Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mains

  • manutension

    maison de rêveLa main se tient là, paume ouverte
    et là, goutte
    à mesure, sans aucun doute
    le temps qui feint le mouvement

    Son ombre a glissé là-dessous
    à l'oblique
    Elle formule sa réplique
    et peut-être bien qu'elle ment

    À distance, dans la maison
    chante l'horloge pour le soir
    venu rosir à l'égouttoir
    une vaisselle de saison

    Un appel à tout ravagé
    Le mouvement feint d'ignorer
    le jour qui sort par le jardin

    Et prise et grise de désir
    la main refuse de gésir
    tant que reste au ventre une faim


     

    lente-main !tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • les paumés

    MAINS2.JPG

    les paumés (1)

     

    les mains pauvres

    Si vous voyiez mes mains comme elles sont perdues
    à rechercher en vain le fruit de leur travail...
    Ça sentait bon le pain à l'aube dans la rue
    J’ai fouillé mon caban n'y trouvai que mitraille

    alors j'ai caressé la faim qui me creusait
    le ventre jusqu'aux flancs et qui faisait le tour
    de toutes les nuits bues et ma cote d'amour
    qui battait là-dessus ne me pardonnait rien

    alors j'ai recompté les pièces dans mes poches
    (peut-être bien aussi pour le bruit que ça fait)
    un vent s'était levé, me filait des taloches
    je ne comprenais plus comme il me conduisait

    alors j'ai rajusté mon col sous les oreilles
    mais toujours hébété et gelé tout pareil
    je tapais dans mes mains - plutôt, j'applaudissais
    le journal quotidien autour de mes orteils

    alors j'ai vu mes mains donner des coups de sabre
    pour achever les ombres qui traînaient encore
    - je vous parle de l'ombre et vous pensez la mort ?
    mais celle-là aussi m'évite sous les arbres

    alors j'ai pris ma gorge comme un lampadaire
    et je l'ai secouée pour qu'en sorte, lumière !
    un cri, mon pauvre ! un cri à retourner la terre

    Éden dont les fruits mûrs me donnaient du travail
    quand j'en avais le goût, le temps, tout l'attirail

     

    main pleine

    Un coup de dé jamais... je t'en fiche !
    Innocents, les mains pleines... ma foi !

    Quand les dés sont jetés dérouillent les semaines
    - tous les valets du roi ne font pas une reine,
    et puisqu'il faut gratter, grattons... hardi, les gars !

    pour pas rester marron, ni gris, ni chocolat
    En avant, martingales ! que ça pleuve
    et que nos berlingots s'émeuvent

    Travailler ! pour quoi faire ?
    Pleurez, pleurez, chaumières
    ça va tomber, les tuiles

    Gardez pour vos poignets ces quelques gouttes d'huile
    sous le coude, à l'abri
    dans les Chacun-pour-soi, tous les autres : tapis !

    Accordons nos cordons d'ordres labyrinthaires
    Sortons du potentat le chien et sa mémère
    Jouons la bonne carte

    Comptés tous les sabots, on taillera des pipes aux dés
    des costards à couteau tiré
    en priant le hasard de rester bien au chaud

    Aux innocents,
     les rognures
    d'ongles
     sur les murs

    Main-pleine,
     je rejoue
    Les règles ?
     t'en fous

     

    La vie, c’est du sang plein les mains

    La vie, c'est du sang plein les mains
    Lucie ! reviens

    Je cognerai moins fort
    ...plus du tout
    ...bon, d'accord
    mets tes cheveux
    mets tes caresses
    nous sortons
    dandine un peu des fesses, allons ! on nous regarde
    et puis, j'en ai fini de ce pot de moutarde
    aujourd'hui, c'est grand train
    allez, Lucie ! reviens

    Tu sais, j'ai réfléchi... mais pour ton épitaphe
    je n'ai pas su trouver la rime pour la baffe

     

    entre de bonnes mains

    Fais voir tes mains... Quelle horreur !
    Je sais bien d'où tu viens, allez ! tu as vu l'heure ?
    Ne fais pas tant de bruit, ton père est à côté
    Veux-tu que je te mette un plat à réchauffer ?
    C'est du lapin... c'est comme tu préfères
    Dis-moi, où as-tu pris cette mine sévère ?
    Aurais-tu quelque ennui ? te fait-on des misères ?
    Tu me dirais bien tout, n'est-ce pas ? je suis ta mère

    Donne... allez, tes mains... donne...
    Pour toi les miennes seront toujours bonnes

     

    mains droites

    Main sur le cœur
    le chapardeur
    a juré ses grands dieux
    on a fermé les yeux
    il reprend son labeur

    Main sur le front
    le beau garçon
    a fini son discours
    beurrant bien des amours
    dans un grand plat sans fond

    Main sous le sein
    Lucie revient
    hanter son petit jules
    les genoux dans le pull
    et le regard éteint

    La vérité d'une âme
    ne tient pas dans la paume
    méditons cet axiome
    avant - messieurs, madame,
    d'aller prêter serment

     

     

    les paumés (2)

     

    belle geste

    D'un geste
    tout s'arrête
    un geste et tout reprend
    amour et châtiment
    un orage qui peste
    nuées de fleurs au vent
    et tes mains sinuant
    si chaudes sous la veste
    pourtant
    passe, funeste
    un lent revirement
    du ciel qui déforeste
    méticuleusement
    de l'horizon boisé la ligne mollissant

     

     
    paumé !

