'une m'aille à l'endroit et l'autre à l'envers...
      oh, pauvre, si tu savais!
      je m'en badigeonne le coquillart
      avec le pinceau de la plus grande indéférence

    - tu veux dire quoi au juste :
      ...indifférence ? ...irrévérence ?

    - mais les deux, mon couillon!
      qu'importe, mon couillon!
      pourvu que l'on y danse

      les pieds nus sur le pont
      ou bardé d'élégance
      crasse dans ses haillons

      qu'importe, allons
      qu'importe le jupon.

    tu fais le pont, dis, chéri ?
    V

    comme un filet d'eau
    s'écoule
    ta langue ficelle
    déroule
    longs et volubiles
    du verbe les fils
    et ce long filin
    s'arrime
    à mon oeil marin
    lui prend une larme
    et reporte au loin
    sa trame

    roulez, jeunesse!

    VI

     

    t'eussé-je alors moins aimée
    si tu ne m'avais pas dit
    qu'un jour tu disparaîtrais
    que t'emporterait la vie ?

    ne t'aimerai-je pas mieux
    dorénavant loin des yeux
    mais fort de ce lien au coeur ?
    lui jamais, jamais ne meurt !

     

     

    VII

    quand je te lis ça
    je te lie là :

    sur moi,

    quand t'auras lu ça
    jette un lilas

     tu lis, là ?

    VIII

    plus aucun oubli de l'aube
    des liens! des liens! des liens!

    et de huit le neuvième
    porte, j'y viens
    et m'y tiens à l'extrême

    du bruissement de l'air
    un reste de soupir
    suffit et veut tout dire

    à nouveau tout de toi

     ________________________________________

    aux trésors de MissTiss

    _________________________________________


    tiniak ©2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    à MissTiss
    La Tisseuse Impromptue

     

     

  • cas pas bleu

    D_60POT2.JPGEn réponse subtilminimalement subliminée à la scribouille de MissTiss "comment t'atteindre" (interrogation intrinsèquement très féminineuse et non moins féquemment se posant à la gent masculinesque qui n'en pique mais), cette note pas bleue.

    réflection in petto:
    je ne suis pas sûr d'avoir tant mâle figure et vous ?

    ________________________________________

    "capableu"
    (blue not!)

    Fais toc-toc-toc
    et, flic flac floc
    mon goûte à gouttes
    se met en route
    et coule l'encre à l'envi

    Fais pouet-pouet-tut
    et, hulahup
    en moins de deux
    je técris

    Fais yodelehiho
    et, ho ho ho
    mon gros bonhomme
    s'esclaffe

    sors du chapeau
    cuiller à peau
    joli petit paraphe
    grave ton épitaphe
    sur ma tristesse morte

    youpla!
    tu m'as ouvert la porte

    de cela
    oui oui
    pour cela aussi
    ma Tisseuse au plafond

    je te remercie
    et, pas vu pas pris
    je te baise
    le front

    tipetitniapataponk ©2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • !waxvocrunismez!

    ici s'annonce un waxvocrunisme
    (à son issue, une masse unanime
    aura assassiné une aurore sarrasine)

    a, c, e, i, m, n, o, r, s, u, v, w, x

    armée en mars comme un cacou en mai,
    une icône incarnée ira oeuvrer au noir
    avec, nouveau venu, un amène écumeur
    arrivé en avance, rêveur, à mon ancien manoir

    car aucune âme en vie, aucun marin en vue,
    ni aucun ramoneur, ni même aucun minois, mon coco
    mais une menue reine anémiée à nourrir...
    non, rien ne mène mieux, ami
    vers un amour encore inassouvi

    ô source rare au coeur...

    à ce moment, à son insu, assis sur une erreur
    on a commis un crime

    rumeur immune au sourire évasé
    (à si mauvaise mine, au vrai)
    waxvocrunismez-moioui ça, mon coco niais :

    aurore, sarrasine nuée
    niée, assassinée

    ça oui, curieux narcisse au nirvana
    un âne énamouré aura
    au moins eu, au soir venu
    une sirène à aimer crue

    ainsi, morne ou cocasse
    on massacre on avoue on mise sur un as
    on aime on se consomme on s'amuse on se casse

     

    tiniak, impromptu, poussé au crime
    par MissTiss, La Tisseuse de Liens

    dans la contrainte du prisonnier :

    >> texte sans b, d, f, g, h, j, k, l, p, q, t, y, ni z. <<
    du coup (z'humains), j'ai appelé ça un waxvocrunisme !

    ©2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

     

    ___________________________________________________

    rejoignez LA CONTRAINTE DU PRISONNIER...
    (écrire sans ambages - hé hé)

    chez fabeli (et + encore)

    chez mimik

    chez tisseuse de liens

    chez pandora

     

  • vague suspens

    illustration extraite de l'album de TISSEUSE

    De mon sous-marin sous les toits

    Docile, j'appareille

    pour la mille et unième fois

    vers ta côte vermeille

     

    un air malingre et le vent froid

    incidemment me poussent

    à baiser le pied de ta croix

    ma mie, ma frousse

     

    J'ai pris le quart à l'aube verte

    et le coeur au ponant

    l'oeil irisé, l'oreille alerte

    l'esprit au tout venant

     

    J'égraine mon sommeil à perte

    épiant du marin

    l'écho de sirènes disertes

    dans les embruns

     

    Quand tout soudain, la ville gronde

    impertinente

    et cabre un mur droit sur le monde

    en vague déferlante

     

    Le vent hurlant qui la seconde

    révèle un jour

    triste d'insipide faconde

    et sans amour

     

    Le spectacle de sa bleuté

    m'emporte l'âme

    incapable de résister

    à l'éclat de ce drame

     

    J'y laisse volontiers sombrer

    mes latitudes

    n'attendant que de chavirer

    en lassitude

     

    Dans le suspens de ce rouleau

    où l'aube est morte

    un soleil dit au matelot:

    " Ferme la porte! "

     

     

    tiniak le niak ©2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK 

    aspiré par une.. toile! de Tisseuse ;-)