Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

prose à hics

  • Scénario pour tout un fromage

    Pin it!

    J’aime à voir sinuer, entre les fins copeaux de Comté, les reflets verdâtres et veloutés de l’huile d’olive quand, du pouce et de l’index, je fais légèrement osciller ma tartine de pain grillé pendant la pause pub de mon film du soir. Dans ces plages de publicité indigeste, je déteste en revanche voir ces femelles béates devant le prochain bien de consommation sur lequel vont se ruer nombre d’écervelées désespérément en quête d’un brin de reconnaissance. Reconnaissance de quoi donc ? De leur uniformité normée ? Peuh… !

    Après le dernier film du soir, j’aime prendre l’air, quel que soit le temps et marcher dans le quartier où je réside depuis plus de trente ans de célibat résolu. Je jette un œil aux nains de jardin du voisin, celui du 40bis, voir s’il n’aurait pas fait une nouvelle acquisition de ces pitoyables mochetés qu’il vient briquer tous les matins avant de se rendre au boulot et le soir au retour, sous le regard flétri de mièvrerie que lui prodigue sa vieille bique de mère, derrière son rideau brodé, par-dessus la jardinière de géraniums rabougris. A pleurer...

    Battre lentement les cartes de ma patience, un grand bol de café ravissant mes narines tandis que la radio égraine ses émissions, aussi matinales que je le suis, me procure un plaisir savoureux. J’aime y manifester lascivement la plénitude de mon quotidien solitaire contre les vaines turpitudes qu’assènent, avec une obstination quasi obscène, les prétendues « nouvelles du jour ». Quid novi sub sole ? Des nèfles ! La litanie des bassesses, du pain, des jeux… Du flan !

    Elle s’annonce fort belle, cette journée. La lumière est à s’y dissoudre ! On dirait un 4 juillet dans un film américain à gros budget. J’ai bien l’intention de la mettre à profit car demain, à la Maison de Quartier, se tiendront des sélections (des sélections… !) pour désigner la future Reine des Pétasses de notre région. Je file droit vers le fleuve avec, encore en tête, les images confuses et vivement colorées de mon dernier rêve; un de ceux que j’affectionne particulièrement, où je promène, flanqué de mon Âne-Chien, par des rues saturées d’odeurs et sous le vert couvert d’arbres bavards. L'entièreté de mes sentiments s'y répand. Délice !

    Ramdam comme prévu, le lendemain matin ! En fermant les volets, j’entrevois l’autre benêt du 40bis sortir son chien ridiculement minuscule dont la clochette tintant à son collier a le don de m’exaspérer. Le jour durant, je me contenterai de l’ombre douillette et enfumée de mon meublé. Pourvu que les voisins n’aient pas la mauvaise idée de jouer de leurs tondeuses durant ma sieste ! Au moment de fermer les yeux, je tends le bras vers la radio qui bruisse sur le guéridon près du canapé. A peine si j’entends les derniers mots du bulletin des actualités…
    « …Drame aux élections de Miss Normandie : l’élue du jour a été retrouvée à l’aube, près du fleuve, le corps massacré et odieusement mutilé. Des témoignages concordants lèvent la piste d’un individu aperçu portant un nain de jardin, passablement ensanglanté et figurant le célèbre chef Apache, Jéronim… » - OFF -

     

    poésie,tiniak,acrostiche,art brut,jaber al mahjoub

    Peinture d’Art Brut – ©Jaber (Al Mahjoub)

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#350

    Sur la proposition d'Emma :
    "Cette histoire se déroule un 4 juillet. 
    Elle fait intervenir un chien riquiqui, une tondeuse, un vieil Apache et une reine de beauté."

  • Rhapsode, dite en bleu

    Pin it!

