Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Compliment cavalier (d'œil en deuil)

Pin it!

La perte en creux
là, sous nos yeux
si vivace que le chiendent
bombe le torse et se défend
contre le vide
(affreux tonneau des Danaïdes)
y fout le feu !
et fait jaillir
- éminemment !
l'obstination du souvenir
contre l'abandon désastreux

 

gisant,deuil,Gisant de Marie de Hainaut,mohoho,tiniak

tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire commis par Cavalier

Commentaires

  • Hein ?
    Son texte... bon... Mais les réactions littéraires des membres du groupe - #trodlaballe !
    Comme disait JWLennon à propos de son titre 'Imagine' : "De la bluette. De la bluette, C'est ça qu'ils veulent, la vérité crue se chante, mais ça fera jamais un hit."

  • super, merci toi

    La vie est dure

    Tout comme moi

    Tu ferais mieux de me donner quelque chose

    Pour que je ne meure pas

    Novocaïne pour l'âme

    Avant que je n'explose

    Prenez soin de vous

    La vie est blanche

    Et je suis noir

    Jésus et ses apôtres

    Sont de retour

    Oh ma chérie, est-ce que tu seras là

    Avant que je n'explose

    Devine qui habite là

    Avec le grand mort-vivant

    Cette peinture par les nombres de vie

    Est encore toujours en train de me prendre la tête

    La vie est belle

    Et je me sens bien

    Car maman disait que j'étais

    Une super erreur

    Novocaïne pour l'âme

    Tu ferais mieux de me donner quelque chose

    Pour combler le trou du tonneau

    Avant que je n'explose

    mdr

  • J'adore ce titre, CG !!
    https://www.youtube.com/watch?v=V2yy141q8HQ

  • tain j'arriveu justeu chez toi je vais me l'écouter
    bises

    oui oui au début je ne connaissant que couic, mais à force d'écouter, cause toi, un peu accro now...

    thanks

  • Faire mousser à donf le néant
    d'air
    (thal)
    génère un grosse bulle
    sur le site
    bulle parmi d'autres
    qui comme la bulle financière
    fameuse
    éclatera un jour
    comme un tonneau percé

  • J'ai dû le relire pour le comprendre. Et j'ai bien fait : ma-gni-fi-que !

  • C'est ça le truc avec la poésie : s'arrêter, contempler, savourer, laisser venir, s'étonner de la résonance; et puis, la taire ou la dire... ;)

  • Suis d’accord avec ta définition de l’écriture
    Voici la mienne :
    « Tant qu’on écrit, on croit savoir ce que l’on tient au bout de soi-même : la lumière, l’angle, le cadrage. Et puis vient la relecture. L’image développée est là sur le papier. Je ne suis plus celui qui l’a prise mais celui qui la voit.

    Seigneur ! La surprise que c’est !

    Le tour que vous jouent les mots, la mise en mots. Des tours pendables ! C’est toi l’écrivain, c’est toi le pendu. Il s’agit de se dépendre. Ça s’appelle travailler. Souvent on meurt étranglé… »

    Elsa Triolet - La mise en mots

    Je voulais dire les maux derrière les mots les plus simples as possible, j’ai écarté des versions plus chiadées, travaillées, donc c’est le stricte minimum, posté, bleue, blette. J’aurais pu amplifier avec le même sens ainsi :

    Boomerang, plein la tronche
    Mon Esclave s'est détachée,
    Et sous la terre desséchée,
    Je ne suis plus rien…

    Gravés sous le grand chêne,
    Mes rêves sans soutien,
    Sans les siens, à perdre haleine,
    Se sont pris un zef, bazardés par l’aquilon…

    Sans âme, je me promène
    En vadrouille sous la plaine,
    Sous le rocher, sous le vallon…

    Sans savoir où il me mène,
    L'Enfer ne pourra plus m'effrayer
    Car tu m’as plaqué, ma pauvre Chose…

    Après avoir pécho la Rose,
    J'ai le goût amer des lauriers…

    ___

    Mais je ne l’ai pas fait

    :)

    Fabricando fit faber est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare qu'en poétisant dru on en devienne petit télégraphiste, voire même mannequin de haute couture...
    D'après Pierre Dac dixit

    Et puis, ici et là, aux impromptus et au défi du samedi, accrocher des rayons de lune pour venir y tremper ma plume...

    bisous

  • Je dirais même plus, cher Cavalier... :
    "Il s’agit de se dépendre..." sans (s'en ra-) conter !

Les commentaires sont fermés.