    Le plan que j'ai en main ne me dit rien qui vaille
    et je n'y reconnais rien de rien où que j'aille
    je suis un étranger en pays incongru

    Je regarde ma montre, elle ne dit pas l'heure
    j'interroge le ciel, il a son air boudeur
    grisonnant et chagrin qui me crache dessus

    Je suis déjà venu par ici dans mon rêve
    ce rêve qui reprend sitôt que je l'achève
    celui où je ne sais lire le nom des rues

    (mais, aussi, quelle idée d'écrire en cyrillique !)

    Le plan que j'ai en main ne m'est d'aucun secours
    et la pluie qui remplit mes ourlets de velours
    s'en prend à mes lunettes, me brouille la vue

    Les gens de par ici ne me sont pas curieux
    - on s'est connu en rêve ! et c'est bien, mais c'est qu'eux
    savent leur intérêt et filent droit dessus

    Les échoppes bien rangées se ressemblent toutes
    je confie au hasard le destin de ma route
    vais les rues, les ruelles... places... avenues

    (notez que c'est joli toutes ces arabesques !)

    Le plan que j'ai en main finit à la poubelle
    j'ai lancé mon chemin sur les pas d'une belle
    elle était dans mon rêve et m'aura convaincu :

    l'amour surgit encore où l'on se croit perdu.


     
    je, demain

    À la bouscara
     la minette, la minette
    À la bouscara
     la minette souris-moi

    À la bouscara
     la fillette, la fillette
    À la bouscara
    la fillette grandira

    À la bouscara
     joliette, joliette
    À la bouscara
     joliette deviendra

    À la bouscara
     Juliette, Juliette
    À la bouscara
     Juliette embrasse-moi

    À la bisquerage
     je fais mon ménage
    À la biscadère
     je suis cuisinère
    À la biscodon
     je pilote des avions
     et j'emmerde les garçons

     

    à deux doigts de finir

    à deux doigts de finir
    je ne veux pas finir
    j'entreprends autre chose
    et souhaite que le jour prenne la pose

    je lui trace des contours élastiques
    l'intronise éternel et chimérique
    je lui fais les yeux doux
    je lui fais les gros yeux
    et lui renfonce la nuit dans les cieux

    à deux doigts de finir
    je ne veux pas finir
    aussi je renouvèle
    mon stock de rimes et de ritournelles

    je leur compose de jolis écrins
    je les enroule comme serpentins
    les sors de mon carné
    vers un autre support
    ce carnet, oui, pour une page encore

    à deux doigts de finir
    je ne veux pas finir
    et me figure apprivoiser la mort

     

    Pour un doigt d'hydromel

    Pour un doigt d'hydromel, je damnerais déjà
      tous les matins offerts
      avec la raie en biais
      par tous les lampadaires
      qui cyclopent en douce
      au long de l'avenue
      comme une orangeraie
      qui lèverait le pouce
      en plaidant sa nuitée
      paisible
      n'étaient tous ces moutards
      nuisibles
      et braillant leur cafard
      en se tenant aux murs

    Pour un doigt d'hydromel, je damnerais pour sûr
      tous les pauvres missels
      aux pages erronées
      qui suintent des amen
      et des Plus-Haut-Des-Cieux
      et mangent la semaine
      au parvis des ans vieux
      que balaient feuilles mortes
      et poudre d'escampette
      bravache
      de quelques malappris
      potaches
      scandant des théories
      en se serrant les corps

    Pour un doigt d'hydromel, je damnerais  encore
      tous les compagnons d'âme
      à l'abri, au secret
      dans le secret des flammes
      où brûlent du passé
      tous les chants méconnus
      et leurs ors et leur nombre
      et leurs sombres vertus
      et tous les gris sourires
      brillance
      qui n'a pas vu le jour
      et danse
      dans ma petite cour
      en se donnant la main

    Pour un doigt d'hydromel, je damnerais mon chien !
     

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    illustration composée d'après
    Les mains du pauvre,Oswaldo Guayasamín.

  • demains

    Gd_cerf.JPGL'année finit serrant le poing
    et ne pourra, je le sais bien
    signifier la fin des conflits
    pourvu que l'an prochain, dis
    soit l'an de mains ouvertes grand
    saisissant celles de l'enfant
    par s'aller tourner, girouette
    jusques à en perdre la tête
    assourdie et s'étourdissant
    d'éclats de rire éclaboussant
    les statues d'antiques géants

    applaudissant

    ◊◊◊ 

    je n'aurai pas assez demain
    pas assez de mains pour te plaire
    pas assez pour te satisfaire
    c'est pourquoi je dis qu'aujourd'hui
    ne finira pas de la nuit
    ni même après, ni jamais plus
    tant que j'ai les mains sur ton cul

    ◊◊◊ 

    - main pleine, je rejoue ?
    - allez, non, c'est bon ; garde tout.
    - allez, quoi! allez, je rejoue.
    - c'est comme tu voudras, pauvre fou!

    ◊◊◊ 

    élan de mains dans la pénombre
    je suis du nombre, je vous suis
    fidèlement sous les décombres de l'ennui

    ◊◊◊ 

    mains reprises
    à maintes reprises
    que le bel amour électrise
    et que le temps croque à sa guise

    ah, friandises! 

    tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un amuse-gueule d'écriture ludique. 

    (et pour un clin d'oeil à Joye