Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Fanny, aube-art

    c5d9aeb48a5d6fefe1c9087e80743790.jpgsérénade 

    [ tempo : presto ma non troppo s'en faut ]

       

    au petit matin, j'ai cueilli Fanny

    de poltrons minets en tristes furies

    Fanny regagnait son doux petit nid

    la tête vrillée et le cul pas pris

    je lui fredonnai cet air envoûtant 

    j'avais lavé toutes mes dents...

    1, 2, 3 :

    Fanny sans lunettes

    conterait fleurette

    aux nègres géants

    comme au pauvre Jean

    Fanny sans chapeau

    s'offrirait de dos

    au beau Richard Gere

    comme à tous ses sbires

    Mais Fanny nature

    tente l'aventure

    loin des blogosphères

    au destin précaire

    Fanny sans chichis

    sur pavupapri

    lâche des trésors

    et j'en veux encore (rep. ad lib. and fade)

     

    au matin suivant, Fanny m'écrivit

    " mon pauvre tiniak, mais qu'est-ce qui t'a pris ? "

      chanter dans ma cour, quand l'aube se lève

      tiniak mon ami, dis-moi je crois que je rêve tu rêves! "

    j'ai pris la leçon, et en pleine poire

    j'ai repris mon chant, seul sur le trottoir 

    1, 2, 3 :

    Fanny sans lunettes

    Fanny sans chapeau

    C'est pas d'la danette

    C'est pas du gâteau

    Mais Fanny nature

    reste une aventure

    pour le pauv' tiniak

    la teté dans l'sac

    bourré de salades

    bourré de laitues

    mets-y donc dessus

    cette sérénade (a'pu bis, ni ter, là... finito)

      

    Et jusqu'à midi, j'ai joué au babi'

    quand un abruti s'approche et me dit

    genre "c'est bien compris" :

    " - Fanny au bar, oki ? "

     

    tiniak le niak(oué!)

     

  • Fanny pige

    ea4a1039cb29812032ada3bbb374fe00.jpg

    Fanny pigiste, as-tu pigé
    que ton ami imaginaire
    a cette autre réalité
    qui ne sera pas pour déplaire
    à ton goût de l'absurdité ?

     Il existe dans l'univers
    où tu t'en vas éparpiller
    en missives épistolaires
    les entrelacs de ta pensée
    et ton coeur de célibataire

      Chidébrik Merdenblock n'est
    après tout pas un grand mystère
    sitôt qu'on aura déchiffré
    en consultant l'abécédaire
    qu'il n'est pas à la lettre "C"

      C'est plutôt par "M" qu'il faudrait
    faire un détour et prendre l'air
    afin de ne pas isoler
    ton cri d'amour excédentaire
    (pour n'être pas réalisé)

      Je tiens ce propos téméraire
    aux yeux de tous les connectés :
    je veux être dépositaire
    de tes rêves inachevés
    et de ta gouaille d'enfer

     Kelly ne peut désapprouver
    cette offre d'aide humanitaire
    elle qui mieux que nous connaît
    l'état (et dans quelle étagère)
    où tu demeures confinée

     Je fais grand K de cette affaire
    ne puis me résoudre à rester
    indifférent en la matière
    quand je suis en capacité
    de te livrer cinquante vers

    Ma verve étant facilitée
    par la pratique régulière
    c'est volontiers que je déferre
    mon verbiage sur ton parquet

     Mes rotations satellitaires
    s'emploieront à circonvoler
    sur cette morne blogosphère
    dans le rayon de tes quartiersdans l'espoir de te satisfaire

     Fanny pigiste, as-tu pigé ?
    que tiniak, ce joyeux compère
    t'es sincèrement dévoué
    et ce veut premier légataire
    de ta sauvage liberté

      de dire
    de penser
    de faire

     

    tiniak le niak(oué!)

  • Sto' n'est chardon

    Stoïque, et son corset moulant ses formes pleines

    La Storia cherchait, au rayon discothèque,

    à nettoyer les plaies que lui causait la peine

    d'avoir sur ses passions posé une hypothèque

    Son Polak adoré - tour à tour abhorré,

    revenait à la charge, lui courait le citron.

    Storia ne savait comment se préserver

    sans risquer d'harpenter un champ plein de chardons

    Tiniak lui suggérait d'écouter plus de punk

    de s'aller pogoter sur des beats électriques,

    mais elle ne voulait pas cautionner le junk 

    et ses doigts farfouillaient le bacs des symphoniques

    "Lâche-toi, Storia!" lui disait une voix

    venue de ses entrailles, sentencieuse et puissante.

    Giovanna cependant recomptait sur ses doigts

    ses occasions manquées d'être moins conciliante.

    Et puis, n'y tenant plus, La Sto' quitta l'endroit

    et se mit à l'inverse à puiser dans la liste

    des rockers endiablés, sacrifiant à la loi

    des fous, des déjantés ou des volubilistes.

    Elle opta pour un disque, une compilation

    de titres sulfureux de feu Little Richard

    Puis, retroussant ses jupes, évitant les chardons

    rejoignit, hors la ville, la route campagnarde.

    Là, telle une furie, brancha ses écouteurs,

    dansa comme une folle avec les papillons,

    et se laissa tomber dans les touffes de fleurs

    ignorant la morsure aiguisée des chardons.

    Le portrait du Polak vola en mille éclats

    comme autant de miroirs au dépit de La Sto '

    rivés à son regard qui portait au-delà

    de gros voltues noirs, et se perdait là haut

    Quand elle fut chez elle, Storia s'allongea

    sur la tendre moquette où elle rattrapa

    un semblant de maîtrise en s'accordant un doigt

    de liqueur de gingembre dans son rhum-soda

    C'est à cette expérience que la Storia

    doit d'être impertinente envers tous ceux qu'ont

    pas compris ses attentes et n'envisagent pas

    que La Sto' n'est chardon que pour les tristes cons.

     

    tiniak le niak(oué!)

  • Catt'saisons

    7d275b37452922f6e203b21276aaf7a9.jpgCatt' au matin

    voit qu'au dehors

    un temps de chien

    l'attend encore 

    dans sa mélancolie 

    vient une mélodie :

    " Pleure mon coeur, c'est l'automne

      pleure au glas qui résonne

      il est dénaturé

      il est déraciné

      l'amour qui nous avait

      transportés "

     

    Le soir venu

    monte un brouillard 

    Catt' n'en peut plus

    de désespoir

    de son coeur attristé

    sourd une mélopée :

    " Pleure mon coeur, c'est l'hiver

      pleure et dors sous la terre

      il est tout défraîchi

      il est tout engourdi

      le désir qui a fui

      dans la nuit "

      

    La nuit passée

    devant chez elle

    Catt' a changé

    la ritournelle

    du soleil un rayon

    lui souffle une chanson :

    " Chante mon coeur a printemps

      chante au retour de l'amant

      Chante mon âme en été

      le bonheur que d'être aimée "

    tiniak (norbert tiniak)

    Illustrations "Automne" détail © Krysia PACZKOWSKI