    Fatigué, là... Nan, mais si, fatigué je suis. J’ai erré, toute la nuit, bourré au point de jeter mes bras dans le ciel pour en faire une… tartouillade, quoi. T’imagines ? Avec la ville sous mes pas, mes maigres doigts de plumitif caressant le platane, l’orme et… si !... si !... même l’if. Ces foutues haies d’ifs ! Nul pardon pour les amateurs; même pas désolé… C’est pas des interrogations, ces buissons ratés ! Cette grossière trucherie ! C’est une injure à la façon d’organiser un peu sa haie en donnant, s’il-vous-plaît, quelque chose aimable et singulière à contempler. Passons…

    [Tiens, c’est marrant, Gogol du web reconnaît pas s’il-vous-plaît, passons…]

    Sauf que le greffier que je suis, au service du cabinet Vattefer, piloté par Maître Hassac, il s’est réveillé ce matin, auprès de sa moitié gobant des mouches tsé-tsé (hiver, printemps, été… qu’importe la saison, elle dort tout autant), les esgourdes (les miennes !) embrouillées par un foutu croque-notes. Attends ! Que tu mettrais, dans un sanibroyeur SFA, Nathalie Dessay et Johnny Rotten, ça t’aurait encore un semblant de Tom Waits, quoi ! Que lui, le gonze, il braillait, une sorte de chanson réaliste, truffée de termes abscons et désuets où il était question d’une « damoiselle » dont il s’était « enganté naguère » (nan, mais attends ! « enganté » !!) et qui l’avait jeté sur le pavé… à venir rhapsoder jusque sous mes fenêtres, dis !

    [Tiens, c’est marrant, rhapsoder, Gogol du web connaît pas non plus, dis…]

    La journée qui s’ensuivit ne fut pas moins irritante. Au bureau, j’avais le cerveau englué dans mes dossiers pis qu’en cuisine, les doigts de ma grand-mère travaillant sa guinette. Grève de métro à l’aller, panne de RER au retour, tombée de drache par vent violent rendant l’usage du pébroque impossible, pour finir par reconnaître, dans le couple échangeant un baiser fougueux sous le porche d’une résidence voisine, ni plus ni moins que celle dont j’avais préservé le sommeil ce matin en quittant silencieusement notre (?) chambre. J’ai balancé ma serviette dans l’entrée, sans entrer, puis j’ai tourné les talons et j’ai foncé Chez Loulou & Raymond, bar LGBT où je savais pouvoir trouver un air de fête salutaire… mais pas salvateur, vu que j’en suis sorti, rond comme un petit beurre même pas LU et plus chargé qu’une douteuse ripopée, tant et si bien qu’en ce morne petit matin, je n’entends pas venir la voiture électrique qui me f…

    [Quelqu’un peut-il ajouter ripopée au dico de Gogol – ultime pensée qui me f…]

     

    tiniak, Joëlle CHEN, rhapsody in blue,blond fail

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#346

    Avec les obsolescences programmées: ripopée, tartouillade, rucherie, croque-notes, s’enganter, guinette, rhapsoder et plumitif (à tes souhaits !).

    Illustration Joëlle CHEN, artiste peintre... T'en veux ?

  • Demain, contre-résolution !

    Pin it!

    Premier de l’an… connasse ! T’en foutrais, moi, de ces duperies à la nian-nian ! Et que je me promets ceci; et que je ferai plus cela; et queue de cheval, oui ! #tsékwa ? Je laisse passer la journée et, dès demain, je m’y mets, mais alors… pour de mauvais ! Je lance ma contre-résolution. Gilles peut bien rire jaune, j’appelle direct mes frangins, Paul et Mick (Victor). Moi, c’est Martial. Plutôt enclin à faire court, ‘oyez ?

    Demain, on me dit bonjour ? Je dis au-revoir; comme dans la chanson des Beuatlesse, tu vois le truc ?

    Demain, je fume même dans mon bain et sans prendre de cendrier, hein ? Après, quand j’irai chercher mon paquet chez mon poujadiste de buraliste, je camperai, bien droit, jambes écartées, devant sa porte d’entrée pour bien faire chier la file de ceux qui auront fait de même, après moi, qui me serai grave retenu de passer devant les précédents – chose que je me réserve pour plus tard dans l’année, quand même.

    Demain, je pisserai dans un bénitier. Cherchez pas, j’en rêve depuis que j’ai quitté ma défroque d’enfant de chœur.

    Demain, une vieille se pointe sur ma ligne de bus bondée aux heures de sorties de bureau ? Devine… J’embrasse une maxime d’enfer « j’y suis, j’y reste ! ». Un régal, ça va être.

    Demain, je me remets au skate et je nique autant de chevilles que je peux pour un cent dix mètres « Eeeeh ! ».

    Demain, je galère en caisse pour trouver la carte de fidélité du magasin – que je n’ai pas « ah, mais non ! c’est pas chez vous, mais chez… (son concurrent, ben tiens !) ».

    Demain, je me rends en mairie, je chope leur putain de Cahier de Doléance et je griffonne obstinément à tous les chapitres sensés recueillir mon expression Si-Toi-Hyène : « Doll hait Hans ! Divorce pour tous !! ».

    Demain, je déniche un de ces scribaillons qui se la pètent, genre « j’écrivaille » ou « t’as vu ? je suis membre des Impromptus Littéraires (si, si, ça existe, j’ai vérifié) », et je lui pollue ses comms avec des mièvreries pitoyables. Je le vois déjà, l’autre, en mode branlette intellect à la truelle. Pfff ! Mao, reviens !!!

    Demain, dès l’aube, à l’heure où blêmit ta compagne, j’éructerai; vois-tu ? je sais que tu m’entends; j’armerai mon foret (j’aurai mon passe-montagne); je ne puis dégueuler loin de toi plus longtemps !!

     

    tiniak,mauvaises résolutions

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire (thème : "Mauvaises résolutions") - tiki#339

  • Monkey Gone To Heaven

    Pin it!

    RESIDENCE LE PARADIS, nov. 2018

    St Pierre : - Bon, Thomas, écoute... Je te laisse faire le tri parce que, là, j'y arrive plus, là. Nan, mais tu crois ce que tu vois ?
    St Thomas : - Oki, Pierrot. Je gère. Tu retournes sur la Lune ?
    St Pierre : - Vouiche. En mode face cachée, mais vouiche.
    St Thomas : - Grand bien te fasse, Pierrot.
    St Pierre : - Juste... Tu fais gaffe, hein ? Tu ouvres l'œil...
    St Thomas : - Et pas le crédule, voui voui. T'inquiète...
    St Pierre : - Allez, tcho !
    St Thomas : - Tcho, Padrino !

    ***

    Peu après sur terre...

    Monkey1 : - Mougniiih, guili. Wouhouhou, gniga gniga !
    Monkey2 : - Kignaa ! Kignaa ! Scoubidouah !
    Monkey Free : - Vos gueules, les poites ! J'ai une revue de presse sur le feu, là, vu ?
    Monkey1 : - Grrgnnn !
    Monkey2 : - Grrgnnn !

    ***

    Peu après, au Paradis...

    St Thomas : - Euh, vous êtes qui ?... Voire, quoi ?
    Monkey Free : - Un abonné de Libé et des Echos (notamment) qui s'est fait trucider par deux abrutis de mes congénères, au caractère anal (parfois), fat (souvent) et bête (par nature).
    St Thomas : - Oui, et... ?
    Monkey Free : - Ben, rien... Juste, je vois pas bien ce que je fais là, sur ce nuage humide qui me fraîchit le fondement, alors que je devais rendre ma revue de presse à chaud pour France TV à 4h GMT.
    St Thomas : - Si j'en crois ce que je vois, vous avez bien morflé, quand même.
    Monkey Free : - 'Semblerait bien que j'en sois mort, même.
    St Thomas : - Sûr... C'est bêta, pour un mal alpha, quoi. Même si ça tombe au poil.
    Monkey Free : - Pardon ?
    St Thomas : - Ben... Avec vous, ça me change de l’ordinaire. Vous pouvez pas savoir, hein. Je vous en excuse, mais vous n'imaginez pas le boulot que je me colte avec les humains, leurs guerres plus ou moins déclarées, leurs crimes, leurs attentats... j'en passe... Bref, c'est l'enfer !
    Monkey Free : - Ah, bon ? Parce qu'à l'entrée de la résidence, c'était marqué...
    St Thomas : - "Paradis", oui, je sais. C'est juste pour prévenir les mouvements de panique lors des arrivées. En fait, ici, c'est le purgatoire.
    Monkey Free : - ... ?
    St Thomas : - La gare de tri, quoi.
    Monkey Free : - Bon. Et on fait comment, maintenant ?
    St Thomas : - Aucune idée. D'ordinaire, j'accueille des humains, mais là...
    Monkey Free : - Mais là, quoi ?
    St Thomas : - Ben... Je voudrais pas vous blesser, hein ? Même si vous êtes déjà mort, hein. Et quand bien même vous voudriez passer pour un Portugais, vous êtes quand même trop poilu pour faire un homme acceptable. Et puis, ces lèvres, ce pouce, ce cul bas... Nan. Y a pas, ça passe pas.
    Monkey Free : - Et donc ?
    St Thomas : - Ben, ça vous dirait pô de redescendre... de l'arbre ?
    Monkey Free : - Quel arbre ?
    St Thomas : - Laissez tomber.
    Monkey Free : - …Comme un fruit ? De l'arbre ?!
    St Thomas : - Mmmmpff.... Bougez pô, 'faut que je consulte...
    Monkey Free : - Faites donc. J’ai encore quelques feuillets à essuyer d’un regard inculte.

