Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

encre

  • CHill ICône cArnet

    Coule, fleuve et passe m'en un peu
    Herses mouvantes en canopée
    Il va bien me venir une idée
    Là, sous le ciel qui ferme les yeux
    La poésie trouble mon carné

    Improbable reflet, sais-tu à qui je songe ?
    Coule et roucoule, fleuve et passe-moi l'éponge
    Où j'ai le cœur meurtri
    Nurse Lune et nuées, couvrez-moi de jeux d'ombres
    Et prenez mon parti

    Coule et déroule, fleuve, un savoureux mystère
    Au moment de le lire ? en referme la page...
    Résonnez, vêpres, rire et mère au lent courage
    Nocturnes pianotages
    Ecrits à l'encre terre
    Tout le pays se meurt et je suis amoureux

     

    tiniak est cosmique,poésie,chili con,carnet,fleuve,encre,terre d'accueil,mi chica

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour une resucée d'Impromptu Littéraire - tiki#343

  • PoLésie (2)

    rame, rame, rameurs, ramez

       I

    - Dis, c'est encore loin la Polésie ?
    - Tais-toi et rime !

     

       II 

    Lume rémanente et sidérale
    le jour n'y est pas le jour que l'on sait
    occultant des nuitées l'ombre partiale
    aucun contour n'en bornera jamais
    l'immensité

    Vertige intense où peuvent se commettre
    du beau du laid l'effarement des sens
    et l'étrange expérience de renaître
    à éprouver des béates jouissances
    la vérité

    Fantaisie insolente et curative
    où la bouche est à l'oeil comme une main
    venue calmer des suées maladives
    qu'une autre fièvre instaure du chemin
    la liberté

     

       III 

    Tue, même d'un mot la peur au ventre
    je trouverai la force de le dire

    Tu m'aimes d'un mot, j'aime l'entendre
    et n'ai d'autre repos que ton sourire

     

       IV

    Je vous écris de Polésie où je séjourne
    avant que mes yeux de la vie ne se détournent
    j'y ai retrouvé quelque ami que j'ai cru mort
    mais réside et demeure ici au bout du port

    Il m'assure qu'on est ici plus que vivant
    il me semble qu'il ait raison contre le Temps
    de là pourquoi je vous adresse ces nouvelles
    je pense que je vais rester, mon hirondelle

    m'appelle.

    oups !
    P.S. : c'est manifeste, je reste.

     

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK 

    I guess I just wasn't made for these times

  • plumet

    "fleur de plumele sang versé, il faut le boire"
    laissez-m'en vous conter l'histoire
    autour d'un pichet de vin chaud

    au sortir du profond dédale
    où je perdis mon rêve en bouche
    je me battais contre des mouches
    bruissante nuée infernale

    à l'orée de cette caverne
    m'attendait, le regard en berne
    un mainate monumental

    il ne siffla ni ne dit mot
    se frotta sur la roche brune
    goba toutes les importunes
    d'un coup de bec un rien falot

    puis, dans un geste de dépit
    haussant les épaules, partit
    laissant sur le sol un plumeau

    je m'en saisis du bout des doigts
    intrigué par la profondeur
    de sa naturelle noirceur
    et le gardai par devers moi

    me le fichant dans le revers
    j'en rehaussai la boutonnière
    et hurlai tel un Uroquois 

    " tout doux, l'ami " murmura-t-on
    sans que j'aie seulement idée
    d'où l'apostrophe provenait
    - était-ce une hallucination... ?

    mes yeux déjà me jouaient des tours
    irisant tous les alentours
    - ... un caprice de l'audition ?

    " tudieu, l'ami! n'avancez plus
    ou vous aurez le franc remord
    de m'être passé sur le corps
    sans m'avoir seulement connue "

    je me baissai pour m'accroupir
    car c'est du sol - sans vous mentir!
    que bavassait la voix ténue

    par quel merveilleux artifice
    - ai-je pensé devant la chose,
    brune araignée dans l'herbe rose
    es-tu mon interlocutrice ? 

    " vois-tu, l'ami, c'est dans ta tête
    que nous avons noué le lien
    indéfectible qui nous tient
    toi le rêveur et moi la bête.

    mais c'est pour tout autre prodige
    que devant tes yeux, je m'érige
    Tisseuse, Muse de Poète.

    vois-tu cette fleur à sinistre ?
    la robe dont elle est parée
    contient une encre pigmentée ;
    il faut que je te l'administre.

    pique ton plumeau dans son coeur
    et tu connaîtras ce bonheur
    envié de dieu, diable et ministres."

    sans chercher raison davantage
    je me pliai à la manoeuvre
    ignorant quels en seraient l'oeuvre
    le bénéfice ou bien l'outrage!

    de rouge le coeur devint or
    et dans mon plumeau coule encore
    ce sang qui défie tous les âges.

    depuis je ne sais rien écrire
    autrement que par ce moyen
    si j'en ai tiré quelque bien
    je dois en éprouver le pire ;

    ce monde qui ne rime à rien
    m'oblige en fortune et misère :
    je n'écris jamais plus qu'en vers.

     

    tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
     "plose" inspirée par une illustration originale de Tisseuse

    "fleur de plume"

    SPIDER1N.JPG
    TISSMISS.JPG
    _'ttends, c'est pas moi,là... si ?creepiezn1.gif
    bah si_

     

    ___________________nan!