Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lente heure

La rue, où je promène un vieux songe canin
elle me connaît bien; tant ! que sa pluie orange
guide, vers sa raison, un pleur qui me démange

Est-ce Mars ou Vénus, là, auprès de la Lune
à bout de doigt pointé par le dais de Vaucelles ?
Allez, Dame Fortune, octroie-moi l'étincelle !

Nan ? Pas grave, après tout... la nuit n'est pas si noire
et m'offre ses trottoirs en mode automatique
sous la normande craie, ses crachins ataviques...

Tiens ! Quelqu'un, à l'encontre, descend vers la ville...
à cette heure futile, humide et incongrue ?
C'est encore un Perdu dans la Contrée des Montres...

Est-ce de l'Erythrée en quête d'Ouistreham ?
A coup sûr, c'est une âme avec les yeux pourris
par les mirages crus de nos flammes nanties

tiniak,Dukou Zumin &ditions TwalesK,poésie,rube branville,Caen

Honte, que fais-tu là dans mon for intérieur ?
Est-ce de grave humeur, au moment de gagner
mon prochain nid douillet, ou bourgeoise facture ?

Eh ! je nomme, à présent, le pleur qui me dérange
(et depuis Saint Martin ! quand je vais rue Branville)
en ma ville de Caen, sous l’œil de Cuverville

Utopie, au tapis ? Rue du libéralisme
vois le capitaliste accumuler ses lots
renvoyant, dos à dos, toutes les asphyxies

Remettons au métier la toile libertaire
que lin se plaise à raire au sein de la forêt
fraternelle, primaire, affranchie de corset !

Et, trop fidèle chien, va-donc créi au tonniau
un baron de pommeau; j'étions z'au au 36bis
avec un truc à dire à propos d'Anubis

 

tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#330

Écrire un commentaire

Optionnel