    ***

    Peu après, depuis la Lune...

    St Pierre : - Mais, bordel, Thomas ! Tu fais chier, quoi !
    St Thomas : - ...
    St Pierre : - Les humains ! On ne prend que les humains, merde !
    St Thomas : - Beeeen....
    St Pierre : - Quoi ?!
    St Thomas : - Bon ben, voilà : depuis que vous êtes parti, y a un nouveau mouvement qui se répand, sur tous les boulevards Weygand, pour n'en pas prendre (de gants !) à exiger qu’il faille considérer l'animal comme l'égal légal de l'homme, rien moins !
    St Pierre : - Oh, bordel !
    St Thomas : - Ça , je vous l’ fais pô redire, patron. Mais quand même…
    St Pierre : - Ok, c'est quoi le problème ?

    ***

    Peu après, où l’on sait…

    Monkey Free : - Bonjour, monsieur.
    St Pierre : - Pierre ! Saint Pierre !
    Monkey Free : - ... ? Nnnn d'accord. Mais encore ?
    St Pierre : - Bon, je n'irais pas par quatre chemins - vu que, d'ici (et d’ailleurs), il n'y en a que trois : vous… n'avez rien à faire là.
    Monkey Free : - Ah... Et donc ?
    St Pierre : - Eh ben, je vous renvoie sur Terre. Illico !
    Monkey Free : - Oki, d'acc' ! Prego, Mæstro…
    St Pierre : - Juste une question : c'était quoi l'objet de votre revue de presse ?
    Monkey Free : - "Que croire, aujourd'hui, d'une information livrée, contre force abonnements et monnaie de singe, par la jungle des véhicules, papiers, fibreux, pigeonneux z’ou virtuels ?".
    St Pierre (soupirant pour lui-même) : - Mmmpff... C'était bien la peine de se casser le cul à rédiger un Nouveau Livre, tiens !
    Monkey Free : - ... !!??
    St Pierre : - Laissez tomber !
    Monkey Free : - Ouais, pas pigeon, j’ai pigé ! …Comme le fruit de l'arbre.
    St Pierre : - Et merde... Je pense que je vais me refaire une toge.
    Monkey Free : - Ah, pour ça, je peux vous conseiller une bonne machine.
    St Pierre : - ... !!??
    Monkey Free : - Oh, genre comme vous, classique et pas chère : de marque Singer.

    tiniak,poésie,singer,monkey gone to heaven,prose à hics

    Check!

    Pour Les Impromptus Littéraires - tiki#333

  • rigole, oh !

    Pin it!

    c'est gentil, çaUn rire
    relègue à bout de chant, pénible, un grognement; (il reviendra son heure (ponctuel, obstinément)); du monde inamovible et qu'un rire pourtant éparpille, diamant, galet, bourdon, chenille et ce petit papillon blanc sur son fragile coquelicot qui nous tourne le dos, nous faisant le cadeau du meilleur de lui-même, attire cet enfant qui l'applaudit quand il s'envole et nous arrache un rire qui ne s'entend pas dire ce qu'il y avait dedans (tu sais : la boîte de Pan Dort), tout soudain jaillissant dehors pour le même plaisir, insigne, confondant : tout l'éclat de l'empire d'un rire.

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK