Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

impromptu - Page 5

  • musicalement parlant

    clé01.jpgA PETITE MORT,
    GRANDE MUSIQUE

     ouverture : largo

    tout est musique et davantage
    quand sous mes doigts dans ton corsage
    s'animent, battant crescendo,
    nos fébrilités en écho

    musical-waves03.jpg

    premier mouvement : allegro ma non troppo

    tout est musique et chant de l'âme
    où s'effiloche l'oriflamme
    d'un firmament, serein complice
    de lents et patients prémisses

    musical-waves02.jpg

    adagio : andante 

    tout est musique et plus encore
    quand le doux ballet de nos corps
    chorégraphie nos appétences
    - oubli souverain de latence

    tout est musique et rêverie
    où l'ivresse de l'harmonie
    nous porte à toucher sous le ciel
    des vents la caresse éternelle

    musical-waves01.jpg

    clôture : allegro cantabile 

    tout est musique et plus avant
    s'entraînent mutuellement
    dans un plaisir inégalé
    nos tendresses énamourées

    tout est musique et rien de plus
    que l'orchestration impromptue
    des accents cuivrés où s'accordent
    nos chairs tendues jusqu'à la corde

    musical-waves03.jpg

    point d'orgue : rallentando ad lib.

    tout est musique et paix des sens
    quand notre dernier pas de danse
    suspend dans un ultime effort
    vibrante, la petite mort.

     

    toutiki.jpg

    tiniak, impromptu littéraire- tk#13
    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    illustration : Léandros.

  • le bon créneau

    2ronde.jpgSur un chemin de ronde
    médiéval
    deux vigies devisant

    du monde et sa faconde vénale
    se gaussant
    s'en vont leur tour de garde
    tout du long, ce faisant

    L'un a le pas latin
    L'autre, le pied marin
    tous deux vont lentement

    L'un a bien galéré
    sur toute mer connue
    par le bel océan

    L'autre n'est guère allé
    plus loin que ci-devant
    la colline allongée
    ligne d'horizon nu
    où la forêt d'antan
    n'est plus

    dis-moi encore,
    les belles, les belles
    dis-moi comment sont-elles
    au jour venant ?

    dis-moi de la plus belle
    gardes-tu le tourment
    quand passe l'hirondelle ?

    dit l'un

    mais l'autre n'en dit rien
    et, les yeux dans les mains
    soupire dans le vent
    ce souffle fraîchissant
    arrivé du lointain

    Edward-HOPPER_1951.jpgdis, c'est par où la mer ?
    continue le premier,
    on dit qu'elle a gelé
    on dit que le tonnerre y fait des ricochets

    que la queue des baleines
    s'y dresse en cathédrales
    abritant des sirènes
    tristes et pâles

    mais l'autre n'en dit rien
    le menton sur le poing
    avance, mine de rien

    et ça sent la choucroute
    aux abords des tavernes
    où des éclats de rire
    ponctuent la baliverne

    ça ronfle un peu plus loin
    dans la maison bourgeoise
    dont Matthieu a refait, hier
    l'ardoise

    et ça roucoule encore
    dans les bosquets du parc
    où la cuisse a trouvé
    pour qui bander son arc

    de ce temps, le bavard n'a cessé d'évoquer
    de rêves en légendes, le conte et les histoires
    de la tendre chimère et du sombre avatar

    ce qui flotte à l'entour de la rondeur des jours

    mais la boucle est bouclée, bientôt
    deux vigies s'accommodent

    dans la nuit qui s'érode
    le silence à nouveau
    leur offre un bon créneau

    leur chemin circulaire
    quotidien, débonnaire
    tout un poème!
    la voie de la simplicité même

    2leGreco.jpg
    tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    PoLème dédié aux Impromptus,
    les fidèles, les volontaires et les occasionneux,
    celles et ceux qui s'ignorent
    et le plaisir des yeux

  • odalili

    ViB.JPG

    quand Lily s'adoucit
    on aime de l'automne
    sentir le vent nourri
    dans ses plis qui fredonnent 

    cochon qui s'en dédit!
    - les autres me pardonnent,
    car Lily seule ici
    résonne

    Lily, Petit Ailleurs
    mène dans son poing ferme
    sept joyaux de bonheur
    à terme

    Lily, la libellure
    logée dans sa lettrine
    me lance en ligature
    un signe

    Lily libidineuse
    s'est donnée à rebours
    la rondeur amoureuse
    des jours

    Lily a l'ode intime
    et l'émail à l'endroit
    où s'impriment en rimes
    ses joies

    Lily a des ratures
    l'humilité sans doute
    mais sa littérature
    s'écoute

    tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK