Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ouverture

Du dehors
j'ouvre grand
la fenêtre en bois blanc
(derrière, c'est dedans...)
Juste au bord
hésitant
je regrette un peu le confort
d'un humble sentiment
qu'une parole amie
m'offrit, incidemment
- soleil chassant la pluie sans un souffle de vent

Du dedans
je déborde
- et pas même une corde !
les soupirs me sabordent...
Juste à temps
sans effort
je me rattache au sentiment
d'être un peu cet ami
(ici, dans ce décor
si profond que la nuit)
que réclame la morgue en son Bel Aujourd'hui

Hier cherche l'oubli
Demain n'est pas encore
et, maintenant, j'ai faim !

Ma tête, frigide aire
frétille à bout de poing
transpire une encre noire

Mon carné la recueille en fermant la fenêtre
sur une tendre histoire

C'est complexe que d'être, et dedans, et dehors
Je regagne mon corps; il brûle comme un cèdre

J'ose une mise au point
J'y gagne mon pari et surfe sur ma ligne

 

tiniak,polésie,une fenêtre ouverte,ou bleue,garcin,photographie

tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

Écrire un commentaire

Optionnel